La Voie Bleue® de Mâcon à Lyon – Une balade épicurienne et familiale

Depuis Mâcon jusqu’à Lyon, nous vous invitons à venir pédaler tranquillement au bord de l’eau, apprécier les crus et les spécialités régionales, faire une halte pique-nique, visiter, camper… Entre amis ou en famille vous aimerez ce tronçon de la Voie Bleue®.

La Voie Bleue®, Moselle-Saône à vélo, inscrite au Schéma national vélo sous le code V50, est un itinéraire à vélo qui relie la frontière du Luxembourg à Lyon en suivant la vallée de la Moselle, le canal des Vosges et la vallée de la Saône sur près de 700 km.

Nous l’avions découverte en Haute-Saône, le long du canal des Vosges et de la Saône alors qu’elle s’appelait « L’échappée bleue ». Puis nous avions joint Metz à Bains-les-Bains, le long de la Moselle et du canal des Vosges. 

Aujourd’hui, nous retrouvons la Saône et nous ne la quitterons plus jusqu’à Lyon à son confluent avec le Rhône, sur environ 90 km.

Ne vous fiez plus à cet article : https://cyclotourisme-mag.com/2019/11/23/la-saone-a-velo-du-nord-au-sud-2-2/ , le revêtement, le balisage et les aménagements sont en cours de finition et devraient être opérationnels dès le début de l’été.

Mâcon-Belleville-en-Beaujolais

Mâcon pour le grand départ

 

À voir :

  • L’église Saint-Pierre de style néo-roman.
  • La maison de Bois construite entre 1490 et 1510.
  • Le Vieux Saint-Vincent dont les deux tours et le narthex d’âge roman constituent les seuls vestiges de l’ancienne cathédrale Saint-Vincent.

Pour connaître les vins du Mâconnais :

  • La Maison Mâconnaise des Vins.
  • La Cité du Climat et des vins de Bourgogne, dernier-né des trois sites -Chablis et Beaune- qui fonctionnent en réseau.

Après la visite de la préfecture de Saône-et-Loire, il est temps d’enfourcher les vélos devant la statue de Lamartine qui domine l’esplanade qui l’entoure, sur les bords de Saône. La Saône que nous allons suivre, rive gauche, dans le département voisin de l’Ain. Elle apparaît large, tranquille, toutefois, elle est trompeuse et peut sortir de son lit…

Le pont François Mitterrand franchi, nous voici dans le département de l’Ain. Cap au sud. À l’image de la Saône, le parcours sera tranquille, bucolique. La nature est bien verte, les fleurs colorent les bords du chemin de halage parfaitement bitumé. Rive droite, la vue s’étend vers les monts du  Mâconnais et du Beaujolais. La Roche de Solutré est parmi eux. Partout, la nature est bien présente, lieux de vie de nombreuses espèces d’oiseaux, prairies, peupleraies… L’environnement est reposant.

Une halte ?

  • L’auberge Chez La Mère Martinet à Cormoranche-sur-Saône.
  • La buvette du Port, à Thoissey : apéro, planche à partager, glaces et détente en bords de Saône.

Camper, se baigner ?

  • La base de loisirs du lac de Cormoranche-sur-Saône.
  • La base nautique de Thoissey (buvette, camping, piscine…). 

 

Dans le département du Rhône


Encore un petit effort et nous arrivons en vue de Belleville-en-Beaujolais, sur la rive opposée.
Prudence : Pour la traversée du pont métallique, il est vivement conseillé de descendre de vélo et d’emprunter le trottoir bien étroit.

À voir :

  • L’ancien Hôtel-Dieu : l’apothicairerie et les salles des malades permettent de mesurer les progrès réalisés dans l’accueil et la vie quotidienne des malades et des soignants, au cours de ces trois derniers siècles.

 À faire :

  • Voie verte du Beaujolais, une piste cyclable qui s’étend sur 15 km entre Belleville et Beaujeu. Autour de la Voie verte, dix boucles cyclotouristes permettent de mieux connaître le Beaujolais des vignes et des forêts.

Pour connaître les vins du Beaujolais :

  • La Maison des Beaujolais : ce restaurant, caveau, bar à vin et boutique a été créé en 1952 par les vignerons pour promouvoir le vignoble du Beaujolais. (Le jeudi 13 juillet, l’arrivée de la 12e étape du Tour de France sera jugée devant l’établissement).

 

De Belleville-en-Beaujolais à Trévoux

Retour dans l’Ain et sur la véloroute. Nous y croisons des couples juchés, bien raides, sur leur VAE, le visage sévère. Plus souriants et fiers sont les enfants qui foncent sous l’œil des parents. Quelques voyageurs au long cours, chargés en bike packing ou sacoches latérales…

L’île de Montmerle-sur-Saône, couverte de végétation s’est fait une place au milieu du cours d’eau alors que la tour et la chapelle des Minimes, sur le site de l’ancien château, dominent la rive et la véloroute. Nous repassons rive droite pour visiter Villefranche-sur-Saône, capitale du Beaujolais.

À voir :

  • Les trésors cachés au cœur du quartier Renaissance (à faire avec un guide qui vous permettra d’accéder aux cours intérieures des hôtels particuliers). 
  • Rue Nationale : la Collégiale Notre-Dame des Marais, l’ancien Hôtel-Dieu.

Original :

  • La tradition des conscrits à laquelle sont attachés les caladois –ainsi appelle-t-on les habitants de Villefranche. Une tradition unique en France qui remonte au siècle dernier et se déroule chaque dernière semaine de janvier. Les conscrits de toutes les décennies défilent sur la rue Nationale piétonne, dans la tenue officielle. La couleur du ruban qui orne son chapeau varie selon l’âge du conscrit.

Trévoux, capitale de la Principauté de Dombes


Et la balade se poursuit sur le chemin de halage -bien aménagé pour les vélos ! Saint-Bernard, son église et château-fort médiévaux et, mon coup de cœur, le site de Trévoux ! Au bout de la ligne droite, dans une boucle de la rivière, à flanc de colline, Trévoux se dore au soleil. La pierre dorée apporte de la chaleur aux bâtiments.

À voir :

La cité médiévale conserve :

  • son château fort,
  • ses étroites ruelles en pente,
  • ses maisons et leurs fenêtres à meneaux,
  • l’hôtel Pierre et Anne de Bourbon
  • l’ancien Parlement de Dombes qui abrite une salle d’audience aux décors peints par Pierre-Paul Sevin sur les thèmes de la justice et de la paix.

Au XVe siècle, les ducs de Bourbon prennent possession du Pays de Dombes. Trévoux devient la capitale de la Principauté de Dombes et acquiert l’indépendance politique et des privilèges comme battre monnaie et rendre justice. La Principauté de Dombes est rattachée à la France en 1762.

Escapade dans le vignoble


Depuis longtemps, on le voyait s’étaler sur les monts. Nous nous offrons une escapade pour faire plus ample connaissance. Le décor en vaut la peine avec des paysages vallonnés, bien verdoyants à cette période de l’année, les villages des pierres dorées.

Nous sommes accueillis au Domaine Albert sur la colline de Chalier à Pommiers (69). Le Gamay pour le rouge, le Chardonnay pour le Blanc et le Pinot noir profitent de l’exposition sud-est de la colline. Notre hôte nous conte l’histoire du domaine, nous présente la cave, les aménagements réalisés pour l’accueil de manifestations privées et ne manque pas d’évoquer la gamme de ses vins. Il n’y a pas que le Beaujolais nouveau et son côté festif !

 

Trévoux-Lyon


Au carrefour de la Dombes, du Beaujolais et du Grand Lyon, nous ne sommes plus qu’à quelques encablures de l’arrivée. Les monts d’Or se détachent à l’horizon. La pluie ne favorise pas le tourisme. Nous passons Fleurieu-sur-Saône, puis, à Fontaines-sur-Saône, passage en rive droite pour rejoindre Collonges-au-Mont-d’Or. Le caractère urbain s’affirme de plus en plus. Notre voyage s’arrête à l’ile Barbe.

À voir :

  • La maison éclusière du port Bernalin à Parcieux qui hébergeait autrefois les éclusiers chargés de faire fonctionner le barrage à aiguilles et offre aujourd’hui des espaces de découverte et d’exposition temporaire. Des hébergements sont en cours de réalisation.

Une adresse :

  • Café-Vélo Cycletic, 250 cours Lafayette, Lyon.

 

La Voie Bleue® en pratique

Texte et photos : Georges Golse
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.