Rétro : Paris-Pékin à vélo 2008, la croisière verte (épisode 6)

En 2008, 118 cyclistes s’élancent de la capitale pour rejoindre Pékin à vélo. Nous revenons sur cette odyssée épique dont le but est de promouvoir les valeurs intrinsèques du cyclotourisme.

Après des mois de préparation, l’aventure débute enfin. Les femmes et les hommes de cette aventure n’ont qu’une hâte, « tourner les jambes » ! C’est ainsi qu’un dimanche du mois de mars, toute la troupe quitte le Trocadéro à Paris pour rejoindre Pékin.

Nous vous présentons aujourd’hui toutes les étapes françaises.

Étape 6 : Mulhouse-Fribourg en Brisgau

vendredi 21 mars 2008
82 km – Dénivelé : 613  m
Départ 8 h – Arrivée 12 h 30
FRANCE – ALLEMAGNE

Quelle surprise pour le premier jour du printemps !
À 8 h, au moment du départ, des trombes d’eau mêlées de neige et des bourrasques de vent donnaient à chacun un air pour le moins dubitatif. La police municipale nous permet de sortir de Mulhouse au mieux, mais à la limite de la ville, les policiers s’éclipsent et laissent nos cinq groupes seuls, un peu perdus, dans la tourmente et…la banlieue.

Difficile de lire la carte, sous une pluie glaciale! Délicat avec le vent de face de rester groupés sous les ponchos! Bref, la première heure de l’étape a été des plus déplaisante. Trois tentatives sont nécessaires à certains trouver le bon chemin et passer en territoire germanique!

Peu après Mullheim, entre les averses, nous avons pu voir une campagne riche de cultures sous serres. Les villages typiques, vides et silencieux sont traversés prestement. À flanc de coteaux, les vignobles impeccables, frissonnent sous le mauvais temps. Bonjour Fribourg

La tempête se calmant en fin de matinée, nos courageux randonneurs rejoignent enfin l’auberge de jeunesse de Fribourg où le déjeuner chaud et copieux est hautement apprécié. Le vendredi saint est un jour férié en Allemagne.

Tous les commerces et administrations sont fermés. L’après-midi sera donc consacré au repos, à la lessive, au rangement. À 17 h, nous assistons à la réception proposée par l’office de tourisme et la municipalité de Fribourg, en présence de Madame le consul de France à Stuttgart.

Dès 17 h 45, nous devons dîner car le service doit être terminé à 18 h 45. Par bonheur, l’auberge est très calme, bien chauffée, bien organisée. La soirée permet à tous de se reposer plus longuement.

NB : nous enregistrons le premier abandon. Notre compagnon de route Jacques Eon a volontairement quitté l’expédition, en dépit de tous nos encouragements pour continuer. Il n’arrivait plus à dormir et de ce fait ne pouvait pas récupérer.

Etape 5 : Vesoul -Mulhouse

Jeudi 20 mars 2008
129 km – Dénivelé : 950 m
Départ 8 h – Arrivée 16 h 30
FRANCE

Au revoir la France. Notre dernière étape sur le sol Français nous a permis d’apercevoir, de loin, le sud des Vosges, avant d’arriver, via Belfort dans la plaine d’Alsace. Le Rhin est désormais à portée de nos roues.

Plus l’itinéraire entraîne l’expédition vers l’est, plus le départ est matinal vers 8 h, ce qui permet à tous les groupes et la logistique d’arriver une heure plus tôt. A contrario, il fait encore très frais en quittant notre logement de nuit !

À Belfort, lors de la réception offerte par la municipalité nous apprenons que l’emblème de la ville : le lion, a été adopté par la firme Peugeot. Pendant quelques kilomètres, nous longeons le chantier de la future ligne de train à grande vitesse, chantier impressionnant.

Les cyclotouristes qui continuent à se découvrir deviennent de plus en plus familiers entre eux, ils dialoguent, ils rient, ils chantent, nous apprenons même qu’un participant Canadien – ils sont quatre – n’a pas hésité à venir, pour le départ en France, accompagné de neuf personnes, pour l’encourager.

Désormais à chaque arrêt, la presse se précipite sur nos cyclotouristes et les assaille de questions quelquefois surprenantes pour notre milieu. Chacun de nous, à sa manière, explique les raisons de sa présence dans ce voyage extraordinaire, ses motivations et ses petits soucis.

Pour clore cette chronique, nous laissons le soin à un « normand romantique » de la terminer par cette réflexion que nous dédions à tous ceux que nous avons quittés : pour un cyclo, pédaler avec le vent dans le dos, c’est comme vivre dans le bonheur, on ne s’en rend pas compte.

Un grand merci à la municipalité de Mulhouse pour sa réception au palais des sports.

Étape 4 : Langres – Vesoul

Mercredi 19 mars 2008
94 km – Dénivelé : 607  m
Départ 8 h 30 – Arrivée 17 h 30
FRANCE

Les terres froides

La réputation de l’est de la France : terres froides, hommes et femmes courageux n’est pas usurpée. Il fallait en effet du cran pour affronter ce matin les premiers flocons de neige, qui, dès le départ virevoltaient autour des cyclotouristes.

Les 104 routards, chaudement vêtus, ont repris la route, par groupe de 20, avec le sourire. Nos deux citoyens Chinois, Lizhao Hou et Yu Xu Dong, découvrent, chaque jour, avec stupéfaction et curiosité les repas et les pique-niques confectionnés à la Française. Un seul parle convenablement l’anglais et pour le moment, les échanges se réduisent à un curieux dialogue de « sourd-muet ». Le plus jeune, 19 ans, Lizhao espère parler le Français d’ici le 3 août en arrivant à Pékin. Aucun Français, ne saura parler Chinois à la même date !! Cherchez l’erreur !

L’étape d’aujourd’hui a été plus calme. Certains ont bien vite réalisé, que nous allions pédaler pendant plus de 4 mois. Tous les participants commencent à découvrir les joies, les contraintes de la vie en groupe.

Deux amis d’enfance, qui ne s’étaient plus revus, depuis l’âge de 14 ans, se sont retrouvés, par hasard, dans le même groupe! La vie parfois réserve d’agréable surprise, ils n’en sont toujours pas revenus. Il faudra encore quelques jours à la logistique pour solutionner, dans l’intérêt général, les différents petits soucis occasionnés par le changement quotidien des hébergements.

Une réception à l’hôtel de ville, en présence du président de la ligue régionale de Franche-Comté, Jean-Philippe Debruyne, de la présidente du comité départemental de cyclotourisme de la Haute-Saône, Véronique Marey, et de l’école de cyclotourisme solidaire de Vesoul, présente au départ de Paris, nous a permis de rencontrer le jeune qui représentera sa région, avec les 21 jeunes des autres régions françaises, lors du périple Xi’an Pékin, en juillet prochain.

Etape 3 : Troyes-Langres

Mardi 18 mars 2008
136 km – Dénivelé : 1 200 mètres
Départ 8 h 40 – Arrivée 17 h
FRANCE

Nous avons quitté avec regrets l’auberge de jeunesse et les 7 familles d’accueil de Rosières près de Troyes où nous avons rencontré des hommes et des femmes, simples, dévoués, discrets et terriblement efficaces. Tout ce que nous aimons dans le cyclotourisme. Merci… nous reviendrons.

Le recueillement à la mémoire du dernier poilu, le vétéran Lazare Ponticelli, s’est voulu en hommage à l’ensemble des combattants de la Grande Guerre, lors des prochaines étapes les participants vont traverser des départements qui gardent encore en mémoire des stigmates de ce terrible souvenir.

L’étape du jour a été annoncée comme plus délicate. Elle l’a été. Une matinée très fraîche, un vent de ¾ face, les groupes se sont étirés et chacun, suivant son rythme, a pu franchir les premières bosses, les premiers faux plats et les vraies montées. Il est d’usage que le troisième  jour soit souvent délicat à négocier pour un cyclotouriste.

Ce fut le cas pour quelques uns. Pour la première fois il a fallu « mettre à gauche »heureusement que la verte campagne à l’aube de sa floraison, et le spectacle au loin des hardes de sangliers et de marcassins ont permis de distraire les cyclotouristes et ainsi ne plus ressentir les difficultés de l’étape. Partis du département de l’Aube, nous avons traversé la Côte-d’Or, pour mettre pied à terre en Haute-Marne. L’arrivée splendide sur Langres et ses fortifications ne laisseront personne indifférent.

Réception, désormais traditionnelle, à la mairie, en présence de madame Sophie Delong, députée de la Haute-Marne et madame Corinne Goyard Maire adjointe aux sports. Un repas fut pris en commun qui clôtura cette longue journée par une « extinction des feux » à 22 heures.

Etape 2 : Provins – Troyes

Lundi 17 mars 2008
107 km – Dénivelé : 512 mètres
FRANCE

L’étape du jour a conduit les participants de Provins, en Seine-et-Marne à Troyes dans l’Aube. Les cyclotouristes commencent à se découvrir, à s’apprécier, à trouver les automatismes dans le groupe, apprennent à rouler ensemble. Dans une semaine les réflexes devraient être acquis. Rouler en groupe de vingt, avec des sacoches avant, demande une attention permanente.

Aujourd’hui nous avons franchi notre première difficulté, au km 90 : la côte de Mongueux où nous avons découvert le BPF (brevet des provinces françaises) de l’Aube en Champagne, les « chasseurs » de brevets touristiques ont certainement dû en apprécier le site. Chacun, dans son style, à son rythme, a franchi cette bosse, avec énergie et en souriant.

Nous sommes logés pour la grande majorité à l’auberge de jeunesse de Rosières près de Troyes, qui nous a reçus avec une très grande gentillesse et convivialité. Les autorités locales ont organisé, rien que pour nous, une réception… au champagne naturellement.

Etape 1 : Paris-Provins

 

Dimanche 16 mars 2008
107 km – Dénivelé : 600 mètres
FRANCE

Enfin le grand jour est arrivé.

Depuis des mois, nous attendions ce jour, cette heure, cette minute, cette seconde, et voilà nous y sommes, après une journée de préparation technique et administrative intense le jour J est arrivé nous ne pouvons plus faire marche arrière. Le Trocadéro se dresse devant nous, face à la tour Eiffel symbole de la France que la Ville de Paris a mis à la disposition de la Fédération française de cyclotourisme, nous ne pouvions rêver mieux les participants garderont en mémoire son inoubliable point de vue.

Des milliers de supporters, dont les jeunes des écoles de cyclotourisme solidaires qui ont participé avec brio au projet éducatif, les familles, les amis, sont venus admirer leurs « héros ! » et leurs ambassadeurs.

Une émotion intense, ou se mêlent joie, fierté et tristesse de la séparation, est visiblement présente. Même les plus aguerris dans nos aventuriers versent quelques larmes.

Le président du CNOSF, monsieur Henri Sérandour, Monsieur Jean-François Lamour, ancien Ministre de la jeunesse, des sports et de la vie associative, double champion olympique, le président fédéral Dominique Lamouller, coupent le ruban tricolore et à 9 h 30 les cinq groupes (noir, jaune, bleu, vert et rouge) s’élancent en direction des quais de la Seine. Derrière eux des centaines de cyclos, les accompagnent dans une traînée multicolore sur plus de deux kilomètres. L’inoubliable traversée de Paris restera un moment fort de ces premiers tours de roue.

De la capitale à la Seine-et-Marne, une balade verdoyante nous conduit à Provins, en Seine et Marne, une des villes françaises reconnues au patrimoine de l’humanité. Christian Jacob, ancien ministre, et maire de Provins, nous accueille chaleureusement et nous offre une réception à l’office de tourisme, avant que les cyclotouristes rejoignent leurs hôtels.

Cette première journée, permet à chacun d’étudier, d’observer, de prendre ses repères, ses habitudes, et découvrir sa « nouvelle famille ».

Revivez de l’intérieur cette fabuleuse épopée à vélo à travers les différents épisodes que nous vous proposons sur Cylomag.

Épisode 1 : Cliquez ici
Épisode 2 : Cliquez ici
Épisode 3 : Cliquez ici
Épisode 4 : Cliquez ici
Épisode 5 : Cliquez ici

Toutes les infos sur www.parispekinavelo.com

Texte et photos : Henri Dusseau
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.