Mon vélo dans le train, la Fédération se mobilise !

Le transport des vélos dans les trains régionaux représente parfois un casse-tête pour le cyclotouriste ! Le collectif « Mon vélo dans le train » milite pour un accès faciliter sur le réseau ferré.

Le collectif « Mon vélo dans le train » constitué de douze structures associatives du monde du vélo, des transports et de l’environnement dont la Fédération française de cyclotourisme souhaite porter la voix des usagers auprès des autorités organisatrices et des opérateurs afin qu’ils adoptent des mesures à la hauteur des enjeux.

Quel est l’enjeu ?

  • Comment améliorer la progression des cyclistes de leur entrée dans la gare jusqu’à l’embarquement dans le train (et inversement) via des rampes, des ascenseurs aux dimensions adaptées, ou à minima des rampes à bagages ou goulottes le long des escaliers ?
  • Comment rendre opérationnelles, dans les meilleurs délais, les obligations d’emplacements vélos dans les TGV et TER ?
  • Quelles solutions innovantes envisagées pour stocker et fixer les vélos (modularité et crochet) ?
  • Comment augmenter l’offre sur les itinéraires très fréquentés type  Loire à vélo® ?
  • Comment rendre très visible le marquage vélo par pictogramme indiquant les espaces vélos sur les voitures, relayés par une information sur les autres voitures, les quais, les panneaux d’affichage de composition des trains ?
  • Quelles prévisions pour le transport des vélos par les cars SNCF TER ou cars de substitution d’un train (minimum 5 places demandées) ?
  • Quelle possibilité d’autoriser des vélos couchés, tandems, tricycles, remorques dans les trains tout particulièrement sur les lignes desservant les grandes véloroutes touristiques ?

À toutes ces questions, le collectif travaille depuis des années pour apporter des solutions concrètes.

Les réflexions reposent sur le test grandeur nature mené durant l’été 2021 avec le collectif « Bicyclette Bretagne » (CBB). Il en ressort que parfois, au moment de forte influence, la cohabitation entre voyageurs et cyclistes pouvait engendrer des retards.

Les principes de base


L’accès aux trains régionaux des vélos classiques ou à assistance électrique est libre et gratuit, de même que sur les autocars disposant d’emplacements pour ce faire.

Il appartient aux autorités organisatrices et aux opérateurs de prévoir une place suffisante et des capacités supplémentaires dans les trains pour permettre l’emport des vélos en fonction des besoins sur chaque ligne, 8 places par train (et 5 places par autocar) étant le minimum prévu par la LOM.

En périodes d’affluence


Sur certaines lignes et à certains moments, l’affluence peut nécessiter des aménagements particuliers pour accroître la capacité vélos des trains (compartiment vélos plus grand par exemple la partie basse du train réservée au vélo, comme sur la Loire à vélo ou des housses sur les sièges, personnel d’aide au chargement,…) et induire des modalités d’accès spécifiques avec réservation.

Ces modalités à destination principalement des cyclotouristes ne doivent pas réduire l’offre aux autres cyclistes qui emportent leur vélo de façon régulière sur ces lignes. Pour une lisibilité du service, il est souhaitable que ces modalités d’accès exceptionnelles soient homogènes sur le territoire et fassent l’objet d’une information suffisante des usagers, qui souvent viennent d’autres régions ou d’autres pays …

Les ambitions de la SNCF


La SNCF se positionne comme un acteur engagé et volontaire, au côté de l’État et des AOM (Autorité organisatrice de la mobilité), dans l’objectif national ambitieux du tripler la part modale du vélo à l’horizon 2024 (objectif de 3 à 9 % fixé par la Loi d’orientation des mobilités (LOM) adoptée en décembre 2019).

La SNCF, en tant qu’acteur incontournable de la mobilité durable, souhaite construire au côté des acteurs de l’écosystème du vélo des solutions toujours plus pertinentes permettant de développer le vélo en intermodalité avec le train à même de répondre aux besoins de nos clients mais aussi aux objectifs climatiques et de santé publique de la société.

La  SNCF se propose de mettre en place un comité des parties prenantes vélo afin de pérenniser ce dialogue et d’évaluer les progrès enregistrés à partir d’indicateurs partagés.

Des chiffres forts proposés par la SNCF !

  • 70 000 places de stationnement sécurisées d’ici 2025.
  • 90 000 places de stationnement sécurisées à terme.
  • Le déploiement de stationnement sécurisé à proximité des gares qui s’inscrit pleinement dans l’ambition de la LOM qui vise à tripler la part modale du vélo d’ici fin 2023.

Le rôle de la Fédération dans le collectif


La Fédération est impliquée depuis toujours dans le développement de l’utilisation du vélo dans les transports en commun car ils permettent « d’aller plus loin… ».

Le développement des véloroutes et Voie vertes a permis un maillage du territoire pour la plus grande sécurité de nos pratiquants. C’est ainsi que chaque jour, ils sont de plus en plus nombreux à délaisser la voiture pour se rendre sur la route de l’aventure et du voyage par le biais du vélo et du train. La Fédération française de cyclotourisme prend ce dossier très à cœur.

Alors tous ensemble, faisons que le voyage reste agréable que ce soit sur la route ou sur les rails ! Le chemin est encore long pour arriver à la mise en place de toutes les demandes du collectif, mais les acquis sont encourageants et laissent entrevoir un avenir sur deux roues…

Pour en savoir plus sur les actions du collectif : http://monvelodansletrain.fr/

Texte : Jean-Pierre Giorgi – Photo :  Gérard Hamon
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.