Une première victoire pour le transport des vélos dans les trains !

 
Depuis le 19 janvier, le collectif « Mon vélo dans le train » a obtenu une avancé notable avec l’obtention de huit emplacements vélos dans les trains.

Huit emplacements pour les vélos dans les trains

La Fédération française de cyclotourisme est membre du collectif « Mon vélo dans le train ». Elle oeuvre, avec ses partenaires, pour améliorer les déplacements des cyclistes en train avec leur vélo. Désormais, un décret en lien avec la Loi d’orientation des mobilités (LOM) prévoit huit emplacements vélos dans les trains.

Cette avancé majeure, répond à une demande unanime des associations cyclistes et notamment de la Fédération européenne des cyclistes.

En novembre 2018, le Parlement européen avait voté pour huit emplacements pour les vélos dans les trains. Malheureusement, le Conseil européen représentant les 27 gouvernements a réduit ce nombre à quatre vélos par train.

Cependant, nous prenons note avec satisfaction de l’engagement des autorités françaises à maintenir huit places vélos par train.

 

Une application qui peut être lointaine


La loi d’orientation des mobilités a prévu que ces dispositions ne seront obligatoires que pour les commandes de trains neufs et rénovés dont les avis de marché ont été passés après le 15 mars 2020.

L’application stricte viderait de toute substance la promesse d’offrir des conditions décentes de voyages aux cyclistes et reporterait à la fin de la décennie et au-delà de 2030 la création de places vélos dans de nouvelles commandes de TGV et de nombreuses rames TER.

Il est donc indispensable que les exploitants et au premier chef, la SNCF s’engagent à créer dès maintenant des places vélos dans tous les trains en service et en cours de commande ou de rénovation, y compris les TGV.

Sinon, ce décret sera sans efficacité tant sur l’urgence climatique que sur la demande de pouvoir dès aujourd’hui voyager avec son vélo non démonté.

Des dérogations préoccupantes


Diverses dispositions peuvent permettre aux autorités organisatrices des transports et aux exploitants de se libérer des obligations contenues dans ce décret : affluence sur les quais, menaces supposées sur la viabilité économique, flou dans la définition train/rame, etc.

Une concertation indispensable avec le ministère des Transports et la SNCF


Afin de rétablir un climat de confiance avec la compagnie nationale, il est indispensable de renouer avec une concertation régulière. Les associations demandent à être informées et entendues avant toute décision. Elles sont parfaitement disposées à regarder les éventuels problèmes que peut poser exceptionnellement le transport des vélos dans les trains.

Les associations du collectif jugeront de la réalité de l’engagement en faveur des cyclistes par la concrétisation des réalisations : la création de places vélos dans tous les trains.

La combinaison harmonieuse du train et du vélo est une des clés de leur développement. Elle est une réponse efficace pour réduire le réchauffement climatique et les dégâts contre les milieux naturels.

Les membres du collectif

  • Fédération française de cyclotourisme 
  • Fédération Nationale des Associations des Usagers des Transports 
  • Fédération des Usagers de la Bicyclette 
  • France Nature Environnement 
  • Fondation pour la Nature et l’Homme 
  • Amis de la Nature France
  • Association Française pour le développement des Véloroutes et Voies Vertes 
  • Club Intersports et de Haute Montagne 
  • CyclotransEurope 
  • Mieux se Déplacer à Bicyclette 
  • Cyclo Camping- International Vélorution Paris-IDF
Texte : Jean-Pierre Giorgi et CP du collectif « Mon vélo dans le train » – Photo : Gérard Hamon
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.