Santé : Faudrait-il limiter les efforts intenses chez l’enfant ?

Les enfants sont par définition impulsif et fonctionnent à l’instinct. Alors devons-nous les brider dans leurs pratiques sportives ? Daniel Jacob, instructeur fédéral nous éclaire sur ce point.

Quelle drôle d’idée ! Il suffit, pour remettre en question cette idée reçue, d’observer des enfants en activité libre, sans contraintes ni consignes particulières : parmi leurs jeux favoris, les jeux de poursuites occupent une place de choix. Et quand il s’agit d’échapper à un poursuivant ce n’est pas à allure d’endurance mais à pleine vitesse (« à fond la caisse » disent-ils). Quelques secondes de récupération et c’est reparti dans l’autre sens.

Or, il se trouve que ces sollicitations à haute intensité (sur des durées très courtes) correspondent à la fois à ce qui les intéresse mais également à ce qui va leur permettre de se développer. D’une pierre deux coups ! Alors au nom de quel principe de précaution allons-nous leur imposer la modération ?

Dans toutes nos Écoles françaises de vélo il faut permettre aux jeunes de développer ces ressources impulsives (vitesse, puissance). Les brider revient à limiter ce développement. À l’âge adulte, ce sera trop tard. 

Pour trouver une École française de vélo près de chez vous, rendez-vous sur https://veloenfrance.fr/ dans l’onglet « Clubs ».

 

À lire aussi


À lire aussi « La récupération : après l’effort, le réconfort » : https://cyclotourisme-mag.com/2021/07/06/la-recuperation-apres-leffort-le-reconfort/

 

Retrouvez tous les mois des articles Santé dans la revue Cyclotourisme, la revue officielle de la Fédération française de cyclotourisme.

Cet article est à retrouver dans la revue Cyclotourisme du mois de janvier 2022

 
Texte : Daniel Jacob, instructeur fédéral, remanié par Jean-Pierre Giorgi – Photo : Jean-Luc Armand
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.