« 200 nanas » pour un BRM 100 % féminin

Pour Élisabeth Lavaill, il était important de mettre en lumière celles que l’on voit peu dans nos pelotons. Ce brevet de 200 km au départ de Paris était réservé aux féminines des tous horizons et de toutes pratiques.

Les femmes ne représentent que 17,2 % des licenciés de la Fédération française de cyclotourisme (17 608 femmes pour 102 440 hommes) mais sont pourtant de plus en plus présentes et motivées. Elles entendent bien affirmer leurs présences et leurs visions du vélo.

Beaucoup moins compétitrices que les hommes, elle pratiquent un cyclotourisme dans les « règles de l’art » avec comme motivation première la découverte, les rencontres humaines et le partage. Toutes ces valeurs, nous avons pu les retrouver sur l’événement organisé par Élisabeth Lavaill en collaboration avec l’Audax Club Parisien : « 200 nanas sur 200 bornes ».

« 200 nanas » et un peu plus…


Face à l’engouement rencontré à l’annonce de l’événement, les organisateurs ont décidé d’accepter (puisque les règles sanitaires le permettait) toutes les inscriptions. C’est ainsi que près de 300 féminines répondent présentent à la « grande balade » du 26 juin à Paris. Cela en théorie, car le matin de l’événement, il pleut… le ciel est gris… bref, un temps à rester sous la couette. C’est donc « 200 nanas » motivées qui se rendent à la Cité Fertile à partir de 7 h pour vivre un événement qui va bien au-delà de la randonnée sportive.
 

Des femmes venues de toutes la France


Elles sont nombreuses à avoir quitté leurs provinces pour monter à la capitale et rencontrer d’autres cyclistes qui comme elles partagent la passion du cyclisme, du voyage et de l’aventure. Élisabeth Lavaill, la grande prêtresse de l’événement est sur tous les fronts. Elle arbore fièrement le maillot de l’ACP et porte la « gapette » de l’événement et pourtant, elle ne participera pas à cette grande fête. Mais pour elle, quelle fierté d’avoir réuni autant de personnes et de prouver que les femmes ne comptent pas pour des prunes…Elle revient pour nous en vidéo sur cette journée marathon.

Interview d’Élisabeth Lavaill organisatrice du BRM

        

Une journée sous le signe du vélo et de la solidarité raconté par Lydie

Cyclotouriste depuis quinze ans, adhérente au club cyclotouriste ASPC Cyclo des Ponts de cé, près d’Angers, je suis pratiquante de la longue distance depuis le début.

J’avais plein de raisons de faire ce BRM : j’aime la longue distance ; le calendrier avait été bien pauvre ce premier semestre ; il allait dans le Vexin, ma résidence quinze ans plus tôt, et c’était là que la passion du vélo m’avait gagné.  En mai 2006, j’effectuais mon premier 200 Paris-Camembert sous une pluie et un vent terribles ;  l’ACP en organisateur était un gage de réussite et cette particularité d’être un BRM féminin n’était pas pour me déplaire.

Bien que n’étant pas féministe j’étais curieuse de découvrir la population féminine cycliste, n’en voyant que très peu sur la longue distance (BRM, PBP, LEL, Ronde d’Aliénor…). Bien que tentée par d’autres événements ce week-end-là, je décidais quand même de faire l’aller-retour Angers-Paris en TGV pour honorer cette belle initiative d’Elisabeth Lavaill.

Quelle belle surprise, toutes ces jeunes femmes souriantes, féminines et sportives !

Comme le slogan sur la bière offerte par Ravito, elles ne lâchent rien ! J’ai été bluffée par leur autonomie à réparer les multiples crevaisons, leur entraide et leur enthousiasme. Un parcours extra (même l’entrée et la sortie de Paris que je redoutais étaient bien adaptés), un ravito à Gisors très sympathique et gourmand et une organisation parfaite dans la simplicité et l’empathie. Un spot de départ et d’arrivée, la Cité Fertile, que j’ai découvert avec grand plaisir qui se prêtait bien à l’ambiance de ce BRM convivial, décontracté, collaboratif.

Une journée de bonheur qui restera dans ma mémoire, rassurée de savoir que d’autres femmes partagent ma passion, motivée pour continuer la longue distance alors que la soixantaine arrivant je pensais lever le pied et confiante dans l’espoir de voir arriver ces femmes dans nos clubs fédéraux.

Lydie, webmaster du CoReg Pays de Loire.

Témoignages de « 2 super nanas »

Découvrir le reportage photo réalisé par John Kovalski : Album 200 nanas

« Toutes à vélo » organisé par la Fédération française de cyclotourisme

Est-il encore nécessaire de prouver l’intérêt que portent les femmes pour le vélo ? Cet événement l’a prouvé et les rendez-vous de la Fédération comme « Toutes à vélo » qui se déroulera à Toulouse, les 10 et 11 septembre prochains, continue de porter cette bonne parole pour bientôt un vélo avec plus de parité ?

« Toutes à vélo », c’est un événement spécialement conçu au féminin pour que toutes puissent s’exprimer à vélo, à leur rythme, sans esprit de compétition et en toute convivialité. C’est aussi une occasion précieuse de se dépasser, physiquement et mentalement, en effectuant une grande itinérance (plusieurs centaines de kilomètres pour certaines) jusqu’à la destination finale, de découvrir leurs véritables capacités et de partager ensemble leur passion pour la bicyclette !

Plus d’infos sur https://toutesavelo.fr/

Texte et vidéos : Jean-Pierre Giorgi – Photos : John Kovalski
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.