Bourse jeune voyageur : Un projet de voyage à vélo autour du recyclage des masques

 
Le Comité directeur de la Fédération française de cyclotourisme a validé l’attribution de la Bourse Jeune Voyageur à François Pourchasse pour son projet de voyage à vélo écoresponsable. Nous suivrons ses actions en faveur du recyclage des masques au fil de son voyage.

François est un étudiant à l’ICAM de Nantes. Une école d’ingénieur qui prône l’audace, l’ouverture aux autres et au monde. Des valeurs qui collent parfaitement à la mission qu’il s’est fixé pour collecter et valoriser le recyclage des masques. La Fédération devient donc un de ses partenaires. Il débutera son périple le 5 juin 2021.

La Bourse Jeune voyageur de la Fédération

La Fédération française de cyclotourisme propose le label Jeune voyageur international à vélo (souvenir Jacques Vicart), pour les cyclotouristes licenciés ou non, dont le but est d’effectuer un long périple à travers le monde.

Toutes les candidatures devront répondre à un cahier des charges défini dont les objectifs finaux, entre autres, seront le soutien à la Fédération française de cyclotourisme en termes d’image ou de contacts internationaux.

La bourse du Jeune voyageur international à vélo est dotée de récompenses dont la forme et le montant sont décidés par le Comité directeur fédéral, sur proposition d’un jury qui qualifie l’exception du projet.

Le nombre de bourses attribuées chaque année est limité à deux au maximum. Seuls les dossiers retenus seront pris en compte et dotés du montant déterminé. Ce montant est attribué à 50 % avant le départ et la seconde moitié si le périple a été réalisé selon les prévisions.

Plus d’informations sur : https://ffvelo.fr/activites-federales/adherents/label-jeune-voyageur-international-souvenir-jacques-vicart/

François nous parle de son projet

Dans le cadre de mes études d’ingénieur à l’ICAM, nous devons réaliser un projet de 4 mois, appelé « Expériment ». Cela doit nous inviter à nous ouvrir au monde en poursuivant un but personnel à l’étranger, ou en France, en complète autonomie. Mon projet a été dans un premier temps de parcourir la France à la recherche de paysages et de cultures qui me sont étrangères, à travers un grand road-trip à vélo.

Mais que serait un projet ambitieux sans un fil conducteur qui aide notre société ?

Dans le contexte actuel de crise sanitaire, il ne faut pas oublier un des plus grands enjeux de notre décennie : la transition écologique. Nous vivons dans un monde qui souffre de la pollution, qu’elle soit massive ou individuelle. Nous devons œuvrer chacun à notre échelle, pour pouvoir enfin endiguer ce phénomène, et vivre plus sainement. La problématique qui lie la crise sanitaire et la pollution a notamment été soulevée par Florian Danielo, un cycliste breton qui parcourt la terre entière en ramassant les déchets qu’il trouve sur sa route.

Plus récemment, en 2020, il a effectué un tour de France pour ramasser les masques, utilisés par tout le monde, et qui sont malheureusement jetés n’importe où. En l’espace de deux mois, il en a ramassé 620 masques qu’il a ensuite donné à des artistes pour qu’il puissent les recycler et en faire des œuvres d’art. Dans ses pas, je souhaite, tout au long de mon parcours, ramasser les masques et les déposer dans des points de collectes partenaires du projet, pour qu’ils soient recyclés.

Les masques sont aujourd’hui pratiquement tous jetés dans les poubelles « tout venant », et vont ensuite être incinérés, les masques jetables étant considérés comme des déchets infectieux. Alors que, au même titre qu’une bouteille de plastique, les masques usagés sont totalement recyclables. Après échanges avec différents hôpitaux, ils m’ont confirmés que les masques n’étaient pas jetés dans des poubelles prévues aux objets contaminés.

À travers mon voyage, et à travers mes différents posts sur les réseaux, je veux sensibiliser les gens au recyclage des masques. D’après une étude de l’ONG OceansAsia, 1,5 milliards de masques ont fini dans l’océan en 2020. Il faut savoir également que si un de ces masques n’est pas ultérieurement ingéré par un mammifère, qui mourra sûrement par la suite, ces masques mettront 450 ans à se décomposer totalement.

Mon objectif est d’aider à la mise en place de points de collecte, de sensibiliser en partageant, et de communiquer à travers la France les enjeux majeurs de ce projet.

Vous pouvez contribuer au projet en vous rendant sur le site : https://www.helloasso.com/associations/cyclo-mask

Nous allons suivre ici-même régulièrement les collectes et les actions de François pour rendre la planète plus belle !

 

Texte : Jean-Pierre Giorgi / François Pourchasse – Photos : DR
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.