Cycles Cattin, une transmission réussie

En 2015, Daniel Cattin a cédé son entreprise et son nom à Fabien Bonnet. En toute confiance. Trois ans plus tard, la succession s’avère être un succès. Rencontre avec un jeune constructeur. 

Lorsqu’un commerçant, un constructeur laisse son nom à son successeur, c’est le signe qu’une relation de confiance s’est établie avec le repreneur. Après quelques essais infructueux, Daniel Cattin, bien connu dans le milieu du cyclotourisme et du voyage, trouve celui qui allait poursuivre l’aventure du vélo « fabriqué à la main dans les Alpes françaises » – c’est écrit sur les bases des créations. Quant à « l’esprit Cattin » on le retrouve dans toutes les phases de la réalisation des commandes passées par les passionnés qui poussent la porte de Fabien Bonnet à Poisat, petite ville proche de Grenoble : « Faire des vélos fonctionnels et adaptés aux pratiques du client. Mes vélos ne sont pas beaux juste pour être beaux. Pas de tape à l’œil, pas de bling-bling! »  

Fidèle au Concours de Machines

Fabien Bonnet fait partie de ces jeunes constructeurs qui n’hésitent pas à échanger, à participer au Concours deMachines*. Cette année, il était présent à Bruniquel (82) avec un VTT. Pas une machine ultra légère mais un VTT taillé pour le transport des bagages afin de vivre une aventure en toute autonomie : tente, réchaud, réserve d’eau, couchage, vivres… Un raid qu’il a lui-même affronté.  

Impossible de rater son vélo, baptisé « La Mule » pour l’occasion, les couleurs choisies étaient résolument « anti chasseur ». Impossible de confondre la Mule avec un quelconque gibier. Au-delà de cet aspect anecdotique, VTT et bagages ont été réalisés dans son atelier : « Un vélo conçu pour fuir les routes et chercher le plus beau sentier, que ce soit avec une préférence pour la montée (muletier) ou pour la descente (endurigide). » 

Des vélos adaptés à la pratique


Fabien Bonnet est à l’écoute de ses clients : « Je ne suis pas les modes pour suivre les modes, mon ambition est de satisfaire le client. »Le client doit bien connaître sa pratique actuelle et sa pratique à venir. Réponses et budgets sont pris en compte. Le choix des braquets est une phase importante.  

Puis, en fonction de la morphologie du cycliste, Fabien étudie la géométrie du futur cadre. C’est une autre étape primordiale. Le client vient avec sa tenue de cycliste et ses chaussures et pédale sur son gabarit.  Petit à petit, les côtes sont affinées : hauteur de selle, recul…  

Vous souhaitez découvrir sa randonneuse légère, lire la suite, achetez la revue n° 685 ou abonnez-vous.  

 

* Cyclotourisme-mag : https://cyclotourisme-mag.com/2018/06/17/bienvenus-dans-un-monde-de-passionnes/ 

https://cyclotourisme-mag.com/2018/06/22/qui-dit-concours-dit-recompenses 

 

Texte et photos : Georges Golse

 

 

ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.