Concours national d’éducation routière, la sécurité gagnante

Le Comité régional de Nouvelle Aquitaine avait choisi le Centre sportif départemental de Boyardville comme cadre du Concours national d’éducation routière 2018 : 60 participants de 10 à 12 ans, 31 accompagnateurs et officiels représentant dix Comités régionaux et 21 bénévoles ont pris part à l’événement. L’équipe de Bretagne a été classée à la première place, et la sécurité est ressortie gagnante.

Un long déplacement pour la plupart des délégations. Train, minibus, autocar et même bateau –« Oh le pot ! » ai-je entendu à cette évocation- ont amené tout le monde sur l’île d’Oléron, en Charente-Maritime. Rapide installation. Partage des spécialités, chacun offrant gourmandises et boissons emblématiques de sa région. La France est bien diverse et riche…de ce point de vue. Un moment très sympa.  

Auparavant, les bénévoles de la Sphère jeunesse, du comité régional Nouvelle Aquitaine –en charge de l’organisation- et du club voisin de Dollus avaient mis en place les ateliers et la logistique. 

Aujourd’hui, c’est du sérieux


Nous y voilà. Ouverture en grande pompe en présence de Madame Dominique Rabelle, vice-présidente du conseil départemental de Charente Maritime, M. Yves Traumat représentant le maire de Saint-Georges, Maurice Gaillard président du Codep et Alain Minot représentant le président du Comité régional. Alain Rat, Vice-président fédéral représentant la présidente de la FFCT, officiait au micro auprès de Marie-Françoise Desbrousses, élue fédérale en charge des écoles de cyclotourisme. 10 régions représentées, 10 équipes de 6 jeunes de 10 à 12 ans – 2 filles et 4 garçons- et leurs accompagnateurs .  

Place aux ateliers 


Sept tests les attendent. Théorie en salle. Maniabilité, aisance dans les gymnases où la fraîcheur et le stress ont quelque peu paralysé les participants. « Ce n’est qu’un jeu » répétaient les éducateurs… mais le désir de bien faire, la peur de se décevoir et de décevoir les copains étaient palpables. Leur mérite n’en est que plus grand et ils sont passés avec plus ou moins de réussite à travers les obstacles placés devant leurs roues. Le layrinthe reste le test le plus redouté. Clairvoyance, lucidité, connaissance des panneaux de signalisation routière, attention, sont nécessaires pour sortir du parcours sans avoir commis de fautes. Les adultes qui oublient joyeusement les stops auraient fort à faire !  

La remise des récompenses venait clore la journée sportive. La Bretagne, battue sur ses terres en 2017, a pris sa revanche sur l’Ile de France deuxième. La Bourgogne Franche Comté prends la troisième place. Personne n’a à rougir, le classement est très serré…et puis « Ce n’est qu’un jeu »!  

La sécurité, une priorité


L’éducation routière occupe une place de premier rang dans les objectifs de la fédération et des éducateurs des écoles de cyclotourisme. L’enjeu de tous ces efforts est la recherche de l’autonomie à vélo et la sécurité. Les performances sont le fruit d’un travail régulier au sein des écoles de cyclotourisme, tout au long de l’année. Entrainements en salle et sorties permettent d’acquérir la maîtrise de la conduite du vélo. Ainsi, par exemple, dans l’équipe du Grand-Est, on a retrouvé Arthur, 10 ans, qui est passé sans encombre à travers tous les pièges des 750 km du Trait d’union, en juillet dernier. A l’heure où l’Education nationale se préoccupe du « savoir pédaler », la Fédération française de cyclotourisme et ses éducateurs ont des années d’avance…  

Texte et photos : Georges Golse 
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.