Longues distances – Le goût du défi

La longue distance devient tendance… Cette pratique prend de l’ampleur au sein de nos clubs mais également auprès des cyclistes. Ce goût du défi est un premier pas vers l’aventure.

Nos rédacteurs se sont penchés sur le cas de la longue distance. Ils ont essayé d’en trouver la définition, mais celle-ci ne pourra être que relative tant la prise en compte de critères personnels induit cette relativité.

Disons-le tout net, depuis toujours la Fédération française de cyclotourisme a su développer les longues distances voire les très longues sous la forme de brevets divers, Diagonales de France, Flèches et bien sûr le Paris-Brest-Paris Randonneur devenu le graal pour beaucoup d’entre nous. Mais depuis quelques années, nous avons vu se développer des pratiques mêlant évidemment le sportif, la recherche de l’originalité, le dépassement de soi sans oublier le tourisme.

Ce phénomène a été pris en compte par notre Fédération au point de créer une commission « Longues distances et brevets sportifs » sous la présidence de Stéphane Gibon, jeune élu fédéral à l’enthousiasme communicatif.

Il nous explique ici la genèse de sa passion, le pourquoi de ce développement des longues distances, les projets. 

La parole à Stéphane Gibon, président de la commission longues distances

Stéphane Gibon, créateur et grand pratiquant de randonnées longues distances.

Un dimanche matin de mai 2010, je dors quelques minutes sur la table d’un bar de Loudéac. Encore étudiant, je ne sors pas cette fois-ci d’une soirée trop arrosée. Nous sommes quatre et nous venons de traverser le rude Centre Bretagne par une nuit fraîche. Fatigué par plus de 335 km casse-pattes et avant de repartir pour les 65 derniers, j’ai écouté toute la nuit les conversations parlant d’un monde inconnu gravitant autour du Paris-Brest-Paris Randonneur. Par hasard, je viens de rentrer dans l’univers des « longues distances ». Deux ans plus tard, nous organisons nos premiers brevets randonneurs à Saint-Germain-de-Tournebut (Manche). Tout d’abord pour mettre le pied à l’étrier de certains membres du club (nous serons ainsi quatre au Paris-Brest-Paris 2015 et 2019) puis de plus en plus pour proposer des randonnées qui nous conviennent, que cela soit pour l’organisation ou pour le parcours.

Au fil des années, dans ma pratique, je recherche de plus en plus le « beau » et le convivial sans forcément le trouver, j’ai donc décidé d’en créer. Pendant cette grosse décennie de randonnées longues distances, le paysage a changé. 

Le guidage par satellite


Il est désormais partout, que cela soit sur un GPS ou un smartphone. Plus besoin d’être un expert de la carte IGN pour rouler en dehors de son « espace géographique » que cela soit sur les routes ou les chemins. Ainsi pour nos randonnées longues distances, nous pouvons donc rouler sur des parcours « complexes » sans balisage.

La société


La « pure » compétition attire bien moins de monde que de relever ses défis. Les sports d’endurance ont la cote et le vélo est un sport « plus facile » que la course à pied, l’ultra-trail ou bien le triathlon. Pour un coureur à pied, il est plus facile de passer du 10 km au marathon que de passer sous les 35 minutes sur ces 10 km. En faisant l’analogie avec le vélo, il est plus facile de passer d’une sortie de 100 km à Paris-Brest-Paris que de se mettre à rouler ces 100 km à 35 km/h ! Alors beaucoup vont chercher des aventures humaines, une satisfaction personnelle, des défis, une reconnaissance par l’allongement des distances.

Les nouveaux pratiquants


Ils sont très nombreux mais n’ont pas toujours une longue expérience du vélo ou à l’inverse viennent de la compétition et vont chercher d’autres sensations. En une décennie, ces nouveaux pratiquants sont plus jeunes, plus « connectés », plus urbains, les femmes plus présentes et sur tous types de vélos.
 

Les nouvelles pratiques


De nouveaux formats ont émergé, de 200 à 4 500 km, que cela soit sur la route ou les chemins, avec ou sans classement, avec ou sans parcours imposé, avec ou sans tracker GPS. Les groupes de discussion réservés aux participants sont très utilisés pour s’entraider, se retrouver sur la route, partager les bons plans et expériences.
 

Les acteurs


Entre le GPS qui évite de baliser des parcours et un nombre plus important de personnes cherchant des évènements, de nouveaux acteurs sont apparus, en l’occurrence des professionnels de l’évènementiel sportif en plus des associations/clubs fédérés. Le mythique Paris-Brest-Paris Randonneur organisé par l’Audax club parisien n’est plus le seul évènement longue distance.

Une multitude d’autres manifestations ont donc vu le jour. L’engouement pour la pratique est réel, certaines de nos manifestations atteignent les limites des inscriptions très rapidement. Des clubs et des sections dédiées aux longues distances sont apparus. Ces clubs et sections participent au renouvellement de nos clubs et manifestations. Nous avons d’un côté des manifestations qui refusent beaucoup de monde et d’autres moribondes. Du côté des clubs qui eux s’adaptent et évoluent, proposent autre chose, nous retrouvons souvent les critères suivants :

– toutes les informations et l’inscription en un clic : toutes les informations sont disponibles sur Internet, les inscriptions sont en ligne, la communication est présente sur les réseaux sociaux. Le pratiquant est à portée de clic !

– des parcours originaux : le GPS permet toutes les folies, tous les parcours. C’est notre spécialité, sortons des grandes routes, allons à la rencontre du petit patrimoine, traçons des parcours en forme de vélo, de cœur… terminé les parcours avec trois lignes droites et un pointage à chaque coin, faisons visiter la France.

– l’accueil et la convivialité : nous recevons des invités. Au départ, un point café est le bienvenu pour discuter et échanger mais à l’arrivée, le participant doit trouver de quoi se requinquer, se faire plaisir, pouvoir discuter avec les organisateurs et les autres participants. Il ne faut pas lésiner sur la qualité et la convivialité, proposons du gourmand. Ce n’est plus possible de faire des arrivées en mettant son carton dans une boîte à lettres et en rentrant directement à la maison.

Pour beaucoup, une randonnée longue distance, c’est l’exceptionnel, un objectif, une expérience de vie, nos randonnées doivent être à la hauteur. Les longues distances dépassant les 1 000 km font rêver, sont parfois un bâton de maréchal mais ce sont les micro-aventures, plus faciles à organiser sur un week-end qui attirent le plus de participants. Une randonnée longue distance, ce n’est pas un concours de celui qui en fait le plus, c’est du sport sans la compétition, des défis accessibles, des voyages dans un autre monde depuis le pas de la porte.

Les objectifs de la commission Longues distances de la Fédération

Faire vivre le label « Longues distances »
  • Cahier des charges répondant aux attentes des pratiquants.
  • Orienter les membres de la Fédération et les nouveaux pratiquants vers des randonnées de qualité, légales et aux frais d’inscription abordables.
  • Créer une communauté faisant la promotion de nos diverses randonnées.
  • Tirer vers le haut la qualité des randonnées et répondre aux questions des organisateurs.
 Développer la pratique féminine 
  • Appuyer les initiatives locales. Les longues distances, c’est aussi pour les femmes !
 Mettre en valeur nos organisations
Prioritairement celles labellisées par des articles dans nos publications, par des publicités dans la presse, par l’invitation de la presse sur nos manifestations et avoir une présence proactive au prochain Paris-Brest- Paris, la vitrine longue distance de la Fédération. Nous devons intégrer les longues distances à d’autres manifestations afin de les faire sortir du cercle des initiés.
 
Les Diagonales
Accompagner les Diagonales de France dans leur modernisation : inscription en ligne, site web les présentant, modifications de règlement…
Pour info : les événements Longue distance 2023 de la Fédération sont à retrouver sur https://ffvelo.fr/randonner-a-velo/longue-distance/

 

Dossier complet sur les longues distances à retrouver dans la revueCyclotourisme numéro 729 de décembre 2022. 

Texte : Stéphane Gibon et Michel Savarin, remanié par Jean-Pierre Giorgi – Photos : Fabien Beaujean
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.