Il termine son BCN à 85 ans sans assistance électrique !

Voilà l’histoire d’un couple de cyclotouristes grenoblois, Michel et Mireille Guillerault. Rien de plus banal me direz-vous ? Sauf que Mireille a 80 ans et Michel a 85 ans !

Mireille et Michel, sont venus sur le tard au cyclotourisme. Mais depuis, ils ont bien rattrapé le temps. Il y a quelques temps, ils ont bouclé leur BCN (Brevet de cyclotourisme national) et Jean-Marc Lefèvre, le délégué fédéral au BCN leur a attribué l’homologation n°1211 pour Mireille et n°1212 pour Michel. Comme le précise Jean-Marc Lefèvre, un BCN peut se réaliser à tout âge. Le plus jeune participant inscrit au BCN a 14 ans, le plus ancien a 85 ans ! Qui  a dit que le vélo ça conserve ?

Michel est revenu pour nous sur la genèse de ce brevet, réalisé en couple avec Mireille


Longtemps avant de connaître la Fédération française de cyclotourisme et de nous inscrire dans un club grenoblois, nous entreprenions souvent de longues randonnées cyclistes pendant nos vacances, ce qui nous a permis, pendant plus d’une vingtaine d’années, de parcourir de nombreuses régions de France.

Vers 1994, nous avons voulu remplacer nos vieilles randonneuses Liberia par des randonneuses plus modernes, et l’artisan-vélociste qui nous les a construites nous a fait connaître les organisations cyclotouristes, d’où notre affiliation assez tardive à un club de la Fédération

Au bout d’un certain temps nous avons pu découvrir l’existence des sites BCN-BPF (six par département), et nous avons commencé à les collectionner un peu au hasard, en particulier lors des Semaines fédérales ou pendant des séjours organisés par notre club.

Vers 2003, nous nous sommes inscrits aux Flèches de France (organisation de l’Audax Club Parisien). Constatant alors que ces vingt Flèches (de Paris à une ville située sur la frontière terrestre ou maritime de la France) nous faisaient chaque fois parcourir à la suite de nombreux départements, nous avons pensé que le BCN (un site à inscrire par département pour 91 départements concernés) était merveilleusement adapté à ce type de randonnées. En effet parmi les six sites possibles pour un département, nous pouvions choisir celui qui nous attirait le plus ou celui qui s’adaptait le mieux à notre parcours.

Une Flèche, puis une autre…


Ainsi, c’est en 2004, pour la Flèche Paris-Brest, suivie de la Flèche Nantes-Paris que nous avons inauguré notre première carte BCN, en commençant par Montfort-l’Amaury (Yvelines), Longny-au-Perche (Orne), Lassay-les-Châteaux (Mayenne), Fougères (Ille-et-Vilaine), etc. À notre retour trois semaines plus tard à Paris nous avions déjà inscrit  les dix départements de la première carte.

En 2008, en traversant la Nièvre lors de la Flèche Marseille-Paris, nous avons constaté que nous avions déjà roulé dans tous les départements métropolitains. Nous étions donc T.L.F.D.L.J. (« Toute la France dans les jambes ») comme le disaient il y a bien longtemps (1944) les créateurs du BCN.

Cependant, en pointant sur notre septième carte à La Machine (Nièvre), nous n’avions encore inscrit que 62 départements pour le Brevet cyclotouriste national. Nous ne pouvions en rester là et il nous restait à « officialiser » ce T.L.F.D.L.J., ce que nous avons fait au cours de nos dernières Flèches de France, puis ensuite de manière moins systématique.

Une pause et ça repart !


Après quelques années sans aucune inscription nouvelle sur nos cartes, nous avons enfin terminé cet été l’inscription sur nos cartes de la totalité des 91 départements du BCN…
 
Du moins nous l’avons cru, car n’ayant pas envoyé nos cartes au fur et à mesure au responsable, nous ne nous étions pas aperçus que nous avions inscrit deux fois la Corrèze, une fois en 2004 à Voutezac et une autre fois en 2014 à Argentat, sur une autre carte. Or, si un département a été inscrit deux fois, c’est bien sûr qu’il en manque un autre dans la liste !

Heureusement le département manquant était le Val-d’Oise, proche cet été de notre lieu de vacances, et nous avons ainsi obtenu notre dernier coup de tampon dans la vallée de la Seine, le 22 août dernier, à Vétheuil, un bien beau site où nous étions d‘ailleurs déjà passés deux fois auparavant…

Cette petite mésaventure montre bien qu’il vaut mieux envoyer au responsable, au fur et à mesure, les cartes complétées, plutôt que de les garder jalousement au fond d’un tiroir et les envoyer toutes en même temps à la fin, comme nous l’avons fait. « Nostra culpa ! » 

Cette erreur, bien sûr, nous ne la commettrions plus s’il nous était encore possible de recommencer ce beau brevet…

Le BCN, l’assurance de voir le meilleur de la France


Que de beaux sites de la France le BCN nous a fait visiter ! Dans l’impossibilité d’en citer beaucoup, contentons-nous de nous remémorer trois d’entre eux.

Le premier, c’est Superbagnères (Haute-Garonne) en 2004, une montée magnifique par un temps splendide, en couronnement de notre Flèche de France Paris-Luchon. Les Pyrénées dans toute leur splendeur.

Le second, c’est la modeste localité de Saint-Bonnet-Tronçais (Allier) en 2006, où nous avons pu le soir, grâce à notre hôte du jour, admirer l’effet du coucher de soleil sur les chênes de la forêt de Tronçais, un embrasement doré spectaculaire.

Le dernier, c’est Saint-Martin-du-Canigou (Pyrénées-Orientales) en 2013, le site le plus « extraordinaire » de toute la série, à la fois par son approche (un chemin viabilisé étroit et en très forte pente qu’il nous a fallu monter à pied) que par l’abbaye elle-même, toute enveloppée d’une brume masquant ou démasquant les différents bâtiments. La visite de l’abbaye elle-même, sous la conduite d’un moine, reste aussi un souvenir marquant.

Et encore merci au responsable du BCN à qui nous avons donné d’un coup beaucoup de travail.

Découvrez la carte des sites BCN-BPF de la Fédération sur veloenfrance.fr

 
Texte : Michel Guillerault et Jean-Marc Lefèvre – Photos : Michel Guillerault
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.