Semaine fédérale 2022 – J7 : Rendez-vous au sommet !

 
Pour cette dernière journée, les parcours menaient au nord-est. Les cyclotouristes sont partis à la découverte des charmes de la Bretagne : de Moncontour, à Lamballe et jusqu’à la Côte d’Émeraude pour les plus aguerris. Et puis c’est un jour au sommet… des Côtes-d’Armor. On vous raconte tout ça !

La traversée des cités de caractère


D’abord Moncontour. Il y avait des vélos partout dans ce très beau village de France, fièrement accroché sur son escarpement rocheux (oui : ça grimpait dur !). Ses remparts médiévaux rappellent encore le passé de cette place fortifiée du Duché de Penthièvre, au XIIe siècle. C’était aussi le moment de faire tamponner sa carte de route BCN-BPF, chasses aux plus beaux sites de France à vélo : Moncontour en fait partie.

Il y avait ensuite Lamballe, avec ses maisons à colombages, ses hôtels particuliers et l’imposante collégiale : des témoignages de la riche activité marchande de cette ville au XVIIIe siècle. Et puis, c’est le fief du fameux postier breton, ce cheval facilement identifiable dans une pâture avec son encolure forte, large, musclée, sa tête courte et carrée.

Mais il y avait aussi Querrien, haut lieu de pèlerinage, ou encore Plémy, village de granit, largement décoré aujourd’hui pour l’occasion…

Un petit coucou à la mer

Les cyclotouristes n’allaient tout de même pas repartir de Bretagne sans revoir cette si belle baie. Depuis Pléneuf-Val-André, ils ont longé un peu la côte. En se retournant, ils pouvaient même apercevoir le cap d’Erquy, avec ce beau temps clair. Certes, la saison de la coquille Saint-Jacques est terminée depuis avril, mais une dégustation de quelques huîtres ou de moules est toujours possible… tout comme la baignade avant de rentrer !

Une grimpée au Bel-Air des Côtes-d’Armor


C’était le 135kilomètre du plus grand circuit : une montée de deux bornes pour parvenir au col de Bel-Air, à 339 mètres d’altitude. Et il faut dire que c’était succès garanti là-haut. D’abord il s’agit d’un point de vue d’exception vers Lamballe et la côte. Il y avait aussi cette chapelle et sa tour, érigée au milieu du XIXe siècle. Et un accueil formidable ! Le comité des fêtes de Trébry avait choisi d’animer le lieu pour souhaiter la bienvenue aux cyclotouristes avec un peu de réconfort en haut de la montée.

Ce soir, d’ailleurs, la fête a continué, même si on commençait à remballer dans les campings fédéraux. Le dîner de gala était donné au village fédéral. Plus de 1 200 personnes y ont mangé ensemble et dansé. Sans oublier, demain, le traditionnel défilé de clôture, qui parcourra Loudéac pour remercier les habitants de façon conviviale et colorée.

Texte : Bertrand Houillon – Photos : Jean-Claude Henry et Bertrand Houillon
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.