Découverte de la vallée Maira en VTT

Nous vous proposons un voyage dans une petite vallée à la frontière entre l’Italie et la France, la vallée Maira. Un endroit aux paysages abrupts et petits villages pittoresques qui ne donne qu’une envie… y revenir !

L’histoire de cette vallée est un rendez-vous manqué avec le tourisme de masse : c’est ainsi qu’elle nous est présentée. Imaginez la montagne, avec des cirques en fond de vallée et des routes qui accèdent aux sommets. Il y aurait eu en effet de quoi développer dans les années passées des stations de ski comme ailleurs avec remontées mécaniques mais ici les villages ont été délaissés par l’exode vers les centres urbains. Alors la vallée Maira (Valle Maira) est restée à l’écart pour aujourd’hui notre grand bonheur, jusqu’à devenir ce lieu marqué par le tourisme durable. Parce qu’elle a une très belle histoire, qu’elle est riche de nature et que le développement initié par ses habitants est tourné vers l’avenir.

Du VTT grandeur nature !

Cette vallée, peut paraître plutôt hostile au premier abord, avec des versants plongeant directement dans le torrent Maira. En fait, c’est un paradis, façonné il y a deux millions d’années par une ancienne mer qui séparait deux continents. Ceux qui préfèrent le confort peuvent se promener pour admirer la vue magnifique dans les nombreuses vallées latérales, se balader dans les vieux hameaux où l’architecture mélangeant la pierre et le bois est restée intacte, et savourer la cuisine locale. Cinq circuits accessibles à toute la famille invitent à cette découverte, à l’entrée de la vallée, depuis Villar San Costanzo ou en son cœur avec des boucles d’une vingtaine de kilomètres.
Mais il y a aussi de quoi transpirer un peu avec plus de vingt circuits plus difficiles avec des dénivelés de plus de 1 000 m qui conduisent vers les sommets, pour des vues splendides vers le mont Viso notamment : avis aux amateurs !

chemins en balcon

La vallée du Gravel

Il y a ici une multitude de possibilités pour faire du vélo, et encore plus avec un Gravel. Quelques amateurs, dont le gérant du refuge Lou Lindal (cf. les infos pratiques), savent apporter d’ailleurs de précieux conseils. Par exemple, en empruntant d’abord la route de fond de vallée, on rejoint après quelques efforts (on gagne 2 000 m en moins de 40 km) le colle di Sampeyre. De là, en bifurquant à droite, on en prend plein les yeux avec la via dei Cannoni. C’est une longue route, construite au XVIIe siècle par le royaume de Sardaigne, pour transporter son artillerie et combattre la France et l’Espagne. Elle se situe presque entièrement sur la ligne de partage des eaux des vallées Maira et Varaita. Elle traverse en altitude des prairies alpines infinies avec des panoramas à couper le souffle.

L’ensemble de la boucle, au départ de Dronero, fait environ 90 km, alternant routes et chemins.

Une vallée de l’anchois en plein cœur des montagnes

La route du sel est aujourd’hui réputée à VTT ou en Gravel depuis Cuneo jusqu’à Vintimille avec un trajet de 150 km. Il s’agit de routes antiques empruntées par les marchands pour transporter le sel marin, élément clé pour la conservation de l’alimentation avant l’invention des réfrigérateurs. Moins connue est cette petite vallée de l’anchois. Il se trouve en effet que, dans la vallée Maira, on construisait des tonneaux et on a donc fini par y transporter des anchois de Méditerranée dans le sel. Un musée, situé dans une ancienne église du village de Celle di Macra, retrace cette épopée : l’artisanat de l’anchois, sa pêche, son transport sur des charrettes, remplacées au XXe siècle par des camionnettes. C’est inattendu, alors il ne faudra surtout pas passer à côté de la spécialité culinaire et séculaire composée d’huile d’olive, d’ail et d’anchois : la bagna cauda, servie dans tous les restaurants de la vallée.

Alors laissez-vous tenter !

Infos pratiques

  • Accès
    Depuis Turin, par train jusqu’à Cuneo (1 h 15), puis un bus durant 30 minutes jusqu’à l’entrée de la vallée (Dronero). De là, vous pouvez utiliser les Sherpa bus, pour voyager dans la vallée ou tout simplement faire transporter vos bagages entre les auberges (sherpabus@libero.it).
  • Louer un e-bike 
    La société Rideup organise ces locations dans toute la vallée. Elle propose également des tours accompagnés adaptés à chaque niveau. www.ridupbike.it
  • Nos coups de cœur

– Un refuge idéal : Lou Lindal, une petite auberge au fond de la vallée, dont les responsables, cyclistes, sont adorables ! Et on y mange local et très bien… – www.rifugioloulindal.com
Mais toutes les auberges et les restaurants sont de très bonne tenue, avec partout des produits locaux et cuisinés avec amour.

– Une micro-brasserie : vous ne trouverez nulle part ailleurs cette bière « Alp di frere », car leur petite production est vendue uniquement ici. Vous pouvez visiter, et aussi déguster un repas très sympa qui se terminera peut-être avec une panacotta au genépi !

 

Texte et photos : Bertrand Houillon
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.