Cyclo’livres : Week-end aventure à vélo

Deux spécialistes de la presse spécialisée ce sont associés pour nous livrer un manuel de l’aventure à vélo le temps d’un week-end ou plus…

L’aventure à vélo, et donc le voyage itinérant, sont l’essence même de la Fédération française de cyclotourisme. Vous trouverez dans ce guide des conseils à destinations des débutants comme des plus chevronnés.

Patrick Van Den Bossche et Dan de Rosilles, les auteurs,  ont tous les deux une expérience dans le cyclisme qui remonte à de nombreuses années. Désormais tournés vers le Gravel, qui incarne à leurs yeux la monture idéale pour le voyage à vélo, ils écrivent de nombreux articles sur le blog https://bike-cafe.fr/ pour présenter un cyclisme alternatif.

Loin de la compétition avec pour credo donner au plus grand nombre l’envie de s’essayer à la pratique du vélo, formidable vecteur de bonne humeur. Ce qui leur fait un autre point commun avec la Fédération qui a pour devise : « À vélo tout est plus beau ! »

Que trouve-t-on dans ce guide ?

Le livre est divisé en quatre chapitres :

  1. Les préliminaires
  2. Préparer sa micro-aventure
  3. Manger et dormir
  4. Où et comment partir à l’aventure ?

Pour chacune de ces parties, les deux auteurs entrent dans les détails en abordant la question du choix du vélo, la mise en œuvre du projet, le tracé de l’itinéraire, les notions de mécanique, les vêtements, sans oublier le matériel telles que les sacoches, les indispensables pour un bivouac réussi et s’alimenter.

Volontairement, les auteurs n’ont pas souhaité faire une liste exhaustive de toutes les possibilités laissant ainsi à chacun le loisir de créer sa propre aventure en fonction de son lieu géographique, mais également de son niveau sportif.

Vous trouverez tout de même une liste de quatre micro-aventures pour donner aux néophytes (ou pas) des pistes de réflexion.

Nous avons rencontré Patrick Van Bossche

À qui se destine ce guide ?


Ce guide est destiné à tous les cyclistes qui veulent s’aventurer à vélo. L’époque un peu folle que nous venons de traverser, avec cette crise sanitaire mondiale, a changé pour beaucoup notre façon de vivre. En écrivant ce guide, nous avons pensé à tous ceux qui souhaitant s’évader était prêt à partir sur les routes et les chemins. Quoi de mieux que le vélo, engin libertaire et écologique par excellence.
 
Dans ce guide, les « néo aventuriers à vélo » trouveront de précieux conseils pour éviter les écueils immanquables pour des néophytes. Les plus aguerris trouveront également quelques conseils précieux, notamment pour ceux qui veulent aller plus loin, et se lancer dans des week-ends en totale autonomie.  

Vous avez, vous et Dan de Rosilles,  un vécu différent de la pratique du vélo. Comment vous-êtes vous répartis les tâches ?


C’est simple il y a quatre chapitres principaux dans l’ouvrage, chacun  a « dirigé » l’écriture de deux chapitres, laissant ensuite à l’autre le loisir de venir enchevêtrer ses idées dans les écrits de l’autre.

J’aime  l’aventure, mais également mon petit confort. Moi c’est plutôt hôtel le soir ou chambre d’hôtes avec douche, repas et lit douillet. Alors je ne te cacherais pas que la grande partie bivouac et autonomie à vélo est l’oeuvre de mon ami Dan, qui lui est un adepte du bikepacking et de la longue distance.

En principe écrire à deux n’est pas une chose facile, mais dans notre cas ça a été un vrai plaisir et notre complémentarité de cyclistes et « d’aventuriers » a apporté, je pense, une certaine richesse à cet ouvrage. En plus c’est Dan qui a choisi toute l’iconographie. Photographe et vivant à Arles, il a l’oeil exercé pour faire de bons choix.

Faut-il avoir une « super machine » pour faire des super voyages ?


Non bien sûr… d’ailleurs on l’indique dès le début de l’ouvrage. Par contre il faut absolument qu’elle soit en bon état de marche et surtout en adéquation avec le terrain et le projet. Nous avons même imaginé qu’il est possible de réaliser une aventure à vélo en Vélib ou en vélo pliant.

En fait je pense qu’il faut arrêter de considérer que les super aventures ne sont réservées qu’à ceux qui se lancent dans la traversée de l’Amérique du sud ou encore à ceux qui relient à vélo le Cap Nord à la ville du Cap en bas du continent africain. Pour certains, enfourcher leur vélo usuel avec deux sacoches suffira pour  vivre une aventure. Elle sera à leur dimension et elle les obligera à sortir de leur zone de confort… N’est-ce pas ça simplement l’aventure ?   

 

Ce livre est très riche en conseil en tout genre, mais la partie « idées de micro-aventures » est restreinte. Cela est voulu pour laisser le lecteur imaginer sa propre aventure ?


Effectivement et cela a été un choix.

Nous sommes dans une « collection »… Aux éditions Vagnon nous avons été précédé par différentes thématique de « Week-end aventure »: en montagne, en forêt, à la pêche, en randonnée. À la fin de l’ouvrage nous donnons quatre exemples d’ambitions très différentes pour illustrer des thèmes : une « robinsonnade » de 35 km à Montpellier, un grand hui parisien dans le genre aventure urbaine, un panorama montagne au Ventoux et pour finir une aventure en forme d’archéologie ferroviaire sur l’ancienne voie du train des Pignes à Nice.

 
L’idée est surtout dans cet ouvrage de laisser à chacun la possibilité, plus valorisante d’ailleurs, d’imaginer sa propre aventure. Dans le paragraphe « Trouver l’idée pour s’échapper », on donne les clés. À chacun de s’en saisir pour ouvrir sa propre porte…  

Quel est pour vous le type de vélo qui se prête le mieux à l’aventure ?


Le vélo qui se prête le mieux sera celui qui conviendra à l’aventure choisi. On peut raisonner de deux façons. La première pourra être de dessiner son aventure, la préparer et choisir la monture qui conviendra le mieux. La seconde sera de mettre comme contrainte à son aventure qu’elle se fera avec le vélo que l’on possède, dans ce cas il faudra adapter son objectif aux capacités du vélo. Après personnellement, pour moi le vélo idéal est un Gravel. Cette « randonneuse » des temps modernes bénéficie de tous les apports technologiques de notre époque et sa polyvalence d’usage le rend capable de se faufiler partout.  

Utiliser un VAE pour une aventure vélo est-ce de la triche ?

Non absolument pas et je dirais pas plus que de l’utiliser pour aller au boulot. Certaines personnes auront besoin de cette assistance soit pour suivre un groupe d’amis plus aguerris, soit pour oser affronter des parcours vallonnés. Je pense que cette idée de « triche », qui traîne encore dans les pelotons de certains cyclistes, est désormais dépassée.
Notre réponse est, face à ces allégations, de dire : « on échange… Prenez mon âge, prenez mon handicap, moi je prends le vôtre. »
Je vois plutôt le VAE comme une véritable ouverture pour l’aventure pour certains qui sans cela ne partiraient pas. En plus, et pour l’avoir vécu, lors de tests de matériel l’autonomie des VAE actuels autorise des aventures intéressantes et plus vertueuses que de prendre sa voiture ou une moto…    

L’aventure à vélo ou le territoire que tu recommanderais les yeux fermés ?


Question très difficile. Comment faire un choix, alors que notre France regorge de magnifiques endroits ? Nous possédons sur notre territoire un réseaux de routes secondaires énorme. Nous avons des Parc régionaux magnifiques, des montagnes, de plaines, des routes côtières… Le réseau de nos voies cyclables ne cesse de grandir et d’être aménagé.

En fait ce que j’aime, ce n’est pas tant le territoire pour sa sublime beauté, c’est surtout ce qu’il raconte. J’aime inventer un scénario pour pimenter mes balades : refaire la route des « Chasse-marées » qui apportaient le poisson à Paris au temps de Louis XIV, la route des trois massifs entre Aix-en-Provence où j’habite et Fréjus, la piste des moutons « La Routo » entre Arles et l’Italie, etc. Mais j’adorerais aller aussi en Bretagne où j’ai roulé autrefois sur la randonnée des clochers, j’ai aussi adoré les Vosges, le Velay-Vivarais.
Alors tu vois c’est difficile de faire un choix, et surtout pas les yeux fermés, car il faut au contraire les ouvrir en grand, lorsqu’on traverse ces belles régions.         

 

Informations

Éditions Vagnon
Nombre de pages : 128
EAN : 9791027106608
Prix TTC : 13,50 €

Ce livre sera le cadeau idéal pour la fête des mères ou des pères qui arrivent bientôt ?

Texte : Jean-Pierre Giorgi – Photos : Éditions Vagnon – Jean-Pierre Giorgi 
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.