Food Valley Bike, la dolce vita en Italie du Nord !

Imaginez un circuit vélo entre tourisme, tradition et découverte de la gastronomie italienne ? C’est ce que nous avons vécu lors notre séjour dans la région de Parme sur la Food Valley Bike.

Nichée au cœur de la région Émilie-Romagne au nord de l’Italie, la Food Valley Bike est un itinéraire de 80 km au départ de Parme en direction de Busseto. La région de Parme est connue pour la plupart des Français pour son jambon, le Parmesan, Giuseppe Verdi et le monde de Don Camillo… mais il y a tellement d’autres choses.

Un voyage à la découverte des véloroutes et des saveurs


La Food Valley Bike a été créée en septembre 2021 pour promouvoir le « slow tourisme », la culture, la gastronomie, le vin et toutes les saveurs authentiques. Le point de départ de cette aventure champêtre est Parme qui fut en 2021 capitale italienne de la culture. Bien entendu, rien ne vous empêche de démarrer ou bon vous semble.  Sur votre route, vous découvrirez les lieux de productions du Parmigiano Reggiano, des pâtes sans oublier le fameux jambon de Parme.

Le fleuve Pô comme compagnon de voyage


Tout au long de votre périple, vous ne serez jamais loin du fleuve. Le Pô qui ressemble en de nombreux point à la Loire de par sa longueur (680 kilomètres) et son aspect sauvage préservé nous réserve de belles rencontres avec les nombreux oiseaux qui nichent sur les rives ou les animaux qui constituent une faune très variée. Il est à noter que le parc naturel du Pô est le seul en Europe à protéger dans son intégralité et sur toute sa longueur un fleuve de cette taille.
 

La Fédération à la découverte des possibilités cyclotouristique de la Food Valley Bike


À l’invitation de APT Servizi, société de promotion touristique qui promeut l’Émilie-Romagne sur le marché national et international, nous voilà à mettre le cap sur le sud de l’Europe alors que Paris est sous la grisaille. L’avantage d’une telle invitation est que tout est prévu sur place, les vélos, les casques. Cela permet de voyager beaucoup plus simplement et de profiter des 1 h 40 de vol en direction de Milan.
 

Petite visite à Milan


Je sors de l’avion avec ma doudoune et je suis accueilli par un grand soleil. Le voyage commence bien ! Je dispose devant moi de trois heures avant de retrouver les autres journalistes et de débuter le voyage de presse. La priorité est de trouver une terrasse au centre Milan et de déguster un café « ristretto ». Le breuvage avalé je me dirige vers les monuments immanquables, je débute par le théâtre de la Scala. Je l’avoue, je suis un peu déçu par la façade qui n’est pas représentative de l’architecture néo-classique de l’intérieur.

Je file à la Galerie Vittorio Emanuele II avec un effet « whaou » garanti. Le soleil à travers les verrières fait briller le marbre de mille feux. Il faut savoir, que ce passage constitue le plus ancien centre commercial au monde. Preuve que l’Italie du Nord est une des capitales forte de la mode internationale. J’enchaîne avec la majestueuse place qui abrite la grande cathédrale gothique « le duomo ». J’avale une pizza sur le pouce et je retrouve mes compagnons de voyage.

Une fenêtre sur le Pô


Nous installons notre camp de base pour les prochaines 24 h dans une auberge pleine de charme « La Finestra sul Po ». Avant de prendre les vélos, nous débutons par une dégustation de Parmesan. Les italiens le déguste avec du miel… je ne connaissais pas cette façon de manger le fromage.

Nous découvrons nos vélos, des VTT avec assistance électrique. Cela sera une première pour moi ! Pour nous familiariser avec les montures, nous faisons une courte étape qui nous mène jusqu’au château Pallavicino Casali un des bâtiments de défense les plus impressionnants de la région. La Rocca abrite désormais le musée ethnographique, l’aquarium du Po et le musée archéologique.

Nous reprenons nos vélo pour découvrir les rives du Pô. Notre guide qui est naturaliste, nous parle avec passion de la flore et de la faune si riches en cet endroit. Nous entrons sur une île située entre un affluent et le fleuve. Par endroit les plages de sables ressemblent à un désert. C’est magnifique !

Un souper est le bienvenue pour cette première journée qui fut marathon. Nous découvrons le cadre raffiné d’une auberge traditionnelle : la Cattivelli. Nous allons enfin pouvoir déguster les mets locaux. Nous débutons par la charcuterie : Salame Piacentino, Coppa Piacentina et la Pancetta Piacentina. Je fais la connaissance du vin pétillant, le Lambrusco, c’est très surprenant mais très agréable… 

Une journée sous le signe du Parmesan


Cette deuxième journée débute à vélo pour nous rendre dans une fabrique de Parmesan. Le processus de fabrication oscille entre tradition et modernité. Le savoir-faire ancestral côtoie les dernières technologies. Les meules sont énormes et le processus de maturation impressionnant entre bain d’eau saumuré et stockage sur des kilomètres d’étagères.

Sur un air d’opéra


Nous reprenons nos vélos pour nous rendre à Busseto, ville qui fut naitre le maestro Giuseppe Verdi. Nous avons la chance d’avoir une visite privée de sa maison, restée dans le même état que lorsque  Verdi composait ses opéras. Il avait horreur du bruit, dans le jardins les allées sont recouvertes de sables pour ne pas que le bruit des pas puissent interrompre sa création.

Nous entrons avec nos vélos dans le village de Busseto, un village à l’architecture italienne typique.

Un cours de cuisine avec un chef étoilé


La balade continue en direction de l’intérieur des terres. Nous posons nos vélos dans une bâtisse qui ressemble à un ancien corps qui abrite désormais un relais et château de toute beauté. L’intérieur avec son plafond à caissons du XVIe siècle surprend le visiteur. L’hôtel dispose seulement de onze chambres, toutes avec beaucoup de charmes.

Giuseppe Verdi toujours présent.

Le temps de prendre une douche et de quitter la tenue de cycliste que nous enfilons le tablier pour une cours de cuisine avec Massimo Spigaroli, chef étoilé. Je l’avoue, plutôt que d’être excité, je suis stressé face à mon pauvre niveau de cuisine. Le chef nous met tout de suite à l’aise par des mini-ateliers ou même des enfants auraient pu participer. Nous confectionnons des pâtes fraîches et des gnocchis qui seront cuits dans la foulées et déguster en fin d’atelier servi avec une sauce au pesto.

Un atelier de cuisine avec un chef étoilé !

Pour rester dans le thème, nous visitons le musée de la charcuterie et plus précisément du Culatello. Nous pénétrons dans un lieu saint. Les salles voutées sont comme un sanctuaire ou pendent des milliers de jambon en cours d’affinage. L’odeur est typique de la salaison et les clairs obscurs que procurent le faible éclairage plonge le tout dans une ambiance particulière.

Nous enchaînons par le repas gastronomique. Cela sera une première comme pour la plupart des cyclistes qui m’accompagnent. Manger dans un restaurant qui possède une étoile au guide Michelin est un moment privilégié dans la vie d’un épicurien. Les plats s’enchaînent dans un ballet parfait des serveurs aussi nombreux que notre tablée. Il faut savoir qu’en Italie, il y a toujours une entrée (antipasti), un premier plat (primi piatti), un second plat (secondi piatti) sans oublier le dessert. Autant vous dire que le peu de calories perdues en pédalant dans la journée, furent largement compensées par ce festin de roi.

Enfin une grande étape à vélo !


Ce matin, nous sommes encore sous le charme de notre soirée « étoilée » de la veille. Nous prenons nos vélos pour ce qui s’annonce comme la plus grande étape du séjour à savoir 45 kilomètres. Notre groupe est constitué de journalistes, mais également de membres d’agence de voyage. Le niveau sportif est très disparate, pour exemple, seuls les garçons portent un cuissard de vélo. Toutes les filles, sont en tenue de ville avec jeans et baskets.

Nous pédalons sur une Voie verte complètement coupée à la circulation, cela est très agréable. Les kilomètres s’enchaînent au milieu de champs à perte de vue. Nous sommes en approche de Colorno et de son Palais ducal  qui se rêve le Versailles italien.

Avant d’attaquer la visite, un petit café dans un bar typique de la ville. Nous voilà prêt à faire le plein de culture ! Notre guide qui parle un peu français, nous livre une visite détaillée du bâtiment, des tableaux et des jardins. Sans faire de chauvinisme, la visite est belle mais loin du prestige de Versailles.

Nous reprenons les vélos pour rejoindre les berges du Pô où nous attend une balade en bateau sur ce fleuve sauvage. Nous posons les vélos sur les berges pour embarquer, par groupe de six, au port fluvial de Mezzano. La circulation fluviale est interdite depuis le classement en parc naturel, seules quelques autorisations sont accordées comme celles de nos guides de River Passion. Nous remontons le fleuve à la découverte de la faune et de la flore qui bordent les berges. Ce qui nous surprend c’est le nombre de pêcheurs. Il faut savoir que la pêche aux silures, ces poissons « hors normes », représentent la plus grande attractivité touristiques de la région. Elle est surtout prisée par les européens de l’Est (Allemagne, Hongrie…). Notre escapade fluviale se termine au port de Boretto.

Une pause gastronomique vient ponctuer cette journée en plein-air, avec une visite  de la fromagerie « latteria sociale la grande » où est produit le fameux « Parmigniano Reggiano » connu dans le monde entier. Nous découvrons tout le processus de fabrication et d’affinage. Ce que nous retiendrons, en cette fin de journée, c’est la dégustation de fromage parfait pour reprendre des forces.

Le petit monde de Don Camillo


La journée continue par un retour en enfance avec la découverte de la petit ville de Brescello où fut tournée les cinq épisodes des Don Camillo. Toute la ville est dédiée à l’univers de Fernandel et Gino Cervi alias Don Camillo et Peppone. Les restaurants, les bars, les statues sans oublier les fameuses églises et mairies servirent de décors naturels à ces films cultes.

Nous déambulons dans les rues en nous imprégnant de l’atmosphère hors du temps qui règne encore. Nous visitons les deux musées qui sont consacrés à l’univers cinématographique des protagonistes. Nous avons même droit à une rencontre avec le sosie officiel de Don Camillo qui aime poser avec les touristes de passage.

Dernier jour en Italie


Comme chaque jour, nous enfourchons nos vélos pour partir à la découverte du patrimoine italien. Ce matin, c’est une dégustation un peu inattendue que celle du vinaigre balsamique. Juste après le petit-déjeuner, j’appréhendais un peu, mais cela passe bien.

Nous y découvrons un précieux breuvage qui peut avoir jusqu’à 40 ans d’âge et se présenter dans de petites fioles tel des parfums. Notre guide qui est également le producteur est un homme passionné qui a mis toute sa vie au service du vinaigre balsamique. Quand la tradition rejoint la passion cela donne des mets d’exception.

Nous reprenons nos vélos pour une charmante balade sur les petites véloroutes qui sillonnent à travers la campagne. Les vélo à assistance électrique donnent des ailes à notre peloton qui sent que la prochaine étape n’est pas loin. La moyenne est proche des 25 km/h ce qui représente pour des néophytes une belle performance.

Jour de fête à Gualtieri


Nous entrons dans la ville médiévale de Gualtieri par l’une des portes fortifiées. Il y a beaucoup d’effervescence sur la grand place « Piazza Bentivoglio ». Un vide grenier côtoie une parade de véhicules anciens, de nombreuses voitures et Vespa typiquement italienne sont garées un peu partout. Sans oublier quelques voitures américaines comme des voitures de police qui attirent toutes les attentions.

Pour nous, c’est une visite culturelle qui nous attend avec le palais Bentivoglio qui abrite entre autre une grande collection du peintre Antonio Ligabue. Le lieu et les peintures sont surprenantes par leurs raffinements. Cela sera la conclusion de ce voyage culturel et cyclotouristiques en Italie du Nord.

Nous avons fait le plein de véloroutes très agréables mais nous avons surtout découvert une richesse gastronomique non soupçonnée pour ma part. Chaque ville possédant une spécialité culinaire.

L’Italie et la Dolce Vita


Bien que le terme « dolce vita » se destine historiquement à la ville de Rome grâce au film de Federico Fellini sorti en 1960. Nous pouvons l’affirmer, la douceur de vivre s’applique à tout le pays tant les richesses culturelles sont grandes pour chacune des régions. L’Italie est une destination de choix pour le cycliste en quête de paysages et de tourisme à quelques heures de la France.

Une application pour ne rien rater de la Food Valley Bike


Téléchargez l’application gratuite, disponible sur le site www.foodvalleybike.com, pour découvrir toutes les richesses la région sur votre vélo.

Avec l’ application Food Valley Bike, vous trouverez des informations utiles sur tous les sites d’intérêt gastronomique, environnemental et culturel touchés par l’itinéraire. La liste des activités artisanales et commerciales, des services pour cyclistes et non cyclistes, des structures d’hébergement, avec des liens et des informations, devient un support valable pour faire connaître les réalités entrepreneuriales locales. Une façon de ne rien rater de votre aventure italienne dans la région d’Émilie-Romagne au nord de l’Italie.

Texte et photos : Jean-Pierre Giorgi
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.