BPF : Saint-Martin-du-Canigou dans les Pyrénées-Orientales

Cette randonnée que l’on nomme aussi « Le chemin de croix du cycliste » vous mènera dans les Pyrénées-Orientales entre ciel et terre à la découverte de Saint-Martin-du-Canigou, BCN-BPF de la Fédération.

Enserrée par les somptueux paysages des contreforts du massif du Canigou, l’abbaye Saint-Martin-du Canigou (alt. : 1 055 m), haut lieu catalan de spiritualité, risque de marquer votre esprit. Le chemin d’accès est en effet aussi époustouflant que l’abbaye en elle-même. Dans le bâtiment d’accueil des visiteurs, la bonne sœur de la Communauté des Béatitudes reste ébahie. Carte BPF en main pour moi, cachet de l’abbaye en main pour elle, le geste reste suspendu. Elle vient de comprendre que nous sommes venus jusqu’ici à vélo. À la félicité figée succède une admiration non feinte puis, enfin, la curiosité. Voilà un accueil bienveillant qui ragaillardit. 

Car autant que vous soyez prévenu, aller là-haut n’est pas une formalité et ce site BCN-BPF pas comme les autres restera une curiosité dans cette improbable collection.

Une abbaye qui se mérite


L’accès à cette pseudo-route est réservé aux piétons et ayant-droits ; on s’y engage dans le village de Casteil, près de l’auberge Saint-Martin (dont le cachet sera refusé à l’homologation nous fait savoir le gardien du temple). L’abbaye, greffée sur un piton 235  m plus haut, reste indécelable et deviner le tracé du cheminement est impensable.

Sans avoir une idée de ce qui nous attend, nous nous lançons, très vite arc-boutés sur nos pédales et guidon, à l’assaut d’une pente qui donne le vertige. Selon des relevés glanés après coup sur un blog, les 250 premiers mètres sont à 14  %. Puis, comme autant de stations d’un chemin de croix, nous nous heurtons à une succession de très courtes épingles à cheveux, cramponnées à la muraille, oscillant sur 500 m dans une fourchette de 18 à 20  %. Un répit nous est accordé sur une centaine de mètres.

 
À peine le temps de reprendre notre souffle sous la frondaison de la forêt que le second coup de lame nous asphyxie en nous envoyant un 15 et 18  % sur 500 m. Le compte n’y est pas pour obtenir un total de 1 500 m mais l’idée est là. Imaginez qu’en période estivale les piétons constituent autant obstacles qu’il est conseillé d’éviter et de respecter. Saluer… demander le passage… s’excuser… et remercier pour les encouragements… le palpitant renâcle et frappe fort dans la poitrine ! 

L’arrivée sur la plate-forme de l’abbaye ne paie pas de mine. Pour l’apprécier et l’embrasser dans son environnement, abandonnez votre vélo puis grimpez pendant cinq minutes un sentier escarpé qui vous fera l’offrande du célèbre point de vue. 

Un paysage et un bâti splendides


Vous contenterez-vous d’un coup de tampon après ce labeur ? Certes, la visite pourrait s’arrêter là mais je vous invite à être plus curieux. Outre l’histoire du lieu, grand témoin des prémices de l’art roman méridional, un membre de la Communauté vous fera découvrir les deux églises superposées dont celle de la Vierge qui est à demi enterrée.

Le cloître s’ouvre sur les montagnes et le précipice, on comprend alors comment une retraite de quelques jours ici peut être d’un grand bénéfice. Enfin ! Si vous ne vous laissez pas perturber par les inquiétantes représentations de têtes de lions et béliers ailés, de têtes humaines boursouflées sur les chapiteaux. 

 

Aller plus loin

Pour en savoir plus sur ce BCN-BPF : https://ffvelo.fr/randonner-a-velo/ou-quand-pratiquer/les-plus-beaux-sites-de-france-bcn-bpf/pyrenees-orientales/

Retrouvez la liste  des 500 hauts lieux touristiques à découvrir à vélo (BCN-BPF) sur veloenfrance.fr

Le tourisme en Canigou : https://www.tourisme-canigou.com/

Source article : texte tiré de la revue Cyclotourisme n° 720 de février 2022 remanié par Jean-Pierre Giorgi.

Texte et photos : Philippe Henry 
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.