Séjour fédéral : Escapade en Gascogne

Après plusieurs annulations en raison de la crise sanitaire, cette vingtième édition du séjour fédéral « Escapade en Gascogne » a pu avoir lieu pour le plus grand plaisir des « camping-caristes cyclotouristes » !

Sans savoir si nous pourrions l’organiser, nous avons préparé avec la plus grande attention tous les éléments inhérents à la mise en place de ce séjour : parcours, visites, dégustations, repas… et même la création d’un « maillot collector » !  

Gagné  ! C’est bon, pas d’ombres à l’horizon ! Nous sommes ravis et les plus ravis ce sont surtout les participants, la joie de se retrouver se lit sur leurs visages, à leur arrivée au camping. On en avait tous besoin ! C’est autour du pot d’accueil que nous leur dévoilons la trame du séjour. Les détails viendront jour après jour. 

Tourisme et Mémoire


Pour la première journée, c’est à la fois touristique (BPF de Simorre), souvenir et mémoire, avec la visite du maquis de Meilhan, haut-lieu gersois de la Seconde Guerre mondiale. 

La seule chose qu’on ne pouvait pas prévoir c’est la météo qui nous a joué deux vilains tours. Le premier, dès le lundi, où nous avons dû faire du covoiturage pour rejoindre Lartigue, où une association nous avait concocté un superbe méchoui. Nous l’avons dégusté, bien au chaud, dans la salle des fêtes, en profitant d’une belle ambiance musicale. Certains se sont même essayés aux danses régionales. 

Le deuxième, c’est le lendemain, mardi, sur le parcours le plus long, pour se rendre à Notre-Dame de Garaison. Et là, c’est à une quinzaine de kilomètres de Garaison que le ciel nous est tombé sur la tête. Des trombes d’eau déversées sur nos pauvres cyclos qui sont arrivés trempés comme des soupes. Le père Pascal, qui nous a fait la visite, nous a bien mis le chauffage dans l’église, mais cela n’a malheureusement pas suffi, et c’est tremblant comme des feuilles que les cyclos ont avalé leur pique-nique. Un bon café bien chaud les a un peu réconfortés.

Heureusement, au moment de partir, le ciel s’est dégagé et c’est finalement sous le soleil et presque secs que nous sommes rentrés. 

Nombreuses découvertes culturelles et gastronomiques


Heureusement ces épisodes pluvieux se sont arrêtés, et c’est avec un beau temps, voire chaud à certains moments, que les cyclos ont pu découvrir les richesses tant culturelles que patrimoniales ou gastronomiques : la visite du moulin de Durban, commentée par un passionné, les villes de Boulogne-sur-Gesse, Trie-sur-Baïse, les chapelles de Saint-Clamens et de Saint-Élix-Theux et les mottes féodales et castrales de Moncassin et de Samaran, les maisons aux murs en damiers… avec aussi un petit plus cette année, des points-café sur trois jours de la semaine. 

Bien sûr, le Gers est très vallonné, mais cette partie-là, l’Astarac, l’est encore plus.  Mais malgré cela, malgré les abats d’eau qu’ils ont subis, nos cyclos n’ont jamais rechigné et ont toujours gardé le sourire.  

Une semaine conviviale


Enfin, comme chaque année, cette semaine s’est achevée par le repas de clôture avec animation musicale. Là encore, on a senti le besoin et le plaisir de se retrouver, de partager de super moments de convivialité et de faire la fête ! 

En se quittant, tous ont dit combien ils avaient été heureux de pouvoir vivre ces moments, et combien ils attendent la prochaine édition en 2022. 

Françoise Saint-Martin  du Comité départemental 32 

Cet article est à retrouver dans la revue Cyclotourisme du mois de décembre 2021 (n°718)

Photos : Simorre BPF – DR
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.