BPF : Clisson l’insolite

Bien qu’au sud de la Loire, nous voici avec une petite ville très ancrée par son histoire à la Bretagne toute proche.

En effet, ce n’est qu’en 851 que Clisson, en même temps que le Pays de Retz voisin, devint définitivement bretonne par le traité d’Angers.

Le château de Clisson

Devenue désormais clé de voûte de la défense des Marches de Bretagne, face au Poitou et à l’Anjou, ses seigneurs jugèrent bon de fortifier la ville.
 
Pour cela ils construisirent un château, planté sur un éperon rocheux dominant la Sèvre, en prenant le temps qu’il fallait puisque sa construction débutée au XIe siècle se poursuivit jusqu’au XIIIe siècle. Le castel n’étant alors qu’une enceinte polygonale agrémentée de tours défensives. Après la chute des seigneurs de Clisson, la ville devint la propriété des ducs de Bretagne puis de leurs descendants.
De 1464 à 1488, le duc François II de Bretagne, subjugué par le charme de la région, transforma le château en véritable forteresse avec l’adjonction d’une seconde enceinte munie de nombreuses tours défensives couvrant la partie ouest plus exposée.
 
C’est cet ouvrage, restauré de 1974 à 1993, que le cyclo apercevra en premier de quelque direction qu’il vienne. Il n’a plus qu’à pénétrer dans son enceinte, par la porte sud par exemple, dite porte « Cabareau », classée au titre des monuments historiques, pour le découvrir.
 
Le château étant ouvert toute l’année le touriste pourra y trouver des textes explicatifs sur le bâtiment, des vidéos retraçant l’histoire clissonnaise, ainsi que l’histoire architecturale de l’édifice.

 

Clisson « l’italienne »


Mais il n’y a pas que la citadelle qui vaille la baguenaude car la ville est également connue sous le nom de Clisson l’italienne. Elle doit cette particularité aux frères Pierre et François Cacault, venus s’installer à Clisson en 1798 après un long séjour en Italie.
 
Fortement marqués par la culture et l’architecture italiennes, ils entreprirent une reconstruction de la ville alors en ruines sur le modèle des cités toscanes, lui donnant ainsi son aspect actuel.
 
Au gré de vos déambulations vous pourrez découvrir, près du château, les halles de Clisson, du XIVe siècle, qui sont parmi les plus vieilles de France, un peu plus loin le parc Henri IV et son moulin de Plessard et, sans doute, emprunterez-vous le pont en granit de la vallée, sur la Sèvre, datant du XVe siècle, ou le pont Saint-Antoine, sur la Moine, datant de la même époque.

Mais le lieu de promenade à ne pas manquer c’est le domaine de la Garenne Lemot, un parc situé sur les communes de Gétigné et Clisson créé par le sculpteur François-Frédéric Lemot au début du XIXe siècle dont l’ensemble se veut, lui aussi, un hommage aux paysages et à l’architecture de l’Italie.

C’est bien ces deux parfums, ce partage entre Bretagne et Italie, qui font de Clisson une cité haute en couleurs, insolite et séduisante.

 

Aller plus loin

D’autres balades autour de Clisson ? Rendez-vous sur https://veloenfrance.fr
Pour découvrir la région du Pays de Loire : www.enpaysdelaloire.com

Cet article est à retrouver dans la revue Cyclotourisme du mois de décembre 2021

Texte : Michel Jonquet – Photos : Michel Jonquet et DR
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.