Robert Marchand, supercentenaire, pour toujours !

La vie de Robert Marchand ressemble à un film. Il y a eu des hauts et des bas et tout cela est consigné dans l’ouvrage rédigé par Philippe Besson.

Robert Marchand est certainement le cycliste amateur le plus connu au monde. Le vélo n’a pourtant pas toujours était présent dans sa vie, nous devrions dire dans ses vies, car Robert a vécu plusieurs vies. Comme nous l’apprenons dans le livre, notre héros est né en 1911 à Amiens. Il a donc connu les deux Guerres mondiales. Cela forge, dès la naissance, un sacré caractère.

Sportif avant tout


Avant de débuter le cyclisme, il essaye la boxe pour faire plaisir à son père, mais sans grand intérêt… Puis vient la gymnastique dans laquelle il excelle, il deviendra même champion de France. Puis vient, un peu par hasard, le vélo. Il a alors 14 ans quand il remporte sa première course. Grisé par cette victoire, il imagine en faire son métier, mais l’entraîneur de l’époque ne croit pas en lui et le juge trop immature pour la compétition.
C’est chez les pompiers de Paris, qu’il découvre la rigueur et une certaine l’hygiène de vie. Mais il étouffe devant tant de hiérarchie et décide de partir loin… d’abord le Vénézuéla, puis le Canada pour finir par rentrer en France et s’établir de façon plus sédentaire.
C’est à l’âge de 67 ans qu’il revient au vélo sous les couleurs de son club FFVélo de Mitry-Mory.
Tous les détails de cette vie rocambolesque sont consignés dans la version définitive de le livre Robert Marchand, supercentenaire, pour toujours ! 
 

Rencontre avec Philippe Besson, auteur de la biographie


Cela faisait quelques années que je voulais écrire un ouvrage sur les centenaires de Saint-Étienne mais je ne trouvais pas le sujet qui me captivait. De fil en aiguille, je me suis intéressé à Robert Marchand par le biais de l’Ardéchoise. Je l’ai appelé par téléphone, je lui ai proposé de faire un livre et il a répondu pourquoi pas ? Pour son âge, il avait encore une bonne mémoire et une bonne écoute. Au moment de notre rencontre, il avait déjà un record du monde.

C’est ainsi que sort en 2012, la première version des mémoires de Robert Marchand sous le titre J’ai 100 ans et alors ? . Il faut savoir qu’il a repris le vélo à la retraite car il avait plus de temps, il se consacre alors à la longue distance. Il participera ainsi à huit Bordeaux-Paris, quatre Paris-Roubaix et douze Ardéchoise qui restera l’épreuve de son cœur car il entretenait des liens très fort avec l’organisateur Gérard Mistler.

Il faut savoir que jusqu’en 2018 il progresse encore grâce à un entraînement spécifique conçu par Véronique Billat, enseignante-chercheuse en physiologie. Elle dit de lui, qu’il a la forme d’un homme de 45 ans. Il en a plus de 100…

La conclusion de ce livre est que Robert est une personne incroyable mais que lui, il se considérait comme normal. Cependant, il était flatté d’être montré en exemple.

Pour en savoir plus sur le livre http://www.leseditionsdephenicie.fr/fr/histoires-d-humains/19-102-ans-et-toujours-en-piste-.html

Texte : Jean-Pierre Giorgi – Photo  : DR – Visuel couverture livre : DR- Les éditions de Phénicie
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.