Accidents de la route, trop, c’est trop !

Depuis quelques mois, de nombreux accidents mortels ont endeuillé notre Fédération et ses clubs. Plusieurs familles sont dans la peine. Que pouvons-nous faire ? Comment agir ? 

En 2019, devant la recrudescence des accidents graves, voire mortels, qui ont touché des adhérents de notre Fédération, nous avions envisagé des actions auprès des automobilistes, préfectures et départements. Il nous avait été répondu qu’il ne fallait pas « déranger » les automobilistes et que faire une manifestation sur le partage de la route ne serait que contreproductif.

Évidemment les comités départementaux concernés par les accidents graves nous ont soutenus, malheureusement la crise sanitaire liée au Covid-19 est passée par là et tout a été laissé en sommeil.  

Lors du prochain séminaire Sécurité la question sera posée et nous ferons avec ceux qui voudront porter auprès des institutionnels nos demandes et notre message sécuritaire. Parfois des circonstances font que l’accident est inévitable mais l’imprudence des conducteurs de véhicules motorisés tout comme les infrastructures sont trop souvent en cause. 
Ajoutons à cela les non sanctions lors de rares procès qui nous conduisent à réfléchir sur notre mode de communication auprès des pouvoirs publics mais aussi de la population en général. 

Ce seront les sujets de nos prochains travaux pour la commission Sécurité, après la réécriture de la Charte cyclable en cours, mais aussi pour toute la Fédération. 

Retrouvez sur ffvelo.fr  toutes les actions et les éditions fédérales consacrées à la Sécurité

 

Article complet à retrouver dans la revue Cyclotourisme d’octobre 2021 (n°716), la revue officielle de la Fédération française de cyclotourisme.  

 

Texte : Denis Vitiel, président de la commission nationale Sécurité de la Fédération française de cyclotourisme – Photo : Jean-Luc Armand
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.