Villepreux – Toulouse, 776 km pour participer à « Toutes à vélo – Toulouse 2021 »

L’Association des Cyclos-Randonneurs de Villepreux ne fait pas les choses à moitié ! Deux féminines (+ un accompagnateur) ont sillonné la France en sept étapes pour rejoindre Toulouse à l’occasion de l’événement vélo « Toutes à vélo – Toulouse 2021 », les 11 et 12 septembre derniers. Retour sur leur Voyage itinérant.

Villepreux se trouve en région parisienne tout proche de Versailles, alors que Toulouse c’est presque 800 km plus au sud. Le plus logique aurait été de prendre le train en direction de la « ville rose »… mais cela aurait été mal connaître les cyclotouristes ?

Nous allons vous raconter l’histoire du périple d’une semaine d’Édith, Jocelyne et André,  leur accompagnateur,  en direction de  Toulouse. 

Nous partons de Villepreux le samedi 4 septembre 2021 à 7 h 30. Nous arriverons devant le panneau « Toulouse » le vendredi 10 septembre 2021 à 16 h 30.
Notre trio est autonome, nos effets personnels sont soigneusement empaquetés dans nos sacoches.

Nous sillonnerons la France en sept étapes pour un total de 776 km et 6 859 mètres de dénivelé. Au cours de notre périple, nous traverserons quatre régions et douze départements.

Le voyage en quelques points

Notre plus belle étape : celle qui nous a conduit d’Issoudun à Guéret. Nos coups de cœur : l’étang de La Genête (en Creuse) où ses eaux calmes font se confondre les arbres et leurs reflets et la route de la corniche grimpant dans les gorges de l’Aveyron (après Saint-Antonin-Noble-Val).

Petit bémol : la forêt solognote et ses routes monotones mais nous avons apprécié son ombrage et le rose des bruyères florissantes.

La côte qui nous a le plus « chatouillé » les cuisses :  la sortie de Saint-Céré par la D48 : 7,8 km et 426 mètres de dénivelé.

Des images insolites : une bibliothèque aménagée dans une cabine téléphonique, un troupeau de moutons et son berger réalisés avec de la paille, bien en vue au carrefour de deux routes, un vieil homme endormi sous un abribus la casquette sur les yeux !

Des rencontres agréables : à Lazenay (village du Cher), deux habitantes remplissent nos bidons d’eau fraîche (un vrai bonheur !). La gentillesse et la bonne humeur de l’équipe du camping de Caylus. Le charcutier itinérant sur la place de Salvagnac (dans le Tarn) qui nous indique son adresse au cas où nous aurions besoin d’eau.

Du soutien : jour après jour, les copines et copains de notre club ACRV, nous envoient des messages d’encouragement par WhatsApp et SMS. Nous les recevons avec plaisir. Un grand merci aussi à Jacky et à Gérard qui ont fait un bout de route avec nous le premier jour.

Des hébergements confortables : nos hébergements en hôtels et mobil-home nous ont permis de repartir chaque matin en pleine forme, sans oublier nos découvertes gastronomiques ! Notre dessert préféré, le flan pâtissier du casse-croûte de midi. Salut amical aux féminines de Drancy que nous avons doublées le premier jour mais que nous n’avons plus revues.

Des vélos fidèles  et une météo clémente : ce serait injuste de ne pas mentionner le comportement irréprochable de « nos montures » ; pas de problèmes techniques, pas de crevaisons, même pas besoin de gonfler les pneus et graisser les chaînes au cours de notre périple.
Et que dire de la météo ! si clémente durant toute cette semaine, parfois trop de chaleur mais ce serait injuste de s’en plaindre. Certes, il y a eu cet orage impressionnant en soirée à Caylus mais nous étions à l’abri dans notre hébergement.

Des sueurs froides : l’arrivée à Toulouse par la D888 nous a donné des sueurs froides ; trop d’automobilistes oublient que nous sommes vulnérables.

Notre déception : la fête annoncée au village fédéral installé à la Prairie des Filtres n’était pas au rendez-vous, en particulier le samedi après-midi. La journée de dimanche était peut-être plus festive mais nous sommes partis à midi après le pique-nique, il était temps de rentrer à Villepreux en véhicule de location.

En conclusion   


Nous avons passé une belle semaine. Des bonnes étoiles veillaient sur nous ? Peut-être ! Mais aussi et surtout nous nous étions bien préparés, mentalement, physiquement et mécaniquement avec en support la cartographie des parcours soigneusement préparés par André.
Nous avons réussi et nous en retirons une grande fierté, n’hésitons pas à l’écrire !
 
Texte : Jocelyne – Photos : Édith, André
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.