Le Cyclobus sur le chemin de l’école

C’est la rentrée des classes. Les bus de ramassage scolaire, les voitures des parents vont reprendre leur ronde… mais, tels les Bretons d’Astérix, des parents, des enseignants et des cyclotouristes résistent et accompagnent leur enfant à vélo à l’école.

Dans la plupart de nos villes et villages, le vélo a longtemps été abandonné comme moyen de locomotion pour se rendre à l’école. Mais le vélo est revenu dans des villes cyclables. A Strasbourg, par exemple, nous pouvons voir des enfants sur le vélo des parents, dans le cargo ou autonomes sur leur bicyclette. L’exemple n’est sans doute pas unique, pas plus que celui de cyclobus.

Le Cyclobus, un ramassage scolaire pas comme les autres ! C’est à vélo que les enfants rejoignent l’école sur un trajet conçu par les parents volontaires, les enfants inscrits et les associations telles le Comité départemental de cyclotourisme de Charente Maritime et l’association Vive le Vélo dans notre exemple.

Sous bonne escorte

Les mentalités évoluent donc et, même si la circulation s’est intensifiée, des enfants reprennent leur deux roues sous bonne escorte. C’est l’avantage du Cyclobus qui permet d’accéder à l’école à vélo dans de bonnes conditions, mais aussi de faciliter et encourager l’usage du vélo sur le quartier. Avec les parents et les habitants, il encourage la création d’atelier d’autoréparation, de bourse aux vélos, de balades à vélo…

Mise en route avec le Comité départemental de Charente Maritime

Durant un trimestre, les bénévoles et les salariés de l’association Vive le vélo et du Codep 17 encadrent les trajets du Cyclobus, une fois par semaine le matin et l’après-midi pour aller et revenir de l’école élémentaire. Seize enfants maximum peuvent constituer un Cyclobus. Les parents et des bénévoles volontaires en profitent pour se former en vue d’assurer la continuité de l’action au cours des trimestres suivants et les années à venir.

Avant d’en arriver là, il a fallu concevoir le trajet et les lieux de regroupements à horaires fixes. Parents et enfants se sont engagés à assurer un lien permanent avec l’école comme prévenir des absences, faire part des difficultés… Grâce au Savoir rouler, les enfants sont prêts ou reçoivent un complément d’apprentissage.

Un concept séduisant qui ne peut exister et vivre sans le soutien de bénévoles, mais aussi de l’école, des associations de parents d’élèves, du centre social et d’autres associations ou instances du quartier.

Les photos ont été prises lors de cyclobus organisés dans les écoles de Beauregard à La Rochelle et Le Vivier à Périgny de la fin des vacances de printemps jusqu’aux vacances scolaires d’été.

Texte : Georges Golse (avec l’aide précieuse d’ Antoine Rachmuhl) – Photos : Antoine Rachmuhl
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.