En route pour la Semaine fédérale ! #1

Deux féminines du club de l’Union sont en route à vélo en direction du Cotentin afin de rejoindre l’événement de l’été, la semaine fédérale internationale de cyclotourisme.

Adeline est la présidente du club de l’Union, en banlieue de Toulouse. En compagnie de Michèle, les voilà en route cap à l’Ouest pour rejoindre la Normandie et plus précisément Valognes, charmante bourgade du Cotentin, qui sera l’espace d’une semaine le lieu du plus grand rassemblement de cyclotouristes en France.

Les deux femmes, ne sont pas à leurs premiers voyages à deux-roues. Elles pratiquent « l’art » du cyclotourisme depuis de nombreuses années. Il était donc tout naturel de se rendre à ce rassemblement vélo sur leurs propres montures. Elles ont accepté de témoigner de leur périple que nous allons vous faire vivre en plusieurs épisodes ici-même.

Jour 1 : Départ de l’Union


Malgré les difficultés habituelles pour grimper les vélos à bord des trains nous sommes arrivées à Bordeaux sous un ciel encore gris. Longer le Quai des Chartrons et pique-niquer au bord de la Garonne a laissé le temps au soleil de faire son apparition. Enfin ! Je crois que nous pouvons ranger nos ponchos au fond des sacoches, l’été arrive.

Les vignobles du Médoc et les multiples châteaux, Margaux et autres nom illustres, nous rappellent que le vin  ici a enrichi cette région depuis des centaines d’années : les châteaux en témoignent. Seul bémol au tableau : les propriétaires aujourd’hui portent un nom écrit en idéogrammes.

Première nuit dans une chambre d’hôtes située dans un ancien monastère sur les berges de la Gironde. C’est comme si je voyais la mer ! Ceux qui me connaissent savent à quel point ça suffit à mon bonheur !

Jour 2 : Blaye- Royan

Les châteaux des côtes de Blaye et de bourg succèdent à ceux du Médoc : comment ne pas aimer le vin avec toutes ces vignes qui surplombent la Gironde. On remonte vers la Charente et le Pineau remplace le vin rouge sous le regard bienveillant de sainte Radegonde à Talmont

C’est marée basse les carrelets sont levés et les échassiers font leur marché en fouillant les marécages avec leur long bec. Nous laissons Meschers et ses falaises crayeuses, au loin l’église de Royan signe la fin de notre journée. Il a fait beau, on a eu chaud et fait 104 km avec pas mal de dénivelé ! Vivement ce soir qu’on se couche !

Jour 3 : l’odyssée à vélo

Ce matin on longe d’océan aux grandes plages bordées de maisons bourgeoises. La forêt de la Coubre nous cache l’océan et on se perd un peu sur la Vélodysee® qui nous déroute et allonge notre parcours. Comme je l’avais constaté l’an passé la signalétique fait défaut et on n’a aucune idée de l’endroit traversé. Il n’y a pas de voitures certes mais le chemin est parfois fastidieux à travers ces marais qui font penser à la Camargue : réserve d’oiseaux, les flamand roses en moins, quelques troupeaux de bovins et des marécages partout.

Nous mangeons la spécialité locale à la Tremblade : L’Eclade aux premières moules de bouchot de la saison, grillées aux aiguilles de pin : un régal.

L’après-midi vers Brouage et Rochefort se fera sous un chaud soleil à peine rafraîchi par un fort vent d’est. Soit 84 km avec peu de dénivelé.

Au lieu de l’après-midi de plage prévue à l’hôtel du grand large nous avons fini la journée sur les rotules. La route du littoral nous a fait lézarder toute la matinée. L’Hermione finit sa nuit avant l’assaut des touristes au port de Rochefort. La corderie Royale aux premiers rayons du soleil attire nos roues pour un petit café. Suivront Fouras d’où l’on aperçoit au large Fort Boyard rendu plus célèbre aujourd’hui par le jeu télévisé que par ces faits d’armes. La route du littoral nous mène doucement vers La Rochelle que nous prenons le temps de visiter.

La suite s’avérera moins plaisante : pour éviter les départementales encombrées de voitures de vacanciers nous faisons des détours et pénétrons dans le marais Poitevin par des chemins revêtus de castines. À perte de vue sur cette terre plate les canaux bordent les marécages habités par les oiseaux migrateurs, des troupeaux de vaches et oh surprise des cochons laineux !

Nous ne faisons pas de photos tant la route qui nous reste à faire est longue et fastidieuse Michèle est épuisée ! Mais depuis l’hôtel on voit la mer !

Plus d’informations sur la Semaine fédérale : https://www.valognes-sf2021.com/

Texte et photos : Adeline Galasso
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.