Santé : Les trois régimes de contractions musculaires

 
À chaque type de contraction musculaire son intérêt. L’intérêt essentiel est de faire travailler nos groupes musculaires. Pour cela le vélo nous propose un beau panel !

Et oui, nous pourrions dire qu’un cycliste manque d’excentricité.
Même si c’est un peu jouer avec les mots, il nous faut en accepter cette idée. 

Il est un type de sollicitation musculaire qui est totalement absent de notre pratique sportive favorite : le vélo ! Or c’est sans doute ce qui nous sera le plus utile pour développer et conserver nos qualités myotendineuses. 

Les trois régimes de contractions musculaires

Pour y voir plus clair, rappelons les trois régimes de contractions musculaires : 

  • isométrie : le muscle se contracte pour garder la même longueur.
    Exemple : les exercices de gainage.

  • concentrique : le muscle se raccourcit / se gonfle.
    Exemple : le quadriceps ou le molet lorsque j’appuie sur la pédale.
  • excentrique : le muscle résiste à l’allongement.
    Exemple : ce même quadriceps lorsque je descends les marches d’un escalier.

Ces régimes peuvent se combiner en : 

  • pliométrique : combinant excentrique et concentrique.
    Exemple : le saut à la corde.
  • stato-dynamique : combinant concentrique puis isométrique.
    Exemple : pour des développés couchés, bloquer 5’à ½ remontée avant de terminer en explosif.

 

À chaque type de contraction son intérêt


L’intérêt essentiel de faire travailler nos groupes musculaires en excentrique peut se résumer en deux points : 
  • améliorer la force des muscles : en augmentant le nombre des « ponts » d’actine-myosine. Par analogie avec l’aviron, plus il y a de rameurs, plus de force propulsive sera développée. 
  • améliorer notre économie gestuelle : en réduisant la « compliance » de l’ensemble : muscle/aponévrose/tendon. Le rendement énergétique des structures élastiques sera ainsi optimisé, grâce à une meilleure « raideur active » pour employer les termes, très explicites, des physiologistes. 

Or le cyclisme néglige ce type de sollicitation musculaire qui fait pourtant partie des fondamentaux de notre motricité.

Jouons donc à l’excentrique en complément de notre sport porté favori !

 

Retrouvez l’article complet dans la revue Cyclotourisme d’octobre 2020. 
Cyclotourisme, la revue officielle de la Fédération française de cyclotourisme. 

 

Texte : Daniel Jacob, instructeur fédéral – Photo : Jean-Luc Armand
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.