Des chasseurs sauvent un vététiste d’une crise cardiaque

Souvent en opposition pour le partage du territoire, les chasseurs et les vététistes ne sont pas connus pour leur entente cordiale. Pourtant, début janvier, un chasseur a sauvé un cycliste…

Ce matin, un chasseur a sauvé un cyclo… Ce n’est pas une chanson issue du répertoire de Chantal Goya, mais un fait-divers qui a réuni les « frères ennemis » des bois le temps d’une belle action.

Dimanche 3 janvier, trois copains chevauchent leur VTT et décident de se rendre sur leur terrain de jeu favori dans les bois proches de Vallon-Pont-d’Arc en Ardèche pour gravir la Dent de Rez qui culmine à 719 mètres. Ce matin-là, il fait seulement 3°C, mais qu’importe, la passion est plus forte que le froid.

Au départ de la randonnée, les trois compères croisent l’association communale de chasse et se saluent poliment, même si les rapports entre les deux loisirs ne sont pas toujours courtois. Mais qu’importe, ils n’en restent pas moins des amoureux de la nature.

Sauvé grâce à l’intervention des chasseurs

Seulement, quelques kilomètres après la rencontre, l’un des vététistes se sent mal, il éprouve une gêne au niveau de la poitrine. Très vite, une crise cardiaque est soupçonnée, il ne faut pas perdre de temps.

Le souci, à ce niveau des bois, aucun réseau téléphonique pour appeler les secours. L’un des cyclos parcourt deux kilomètres à rebours pour capter à nouveau le signal et pouvoir joindre les secours. Juste après son appel, il croise à nouveau les chasseurs et explique la gravité de la situation.

Les chasseurs utilisent leur 4×4 pour se rendre au plus vite sur le lieu d’intervention. Sur place, la victime a froid, et débute une hypothermie. Les chasseurs le placent dans la voiture en le couvrant avec leurs vestes. Le véhicule rejoint le hameau de Lacessas où les pompiers viendront récupérer le sexagénaire en détresse.

La victime est admise au centre hospitalier d’Aubenas dans les meilleurs délais ce qui permet une prise en charge optimale et de transformer cette grosse frayeur en belle histoire !

Respect et entraide


Comme en témoigne Franck Rivière dans un article du Dauphiné : « Quand on a remercié les chasseurs, ils nous ont répondu que c’était normal, que si ça avait été l’inverse, on aurait fait pareil. Ils n’ont pas tort mais c’est beau de voir que deux loisirs différents qui peuvent se déranger dans les bois arrivent à s’unir dans l’adversité. »

La moralité de cette histoire est que l’humain est plus fort que la croyance sportive ! Il faut apprendre à se respecter pour mieux partager le territoire et vivre en harmonie.

Aller plus loin


Cette histoire est à retrouver en intégralité sur le site du Dauphiné : https://www.ledauphine.com/faits-divers-justice/2021/01/04/ardeche-un-vetetiste-sauve-grace-a-une-chaine-de-solidarite
 
Texte : Jean-Pierre Giorgi – Photos : Jean-Luc Armand (ouverture) et Envato (article)
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.