Porte-vélos, faire le bon choix

En ces périodes compliquées, quoi de plus réjouissant que de penser à des départs futurs avec voiture et vélos. L’occasion de parcourir les différentes formules sans oublier la sécurité nécessaire à ces transports.

Notre pratique du cyclotourisme nous incite à découvrir des sites touristiques, parfois éloignés de notre lieu de résidence.

Pour nous y rendre, le plus souvent nous utilisons un véhicule qui nous permet de transporter nos vélos.

Plusieurs possibilités  pour cela :

  • Le ou les vélos sont transportés à l’intérieur du véhicule sans système particulier ou fixé grâce à un porte-vélo intérieur.
  • Le ou les vélos sont transportés dans une remorque dédiée à cette fonction.
  • Le ou les vélos sont transportés à l’extérieur du véhicule, dans ce cas obligatoirement à l’aide d’un porte-vélo.
  • Les porte-vélos pour camping-cars sont soumis aux mêmes obligations.

Côté Technique

Voici quelques exemples de porte-vélos qui existent sur le marché : 

  1. Sur le toit
  2. À l’arrière
  3. Porte-vélos hayon pour automobiles
  4. Porte-vélos hayon pour camping-car
  5. Porte-vélos suspendus fixés sur la boule d’attelage
  6. Porte-vélos plateforme sur boule d’attelage

Côté Sécurité, que dit le Code de la route ?

Le véhicule que nous utilisons doit être conforme au Code de la route. Il en est de même lors du transport des vélos. C’est-à-dire que l’installation d’un porte-vélos et le transport des vélos doivent respecter le Code de la route, à savoir :

  • Les vélos ne peuvent pas dépasser de plus de 20 cm des deux côtés de la voiture.
  • Aucune partie aiguë ne peut dépasser du véhicule.
  • Le porte-vélos suspendu doit permettre de voir la plaque d’immatriculation et les feux arrière. Dans le cas contraire, installer la signalisation et la plaque d’immatriculation. 
  • Le porte-vélo plateforme doit être équipé de feux arrière et de feux stop et d’une plaque d’immatriculation.
  • Les vélos sur le toit doivent impérativement l’être sur la galerie (sous peine d’une amende). Sur une galerie, ils ne doivent en aucun cas dépasser l’extrémité du capot avant.

Retrouvez l’article complet dans la revue Cyclotourisme de décembre 2020, n°707, de la Fédération française de cyclotourisme.

Texte : Jean-François Leblanc, délégué Sécurité du comité départemental d’Isère (38) – Photos : Mottez
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.