Enquête Covid et cyclotourisme menée par le Comité départemental de l’Aude

Un groupe de passionné du Comité départemental de cyclotourisme de l’Aude (CoDep 11) a voulu défendre sa liberté de pédaler en menant une enquête qui tend à prouver que le vélo n’est pas une source de danger quand il est pratiqué dans le respect des gestes barrières préconisés par la Fédération.

Aux origine de cette enquête sur le terrain


À l’origine de cette enquête qui implique les 35 clubs du CoDep de l’Aude, un homme : Marcel Andrieu. Il est actuellement vice-président du CoDep 11 et président du Cyclos Corbières Minervois.
Par le biais de cette enquête, ils ont voulu prouver que la pratique du vélo n’est pas une source de contamination mais une source de bonheur et de bien-être.

Pour étayer leurs propos, ils ont entrepris de questionner les 35 clubs du département. L’idée de cette enquête est venue à Marcel à l’occasion du second confinement. Il ne comprend pas pourquoi les cyclistes auraient une limite d’un kilomètre et seraient ainsi punis en restant dans une zone minuscule.

Marcel et son club soutiennent la pétition qui propose d’élargir la zone pour les cyclistes à 10 km. Mais pour cela, il fallait prouver que le vélo, n’est pas « dangereux ». C’est chose faite, avec l’étude réalisée par le CoDep 11 et dont nous vous présentons ci-dessous les résultats.

Bilan de l’enquête menée par le CoDep 11

Sur 1 110 cyclos concernés par les réponses club nous avons  1c097 cyclos qui n’ont pas été contaminés depuis le mois de mars 2020 et 13 cyclos qui l’ont été  – 12 par contagion externe à l’activité cyclotourisme et 1 qui a été contaminé lors d’une sortie vélo par un cyclo de son groupe qui était positif. L’analyse de ce cas fait ressortir qu’il découle d’une pratique très sportive avec une distanciation insuffisante.

Cela donne un taux 0.01 % de contamination chez les cyclotouristes et 0 décès.

Cela tend à démontrer que l’activité de plein air cyclotourisme, sport santé, avec les précautions de distanciation qui ont été appliquées par les clubs, avec la suppression des randonnées organisées, les gestes barrières, la création de petits groupes, ont probablement permis de conforter ces résultats.

Chaque club diffuse régulièrement les informations et mesures à prendre pour limiter la propagation du virus et conscients de leur responsabilité de dirigeants voir :

Les clubs demandent  par principe de précaution et de manière explicite  aux licenciés malades de la Covid de le signaler et bien entendu de s’abstenir de rouler avec le groupe pendant la période de contagiosité.

Certains plus sensibilisés encore  ont acheté et distribué des masques lavables à tous leurs adhérents avec obligation de les porter au départ ou à l’arrêt lors de rassemblements avec ,distanciation au départ ou à l’arrêt, toilette avec point d’eau et produit désinfectant au départ, mise en place de groupes réduits à l’intérieur des groupes de niveau avec référent dans chaque groupe.

Cette enquête  significative avec 94 % de réponses pourra être complétée en fonction des retours restants, elle sera transmise à nos instances fédérales et aux services de l’état (ddjs).

Le vélo, une activité physique essentielle


Cette enquête conforte la démarche de pétition pour la reprise adaptée de nos activités lancée par  la FFVELO que nous vous invitons à signer en masse : ffvelo.fr

Si vous souhaitez réaliser la même enquête pour votre CoDep, vous pouvez télécharger le fichier Excel vierge à faire remplir par chacun des président de clubs.

Cette enquête a été réalisée par Marcel Andrieu vice-président du CoDep 11 et Bernard Séverac, président du CoDep 11 de la Fédération. 

Texte : Jean-Pierre Giorgi, CoDep 11 – Photos : DR
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.