« Les trois merveilles », les randonnées du Mont Saint-Michel à Paris

« Les trois merveilles » est une randonnée cycliste qui relie le Mont-Saint-Michel, le château de Versailles et la Tour Eiffel. Elle s’est déroulée, pour la seconde édition, du 18 au 20 septembre 2020.

Nous vous présentions cette randonnée au mois d’aout en faisant la promesse d’une belle épreuve. Le pari fut tenue par leurs jeunes organisateurs, tous membres de l’ « Ultracycling Aventure” club affilié à la Fédération française de Cyclotourisme.

Pour réaliser ce périple, trois parcours étaient proposés :

  • L’ultra : pour faire le périple d’une seule traite (338 km et 2 220m de D+) en une étape.
  • La cyclo : pour découvrir la Véloscénie® (447 km et 2 630 m de D+) en une ou plusieurs étapes (3 jours maximum).
  • La Gravel/VTT : pour découvrir le GR22 (547 km et 6 210 m de D+) en une ou plusieurs étapes (3 jours maximum).

Nous vous proposons de revivre ces randonnées de l’intérieur par l’intermédiaire de Xavier Pesnel, l’un des organisateurs.

Vendredi matin, 12 cyclotouristes (dont 5 femmes) sont accueillis avec le soleil, un café, thé ou chocolat chaud au pied du Mont-Saint-Michel. En raison du covid, les masques et le gel hydroalcoolique ainsi que la distanciation physique permettaient de respecter les gestes barrières tout en conservant le lien social qui nous est cher, un des piliers du cyclotourisme.

Après les dernières recommandations du club organisateur “Ultracycling Aventure”, basé à Caen, les cyclos s’élancent à 10h30 pour Paris via la Véloscénie et via le GR22 pour deux gravellistes.

Sur la route, d’innombrables sites sont à voir : la baie du Mont Saint-Michel, de nombreux monuments : Château de Montgommery, de Carrouges, de Rambouillet, de Versailles, la basilique de Montligeon et tant d’autres. On découvre aussi des sites d’exceptions : les cités médiévales de Domfront et de Chartres, la cascade de Mortain, les Thermes de Bagnoles de l’Orne, les forêts domaniales…

Sur les hauteurs de Domfront, les organisateurs mettent en place un ravitaillement surprise. Cela fait son effet auprès des participants qui apprécient grandement ce bonus à l’heure du goûter.

Au Mont-Saint-Michel, le vendredi soir, de nombreux participants sont arrivés pour le parcours “ultra”. Ils peuvent admirer les grandes marées, qui permettent, quelques fois par an, au Mont-Saint-Michel de redevenir une île. Le spectacle est magnifique !

Samedi, dès 3h du matin, à l’intérieur du Mont-Saint-Michel, sous une pluie normande, les bénévoles s’activent pour installer barnum, point d’accueil avec café et ravito et permettre la finalisation des inscriptions. En raison de la crise sanitaire, 200 masques et gels hydroalcooliques sont proposés à la soixantaine de participants. La validation des inscriptions se fait “sans contact”. Une application sur smartphone permet au club organisateur de valider chaque inscription en scannant le “QRCode individuel” reçu lors de l’inscription en ligne. Aucune inscription sur place n’était possible.

Le départ est donné

A 4h, le départ est donné, malheureusement sous une météo pluvieuse. Le soleil est annoncé avec le levé du jour. Ouf. Mais quelle beauté de voir toutes ces lumières scintiller sur la longue passerelle (2.5km) du Mont-Saint-Michel ! Très rapidement des groupes de quelques individus se forment, jamais plus de 10 cyclistes, comme le recommande notre fédération. Le message est bien passé auprès des participants (pour une fois!). Nombreux sont ceux qui roulent seuls.

Les cyclos empruntent de grandes lignes droites vallonnées, sans aucune circulation. La route est presque à eux seuls pour les trois prochaines heures. Au loin, on admire ce long serpent de lumière rouge scintillante. Il y a pourtant parfois 500 m entre les cyclos. Les lumières sont visibles à plus de 3 km quand les bandes réfléchissantes sont visibles à 150 m (c’est à dire 9 secondes à 80km/h !) y compris le jour. Beaucoup de participants roulent toute la journée avec la lumière arrière, d’une efficacité remarquable pour être vu en toute circonstance.

Vers 5h du matin, la pluie se renforce et les conditions deviennent terribles avec un vent de face qui ne quittera jamais les participants.

8h00, le soleil se montre. La pluie s’arrête. La température monte. Les cyclos détrempés sèchent. Les forêts autour de Bagnoles de l’Orne prennent des couleurs magnifiques avec une brume mystique.

Si l’épreuve est en autonomie et sans assistance, l’organisateur propose le transport d’un sac du départ à l’arrivée et un ravitaillement, dans le très beau parc de la commune de l’Orne “Les Aspres”, au km 180, la mi-parcours.

A 10h00, les premiers cyclotouristes arrivent, heureux du soleil qui les sèche et de l’arrêt casse-croûte qui les attend. Les deux-tiers du dénivelé a été fait. La suite sera moins casse patte, plus “roulante” mais surtout il y aura plus de dénivelé négatif que positif. Du Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, le parcours proposé descend jusqu’à la Tour Eiffel ! Malgré la difficulté du début du parcours, la première dizaine de cyclos avance à 30km/h de moyenne. C’est la liberté de chacun de rouler à la vitesse qui lui fait plaisir, à l’image d’un Paris-Brest-Paris, cher à notre fédération, où la vitesse y est encore plus élevée.

A 14h30, les organisateurs accueillent les ultimes cyclotouristes avant de rejoindre la Tour Eiffel pour l’arrivée finale de cette aventure d’un jour.

Il est 16h00 quand un duo arrive juste avant l’organisateur au pied de la Tour Eiffel, sur le champs de Mars. Avec 31 km/h de moyenne depuis ce matin, l’organisation n’a pas eu le temps de chômer.

L’arrivée des participants s’étale jusqu’à 23h30. Les participants sont arrivés pour un dernier ravitaillement et une photo souvenir, bien méritée, avec la Tour Eiffel en arrière-plan.

Dimanche après-midi, entre 12h et 16h, les participants de la Véloscénie et du GR22 arrivent le sourire jusqu’aux oreilles. Ils ont vécu trois jours féériques de vélos, en dehors de la circulation, à en prendre plein les yeux.

L’avis des participants

De l’avis de tous, c’est une très belle épreuve qui mérite d’être connue, parfaitement organisée par ce très jeune (à peine 2 ans d’existence !) club cyclotouriste spécialisé dans les longues distances qui compte 21 licenciés adultes (dont 3 femmes) pour une moyenne d’âge autour des 35 ans.

Les organisateurs remercient l’ensemble des élus, l’office du Tourisme du Mont-Saint-Michel ainsi que la Véloscénie pour leurs aides précieuses pour la réussite de cette épreuve. Un départ de l’intérieur du Mont-Saint-Michel est une chance incroyable offerte aux participants tant l’accès est réglementé, d’autant plus en vélo.

Face aux succès rencontrés, une troisième édition aura lieu du 10 au 12 septembre 2021 au départ de la Tour Eiffel pour une arrivée magistrale au Mont Saint Michel !

En attendant l’année prochaine, et pour peaufiner votre calendrier des sorties à vélo, le club “Ultracycling Aventure” organise plusieurs événements cyclotouristes :

🔹 La Normandicat Gravel/VTT (150 km) : 9 & 10 Janvier 2021 (3ème édition)

🔹 L’English Channel Cycling Tour (550 km) : 3 & 4 Avril 2021 (2ème édition)

🔹 La Normandicat (200 à 900 km) : 12 au 15 Mai 2021 (4ème édition)

🔹 Les Trois Merveilles (330 à 550 km) : 10 au 12 Septembre 2021 (3ème édition)

Plus d’infos sur le club organisateur :

Facebook de l’épreuve : https://www.facebook.com/ultra3merveilles

Facebook du club : https://www.facebook.com/ultracyclingaventure

Diaporama de ce week-end merveilleux !

L’ultra en vidéo

Texte : Jean-Pierre Giorgi / Xavier Pesnel – Photos : Xavier Pesnel – Vidéo : Eric B
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.