Sécurité : La zone 30

Denis Vitiel, président de la commission Sécurité de la Fédération française de cyclotourisme décrypte pour nous un document édité par le CEREMA. Nous vous présentons une autre zone conçue pour améliorer et sécuriser les déplacements des cyclistes, la zone 30.

Définition de la Zone 30


La zone 30 est définie par l’article R110-2 du Code de la route et la dernière modification par le décret n°2019-1082 du 23 octobre 2019.

Dans l’article 2 il est écrit : « section ou ensemble de sections de voies constituant une zone affectée à la circulation de tous les usagers. Dans cette zone, la vitesse des véhicules est limitée à 30 km/h. Toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes et les conducteurs d’engins de déplacement personnel motorisés, sauf dispositions différentes prises par l’autorité investie du pouvoir de police. Les entrées et sorties de cette zone sont annoncées par une signalisation et l’ensemble de la zone est aménagé de façon cohérente avec la limitation de vitesse applicable ».

Une meilleure cohabitation des usagers


En réduisant les vitesses, les zones à circulation apaisée offrent aux cyclistes un confort et une sécurité accrus. Dans ces conditions, la cohabitation, sur le même espace, des cyclistes et du trafic motorisé peut être préconisée sans avoir recours aux aménagements cyclables traditionnels à condition qu’une consultation et un accord soient pris avec les représentants des fédérations de vélo. S’il n’y a pas de consensus, la règle reste la loi donc aménagements cyclables même en zone 30.

  • Il faut assurer une continuité d’aménagement pour les cyclistes au-delà des limites de la zone 30.
  • La mise en place d’aménagements pour les cyclistes en zone 30 ne veut pas forcément dire une séparation entre cyclistes et véhicules motorisés.
  • Quel que soit l’aménagement envisagé, le cycliste doit être pris en compte, la mise en double-sens cyclable des rues à sens unique pour les véhicules est certes obligatoire mais son interdiction réglementaire doit être dûment justifiée pour des raisons de sécurité, notamment lorsque dans une rue trop étroite le croisement des deux véhicules est impossible ou dangereux.
  • Il est possible de matérialiser une trajectoire cycliste éloignée du bord droit de la chaussée. Cette matérialisation s’effectue sous forme d’un pictogramme vélo et d’un double chevron. Elle peut être utilisée par exemple en rue étroite pour légitimer un positionnement central du cycliste.
  • En agglomération, tout conducteur, lorsqu’il dépasse un cycliste, ne doit pas s’en approcher latéralement à moins d’un mètre, ce qui n’est pas possible en rue étroite. Pour sa sécurité, le cycliste doit rouler dans l’axe médian, le marquage au sol légitime sa position.
  • La sortie du sens réservé aux vélos (en intersection) doit être aménagée avec une attention particulière. Le régime de priorité retenu ne dépend pas du choix de l’aménagement.
  • Dans tous les cas, il est important d’assurer la meilleure co-visibilité possible, en supprimant par exemple du stationnement voiture pour créer des zones de stationnement vélo (loi LOM).

Par exemple, la métropole grenobloise en janvier 2016 (quatorze communes) voit la vitesse maximale plafonnée à 30 km/h sur la plupart des voies, les 50, 70, voire 90 km/h étant exceptionnellement maintenus sur certains axes. Les vingt-neuf communes restantes l’adopteront le 1er juillet 2016.

Bien signaler cette zone 30


L’arrêté du 12 janvier 2016 autorise l’expérimentation d’un marquage routier au sol sans l’associer au panneau de signalisation routière de prescription correspondant.

Cette expérimentation a pour objectif de réduire le nombre de supports de signalisation dans l’espace public.

Le plus important est qu’à 30 km/h, le risque de décès lors d’un choc est divisé par neuf par rapport à un choc à 50 km/h pour un cycliste ou un piéton.

Texte en partie tiré du document édité par le CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement.)

Retrouvez l’article sur la zone 30 dans la revue Cyclotourisme de juin 2020, la revue officielle de la Fédération française de cyclotourisme

Texte et photos : Denis Vitiel, président de la commission Sécurité de la Fédération française de cyclotourisme  – Photo ouverture : Pixabay
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.