Le Pérou à vélo : Lac Titicaca, île de Taquilé, l’Altiplano…

Notre équipe a mis le cap au Sud-Est, à seulement 500 km se trouve le fameux lac Titicaca bien connu des écoliers. Ils visiteront également l’île Taquilé pour visiter des ruines Inca, et faire une randonnée jusqu’au point culminant de l’île à 4 100 m pour une vue panoramique à couper le souffle.

Les Jésuites y ont construit des chapelles sixtines comme à Andahuaylilas, Huaro et Canincunca aux murs recouverts de magnifiques fresques exprimant une volonté très forte d’évangélisation de la civilisation Inca.

Fresques extérieures et balcon pour les offices destinés à un certain peuple.

Le lac Titicaca

Péninsule de Pacachica pénétrant dans le lac Titicana.

Le lac titicaca est considéré comme le plus haut lac navigable avec une altitude de 3 812 m et circonférence de près de 550 km. il abrite des élevages de truites, malgré une certaine pollution au mercure due aux mines d’or situées à une centaine de kilomètres au nord du lac.

Statut de femme mariée, le chapeau avec deux pompons.

Fuyant le tourisme de masse, nous optons pour le côté nature et sauvage du lac en choisissant une barque privée pour nous rendre sur l’île de Taquilé.

L’île de Taquilé

Visite de ruines Inca, ascension au point culminant de l’île à 4100 m pour une vue panoramique de 360 degrés sur le lac Titicaca.

1 300 habitants, pas de voiture, ni moto, ni vélo, la géographie ne s’y prête pas. L’île garde son authenticité et ses coutumes, les hommes mariés portent un sac coloré en bandoulière avec pompons contenant des feuilles de coca, les femmes des châles noirs avec des pompons en extrémités.

C’est dimanche matin, jour de messe, par la suite le chef ou responsable débat des litiges rencontrés entre personnes durant la semaine passée.

Maisons privées mais le travail est collectif.

Tenue traditionnelle, les dames filent tout en marchant et les hommes tricotent….

 

Coucher de soleil sur le lac Titicaca.

L’Altiplano

Longue ascension du col « La Raya » à 4339 m, qui nous ouvre la porte sur l’Altiplano pendant des centaines de kilomètres. Hauts plateaux arides où des fermes éparses sont cantonnées à l’élevage de vaches, alpagas, lamas et moutons.
Des lagunes viennent adoucir ce paysage austère, elles sont le paradis des oiseaux dont les piaillements rompent le silence de la route.

 

 

Stalactites à 14 h 30 malgré le soleil.

Au fur et à mesure que l’on s’élève sur cet Altiplano l’environnement devient lunaire. Nous avançons sur des pistes sableuses sous le regard étonné des nombreuses vigognes qui détalent élégamment au détour d’une piste.

Éole est violent mais il ne nous aura pas !

On apprécie l’espace sans véhicule sur une bonne piste, un sentiment de grande liberté…

Autour de nous plusieurs volcans dont le Sabancaya qui fume en permanence.

Presque que seuls au monde à 4 500 m d’altitude. À droite, on aperçoit trois vigognes.

4 910 m col de Patapampa : on a pédalé plus haut que le Mont-Blanc !

Univers de petits tas de pierres, lieu de prières pour les dieux des montagnes appelés les « Apus ».

Très longue descente afin de quitter l’Altiplano où nous sommes restés dix jours. Immensité lunaire rocailleuse. 3 600 m Chivay avec une sensation d’être au niveau zéro et des degrés en plus.

Site funéraire de Sillustani

Grand site funéraire datant de la période « colla » (1000-1400 ans) avec des tours carrées. Les tours rondes sont des constructions Inca, une petite ouverte à l’est servant à l’entrée des momies. Chaque tour (tombe) pouvait réunir jusqu’à dix personnes d’une même famille.

Sillustani, nous pratiquons le tourisme rural qui profite directement à l’habitant. Habitat typique de la région en forme carré où vivaient plusieurs familles. Une association de femmes fait fonctionner le système en proposant aussi leur propre artisanat. Dommage que le prix des repas soit quatre fois supérieur à la normale.

Région du quinoa, qui sera récolté en mai.

La générosité Péruvienne pour des voyageurs à vélo : sur la route des véhicules s’arrêtent, nous offrant du pain, de l’eau, panetton aux pépites de chocolat….. Dans un village à 4 450 m au vent glacial deux jeunes femmes iront jusqu’à nous prêter leur chambre afin d’éviter un bivouac…

Nous laissons nos compagnes de quelques jours pour se diriger vers le Canyon del Colca pour un trek de trois jours.

Texte et photos : Annie Proust – www.veloperou.wordpress.com
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.