Le Pérou à vélo : Huaraz et la cordillère blanche 

Il y a deux mois Yves Yau, le médecin fédéral de la Fédération française de cyclotourisme, est parti explorer le Pérou à vélo avec deux cyclotes pour une aventure qui devrait se terminer en décembre 2018. Pour ce premier épisode, suivons nos cyclo-voyageurs dans leur périple à vélo et la découverte du Péhuaras et de la cordillère blanche.

Trek laguna Wilcacocha sur la journée 

Notre voyage va se dérouler entre 3 000 m et 4 500 m d’altitude, parfois plus ! Le soroche ou mal des montagnes nous guette… céphalées et divers désagréments nous attendent. Un seul remède, nous acclimater progressivement. Et un autre plus ou moins licite, la coca. On fera comme les locaux…
Notre hôte, Umberto, nous conseille une petite randonnée locale :  la laguna Wilcacocha. On s’y rend en « collectivo », minibus surchargé ! Très aimablement des péruviens nous cèdent leur place ceci nous évitant de voyager plié en deux voire en quatre !

Le lac peut être atteint par une piste qu’utilisent les locaux ou par l’ancien sentier sur lequel on ne rencontre que des touristes au souffle court. Le lac est un peu décevant par contre la vue est splendide sur la cordillera Blanca.  Au retour nous affronterons une bande de joyeux gamins qui nous ficellent par jeux. Bernadette nous libère en distribuant quelques biscuits ! 

Chavin de Huantar 

Une longue journée culturelle nous attend. Nous partons en excursion pour le site très réputé de Chavin de Huantar. C’est une balise essentielle quand on s’intéresse aux civilisations précolombiennes. Chavin était un grand centre religieux où les populations en provenance des quatre coins des Andes se rendaient pour écouter les Oracles. La mescaline, la coca, la Chicha, et autres hallucinogènes étaient de la partie. 

Le site est grandiose divisé en deux parties. La plus ancienne « tempo viejo » consiste en un édifice abritant des galeries souterraines et depuis toujours 1300 av JC l’idole sacré de la culture Chavin, le lonzon monolithe en granite sculpté de 4,60 m de haut. D’autres idoles de pierres ont été exhumés par les archéologues la stèle de raymondi et l’obélisque de « tello ».
La partie plus récente, le Castillo, date de 500 av. J.-C. galeries et têtes sculptées transportés au musée en font l’originalité.  La visite du musée retrace les origines et le développement de la culture chavin. On y retrouve notamment les fameuses têtes sculptées et l’obélisque.
Au retour passage de col à près de 4 290 m, neige ! Que sera notre avenir de pauvres cyclotouristes ? 

 

 À suivre….

Texte et photos : Annie Proust – www.veloperou.wordpress.com

ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.