Autour de Gérardmer à vélo : tourisme et flânerie

Retour sur la ville de Gérardmer à vélo, avant de terminer ce périple dans ce secteur des Vosges, bien verdoyant et bien fourni en forêts de feuillus et de sapins. Un vrai régal pour les cyclotouristes ! Suivez-nous pour une charmante visite à vélo : nous quitterons Gérardmer en direction du col du Calvaire, puis nous nous rendrons vers la Schlucht et terminerons cette balade par un retour vers le lac.

D’abord quelques photos s’imposent au bord du lac, très peu fréquenté à cette heure matinale, quoi que 8h00 n’est pas si tôt… Le plan d’eau n’a pas la moindre vaguelette, pas le moindre bateau, pédalos, ou autre barque de pêche. Rien, il y règne un calme olympien ! Mais pas pour très longtemps, les vacanciers vont arriver… Ha ! Voici quelques plaques sur des vélos qui nous disent que nous ne serons pas les seuls « fédéralistes » sur ce trajet…
Nous quittons Gérardmer par la grand route direction la montée très tranquille du col de la Schlucht, bien à l’ombre, un peu trop même. Nous passons à côté du lac de Longemer et montons en direction du Rocher du Diable. Pas vu de diable, même pas celui qui est sur la route du Tour de France. C’est une très belle arche sous laquelle nous passons. En contre bas, c’est le lac de Retournemer, pas de belle vue car il est bien caché dans son écran de sapin.

Puis finie la grande route, nous bifurquons à droite puis à gauche, direction le col du Calvaire. À ce moment, un petit doute… La route nous laisse à penser que cela va mal se terminer. Nous persévérons quand même et au fil des kilomètres d’ascension, nous constatons que cette route peu fréquentée, l’est uniquement par les rares, très rares voisins. C’est à ce moment que nous traversons un village appelé Valtin. Un peu de vie, mais pas trop non plus. Toujours un revêtement mi goudron mi herbe, un peu abimé, mais idéale pour des cyclotouristes en quête d’un peu de solitude.

Découverte à vélo entre ski et artisanat !


Nous arrivons à un carrefour avec la route qui monte de Plainfaing. Tiens ! Un parking avec un vendeur de spécialité vosgiennes ? Nous décidons de satisfaire notre curiosité. Nous abordons le personnage, qui s’avère être le parfait vosgien, tant dans son accent bien sûr que par ses anecdotes. Tous les cyclos qui sont passés mardi et y ont fait une halte s’en rappelleront sans doute. Après un petit pâté lorrain et des cafés, nous décidons de repartir en direction du col du Calvaire. Au début le pâté lorrain est bien présent… Mais nous arrivons à la station de ski.
De là, nous devons rejoindre le col de la Schlucht après une agréable promenade en balcon. Route très fréquentée, avec beaucoup de voitures garées des deux côtés de la route : nous sommes là à hauteur du lac Vert. Un lieu très prisé par les randonneurs et autres passionnés de marche en montagne. Un peu plus loin, nous voici déjà au col. Tout est en chantier, maison en cours de démolitions et des engins qui laisse à penser que la station va faire peau neuve.

Nous repartons donc vite par une très belle descente le long des lacs, un petit restaurant au bord du lac de Longemer, nous invite à venir le découvrir. C’est la deuxième halte dégustation, avec une table vosgienne. Vous allez dire ils mangent beaucoup mais roulent peu. Rappelons qu’aujourd’hui c’est purement découverte, tourisme, balade. Les vélos n’ont pas chauffé.

Nous entrons donc dans Gérardmer et nous arrêtons devant une fabrique de sabot. Nous entrons et découvrons que cette entreprise fabrique des sabots de père en fils depuis quatre générations. Tout le monde des cyclotouristes sait très bien que le sabot est à Gérardmer ce que la tour Eiffel est à Paris… La Saboterie des Lacs : des années de savoir-faire et des machines tout aussi anciennes. Là, Monsieur Valdenaire est au travail, et nous explique comment se fabrique une paire de sabots. On voit un artisan passionné par son travail qui, à l’écouter, serait simple. Vous pouvez tous y aller, c’est gratuit, sauf si vous voulez vous acheter une paire de sabot pour le jardin. Il y en a aussi pour la décoration : ce rayon est tenu par son épouse. Oui ! Il y a encore des entreprises familiales qui fonctionnent.

Ce parcours grimpe un peu, mais les paysages sont tellement beaux, et vous irez de découvertes en découvertes. Partez vite visiter Gérardmer à vélo !

Texte et photos : Yves BIGEL
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.