Semaine fédérale 2018 : le vélo prend de la hauteur

Ce mardi, les cyclotouristes avaient rendez-vous avec la « Perle des Vosges », Gérardmer, pour rouler à vélo en montagne vosgienne. Autant dire que ça grimpait dur, surtout dans les parcours décalés qui permettait de rouler sur les crêtes. Cette route, voie stratégique créée pendant la première guerre, est tout simplement une des plus hautes routes de montagne, aux paysages époustouflants ! Beaucoup de participants ont adapté leur circuit pour profiter au maximum des attrait de ce territoire, en fonction de leur état de forme. Yves nous raconte sa belle journée de vélo.

Nous continuons notre découverte des Vosges en prenant un véhicule pour nous rendre à Gérardmer, lieu de départ déplacé pour cette troisième journée de vélo. La route fut courte, seulement quarante kilomètres. Si à cette occasion, pas moins de cinq semi-remorques avaient été replis de vélo, impossible de vous dire le nombre de véhicules portant des vélos sur toutes sortes de matériel : mais le cortège se rendant à Gérardmer était impressionnant. Les premiers parkings affichaient déjà complet, il fallait se diriger vers le centre-ville et ces quelques petites rues un peu éloignées du lac.

Nous prenons la direction du col de Grosse pierre, puisqu’ici qui dit sortie de ville dit aussi premières pentes. Ha ! Oui ! Nous ne sommes pas dans le bon sens, mais j’ai arrangé le circuit à ma façon. Direction La Bresse, et premier Point d’accueil. Visiblement, ils n’attendaient pas de cyclotouristes si tôt, mais l’accueil est chaleureux. Nos prenons la direction de Cornimont sur le parcours 4 direction le Ventron. Au centre du village, il y a une fontaine avec un écriteau nous invitant à prendre des bouteilles d’eau fraîche ; c’est une très belle initiative locale, car la température grimpe ce mardi, même en altitude.

Nous prenons ensuite la direction du col de la vierge, mais en cours de montée nous tournons à droite en direction du Grand Ventron. Arrivé au Refuge des Places, de nouveau une bonne surprise, un véhicule avec une citerne d’eau, et un compresseur nous permet de nous arroser. Il y a bien sûr aussi des bouteilles d’eau… La commune de Ventron à vraiment gâté les cyclotouristes ! Nous sommes dans une belle montée régulière, agréable car pratiquement en totalité ombragée. Passé le refuge, nous prenons la direction du col de la Vierge, après une courte descente, de nouveau nous changeons de braquet. Dommage, car un peu de vent s’engouffrant dans le maillot ouvert faisait le plus grand bien. Passé ce col, nous dévalons (en gardant la maitrise de notre vélo bien sûr) en direction du lac des Corbeaux mais nous n’en avons vu aucun… nous décidons alors de nous arrêter pour déjeuner lors de notre second passage à La Bresse.

Déjà l’heure de repartir, il nous reste cinq kilomètres de montée pour accéder au sommet du col de Grosse Pierre. Là, c’est la délivrance : un boulevard pour rejoindre Gérardmer, alors j’avoue que nous avons lâché un peu les freins…

Maintenant il est l’heure de reprendre son véhicule pour rejoindre Epinal. Nous reviendrons dans la semaine pour une petite visite touristique à Gérardmer, capitale de la fabrique du sabot, et aux environs. À suivre donc !

Texte : Yves BIGEL – Photos : Yves Bigel et Jean Clavier
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.