Réparer une crevaison : les bons conseils

Nous avons tous connu, dans notre vie de cycliste,  ce moment pénible où votre pneu arrière s’affaisse en perdant l’air contenue dans la chambre. La crevaison est notre hantise et rien ne peut nous en prémunir. Mais voici quelques conseils très simples pour faciliter la réparation afin de gagner du temps et continuer à prendre du plaisir en roulant !
Texte et photos : Philippe Palleron

 

Les gestes préventifs

Lorsque votre chambre à air s’est percée, le premier réflexe à adopter est de s’arrêter. Continuer à rouler « sur la jante » est très néfaste pour celle-ci mais endommage également le pneu. Ce dernier peut en effet se déformer et perdre sa forme initiale à cause d’une pression, sous votre poids, sur les talons du pneu. Sachez qu’un talon de pneu abimé peut occasionner un « déjantage » du pneu après sa réparation. Rouler sur un pneu crevé peut aussi faire sortir la chambre à air sur un côté du pneumatique et s’enrouler autour de votre cassette : il en résultera un arrêt brusque du vélo avec chute assurée de son pilote !

Pour faciliter la réparation d’un pneu crevé, il convient de procéder par étapes. Pour une jante en aluminium, il faudra deux démonte-pneus rigides que l’on insérera dans le creux de la jante. Attrapez le talon du pneu et le soulever vers l’extérieur de la jante. Commencez par un des côtés de la jante mais toujours au niveau de la valve. On aura bien entendu dévissé totalement l’écrou de la valve (dans le cas de valve Presta) pour que cette dernière remonte dans le pneu et laisse plus de place pour effectuer cette manutention.

Servez-vous du deuxième démonte-pneu pour ouvrir plus largement le pneu et ainsi avoir accès à la chambre à air. Sortez complètement la chambre à air et lancez-vous dans l’identification des causes de la crevaison.

La méthode la plus simple est de repérer sur la bande de roulement l’objet qui a transpercé le pneu et la chambre à air. Détectez tous les petits reliefs suspects et retirez les si possible. Si cette manutention n’est pas couronnée de succès, il faut rechercher la cause de la crevaison à l’intérieur du pneu. Effleurez sans gant la surface interne du pneu sans vous pressez. Une épine, un bout de verre ou de silex, etc., tout doit être retiré. Si cela peut vous aider, prévoyez un petit nécessaire de réparation avant de partir rouler. Nous conseillons d’y loger une pince à épiler qui sera salutaire pour retirer les petites pointes logées dans la carcasse du pneu. Si vous n’avez pas pu tout retirer, servez-vous d’une pointe très fine (à prévoir dans ses affaires) pour pousser le reste de l’objet incrusté dans le pneu.

Enfin procédez maintenant à la réparation la chambre à air.

 

La manutention de réparation

Une fois que vous avez éliminé la cause de la crevaison, il faudra remettre une autre chambre à air. Pré-gonflez la pour qu’elle prenne une forme bien arrondie mais souple afin de faciliter l’insertion de cette chambre à air dans le pneu mais également pour éviter de la pincer avec un démonte-pneu lors du remontage.

Installez un côté du pneu sur la jante et laissez l’autre côté ouvert pour pouvoir insérer la chambre à air. Cette dernière doit être présente dans le pneu de façon régulière pour qu’aucune partie du butyl ne vienne déborder sur la jante. Replacez le côté ouvert du pneu dans la jante. Pour faciliter ce montage, terminez par la valve. Vous pouvez utiliser des démonte-pneus pour placer les talons dans la jante. Attention : aucun démonte-pneu n’est validé pour le montage d’un pneu sur jantes en carbone.

Regonflez la chambre à air en surveillant que le pneu soit uniformément positionné sur le pourtour de la jante. Servez-vous du petit liseré sur les flancs du pneu pour « jauger » la régularité du montage. Gonflez maintenant à la pression adaptée.

Faites tourner la roue en tenant l’axe de la roue pour voir si le pneu n’est pas « voilé ». Si le pneu n’est pas uniformément positionné sur la jante, dégonflez le pneu à la moitié de la pression que vous avez initialement mise et déplacez les flancs du pneu pour qu’il trouve une place parfaite sur la jante.

 

Maintenant, vous êtes prêts pour repartir. Ceux qui trouvent cette manutention trop pénible ou sont victimes de crevaisons à répétition, pourront toujours choisir des solutions alternatives à savoir passer en Tubeless ou utiliser des bandes de renfort interne pour pneus !

ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.