Retour sur le voyage au féminin Nérac-Auch

Les rencontres féminines de la FFCT, ça créée du lien notamment le voyage itinérant Agen–Strasbourg en mai 2016 à l’occasion de « Toutes  à Vélo ». Ce sont donc dix d’entre nous qui se sont retrouvées les 29 et 30 septembre pour une sortie en autonomie complète entre Nérac et Auch, aller et retour, soit 180 km de petites routes de campagne. 

Ce voyage au féminin a été le moyen pour nombre des filles du CoReg Nouvelle Aquitaine de se retrouver après l’aventure « Toutes à Vélo – Strasbourg 2016 » et de découvrir de nombreux villages et paysages pittoresques, de caractères judicieusement sélectionnés par notre « chef de meute », Elisabeth Picaud, initiatrice du parcours et de ces retrouvailles.

Le grand départ vers Auch
Nous avons quitté Nérac sous la brume, heureuses de nous retrouver même si le soleil n’était pas au rendez-vous. Après 25 km et un petit café à La Romieu,  nous filons ensuite vers Lectoure, dans le Gers, et traversons cette sympathique petite ville, à pied en raison du marché, vaguement frustrées de ne pouvoir se laisser tenter vu la petitesse de nos bagages ! Et un franc soleil s’installe au moment de notre arrivée  à Fleurance pour un pique-nique dans un paysage très bucolique. Le mercure, mine de rien, a frisé les 30 °C, comme nous grimpions en suant vers Montaut-les-Crénaux (monte-haut ?), minuscule village parfaitement restauré, aux alentours d’Auch où, chaque mètre de route n’est que montée et descente… Par chance nous y avons déniché, non sans mal, une discrète fontaine qui à défaut d’être miraculeuse nous a fait le plus grand bien.

Un retour sous la pluie
Le lendemain matin, départ sous la grisaille. Nous sommes très vite rattrapées par un petit crachin devenant une pluie battante qui nous a rappelé de vieux souvenirs : Agen-Strasbourg fut un périple particulièrement humide, six jours de pluie pour neuf jours de route ! À Roquelaure, nous voilà toutes serrées et trempées sous un abribus providentiel, laissant passer l’averse trop intense à notre goût ! Il a bien fallu repartir, frigorifiées et ruisselantes sur une route du même acabit. En vraies cyclotouristes, nous n’avons pas voulu poursuivre notre route mouillée sans admirer (rapidement) le somptueux château de Lavardens, pour ensuite nous offrir une pause-café  à Castera-Verduzan, puis Valence-sur-Baïse traversée tout aussi vite, l’abbaye de Flaran et enfin Larresingle, plus petit village fortifié de France où nous attendait un repas couleur locale – canard et tourte à l’Armagnac…un régal !
En traversant Condom, nous avons pris la pose devant les statues géantes des 4 mousquetaires, et nous sommes attardées dans le cloître impressionnant jouxtant la cathédrale. Nous poursuivons vers Nérac par de charmantes petites routes peu fréquentées mais mal entretenues…
À l’arrivée, embrassades et promesses de se revoir bientôt, ravies d’avoir passé ces deux jours ensemble. Finalement, la pluie n’a pas attaqué notre moral, pas plus que les grimpettes si dures à nos mollets, (2 000 m de dénivelé ) et je conclurai mon propos en disant qu’il en va de la rando-cyclo (féminine) comme des accouchements, on oublie les moments difficiles pour ne garder que les bons souvenirs !

Sylvie Bonadona

ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.