À Vélo… Tout simplement

Oroville – Seattle (14 juillet – 31 juillet 2015) Nous retrouvons nos amis aux portes des U.S.A. Pour cela il vont quitter un pays, le Canada, qui va leur laisser de bon souvenirs.
Vingt sixième épisode  * À suivre

L’entrée aux U.S.A.

C’est avec un peu d’appréhension que nous quittons le Canada. Depuis l’Alaska, nous sommes informés que notre « ESTA » de 90 jours continue sa validité durant notre séjour au Canada. De par la loi, les États-Unis considèrent que tout étranger est un immigrant potentiel. Donc, pour éviter les « visas Run » (entrée-sortie d’un pays voisin pour une nouvelle durée de 90 jours), les séjours au Canada, Mexique et îles environnantes, ne sont pas considérés comme sortie du territoire. Pour faire court, il nous reste quinze jours avant l’expiration de notre ESTA.

À la douane
Nous sommes dans la file d’attente du poste de douane attendant que le feu passe au vert pour nous présenter au guichet. L’imposante douanière nous fait signe d’avancer.
– Une personne à la fois, rester à côté du vélo, ne bougez pas et donnez-moi votre passeport. Ne bougez pas j’ai dit.
– Je veux juste mettre mon vélo sur la béquille.
– Passeport. Vous avez de la nourriture, des armes, de la drogue ?
– Non rien de tout ça. (sauf une sacoche qui déborde de bouffe, mais chut !)
– Où allez-vous aujourd’hui ?
– Oroville, c’est pas loin.
– Ok bonne journée.
– Mais en fait, nous n’aurons pas assez de temps….
– Pour Oroville ? Il vous reste quatorze jours.
– On voudrait continuer jusqu’au Mexique après.
– Je garde votre passeport, garez votre vélo et allez voir au service d’immigration.
– C’est pareil pour ma femme derrière.
– Une personne à la fois. Allez ranger votre vélo.
– Bien madame.

Au bureau d’immigration, commence toute une nouvelle série de questions, de prises d’empreintes digitales, de photos.
– Vous avez un ESTA ?
– Oui, il se termine le 29 juillet et nous voulons traverser les États-Unis pour rejoindre l’Amérique centrale.
– Vous avez de l’argent, un travail, de la famille en France ?
–  Oui, nous voulons juste traverser. Nous voyageons à vélo.
– Vous êtes à vélo ? Ok pas de problème. Je vous renouvelle pour 90 jours. Passeport.
– C’est votre collègue dehors qui l’a.
– Bougez pas. Je reviens.
Et voilà. Nous sommes aux États-Unis jusqu’au 11 octobre. Merci aux vélos qui ouvrent les frontières. Ne manque que le feu d’artifice en ce jour de fête nationale.

Parcs nationaux
Nous commençons (ou continuons) notre périple américain par l’État de Washington . Le climat est semi-aride et la chaleur étouffante. C’est aussi la région des fruits et nous nous régalons de cerises, pêches, bleuets, abricots vendus le long des routes. 
Pour échapper aux températures trop élevées, nous décidons de traverser le parc national des cascades. La route s’élève rapidement. Nous y trouvons la fraîcheur, de jolis cols, de belles montagnes, et de jolis lacs. À défaut d’y trouver de belles chutes d’eau.
Plus à l’est, à Burlington, nous traversons le détroit de Jean de Fuca pour arriver sur la péninsule Olympia. Ne pouvant résister à l’appel de l’ODT (Olympic Discovery Trail), nous suivons la piste qui nous mène à notre second parc national. Au cœur des Rain Forest. Ces forêts humides portent très bien leur nom. Nous y roulerons sous la pluie pendant trois jours, ce qui nous privera des beaux paysages de l’océan Pacifique. Un moindre mal, vu que nous allons suivre la côte Pacifique pendant encore quelques milliers de kilomètres.

Société de consommation… quand tu nous tiens

Après des mois à n’avoir connus que des petits commerces, l’arrivée dans une ville de moyenne importance qui possède un supermarché est un vrai plaisir. Nous y déambulons pendant des heures, à regarder les produits qui débordent des étals. Les fruits, les légumes, les produits frais, les 250 marques de pain, les rayons entiers consacrés aux seules « Chips »… Et quand ce jour tombe le 21 juillet, tout est prétexte pour se faire un « petit » plaisir ». C’est ainsi que pour son anniversaire, Patricia s’est vu offrir un grille-pain, une machine à Pop-Corn et des friandises. De quoi reprendre quelques kilos…

Seattle
Momentanément nous quittons la péninsule Olympia pour faire un petit détour par Seattle. L’arrivée en ferry depuis Bremerton est grandiose. Même si nous n’avons pas vu les baleines qui régulièrement font le spectacle devant le traversier.
Bien que nous ne soyons pas particulièrement attirés par les grandes villes, Seattle est une ville plaisante. Montagnes enneigées sur fond de buildings, vaste réseau de pistes cyclables (même si les pentes y sont raides), quartiers sympathiques et variés. Côté visite, il y a le choix. Le marché public, la tour Space Needle, le front de mer et bien d’autres lieux ayant chacun leur particularité.

La pause
Demain, nous mettons sur pause. Nous laissons les vélos ici à Seattle, chez Susan et Brice, pour passer trois semaines de vacances en famille. La petite sœur de Patricia vient nous rejoindre avec son mari et leurs deux enfants. Nous avons hâte de les retrouver.

À suivre * Ce sont leurs paroles et photos que vous retrouvez tout au long des reportages.

ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.