À vélo… Tout simplement

Nous retrouvons  nos deux baroudeurs au pays du soleil levant.

Treizième épisode.

Fukuoka – Beppu

Après une bonne nuit sur un bateau de pavillon Japonais, nous débarquons au pays du soleil levant. A première vue cela ne change pas trop de la Corée. Des magasins bien kitch, des enseignes de partout. Nous prenons une journée à Fukuoka pour nous imprégner du pays et prendre nos repères.

Une fois le rétroviseur changé de coté, (au Japon, on roule à gauche), nous quittons Fukuoka (huitième ville du pays) par l’Est pour rejoindre Beppu. Le Japon nous apparaît hyper urbanisé. Il nous faut plus de 6soixante kilomètres pour trouver un semblant de campagne. Heureusement dès que la route s’élève un peu, les habitations restent dans la plaine. Nous pourrons passer notre première nuit au calme.
Une belle petite route de montagne entourée de volcans pour passer notre premier col, puis belle descente pour rejoindre Beppu au bord de la mer.
Une ville fumante. Partout des panaches de fumée qui s’échappent du sol. Cette citée est réputée pour ces « enfers ». Des sources d’eau chaudes de différentes couleurs à différentes températures, ou l’on peut faire cuire facilement des œufs. Le soir, nous profitons de ces sources pour nous prélasser dans des Onsen (SPA).

Shikoku

En quittant Beppu par un ferry, nous arrivons sur Shikoku.
Shikoku est la plus petite des 4 grandes îles de l’archipel Japonais.

Nous passons à l’office du tourisme pour récupérer une carte de la région. (Au Japon, nous n’avons ni carte, ni guide. Nous fonctionnons avec ce que nous trouvons dans les centres d’informations touristiques).
Dès les premiers kilomètres, nous constatons que la région est très montagneuse.
Ce qui nous convient parfaitement, car cela augure un peu moins d’urbanisation. Nous y découvrons des routes comme nous en rêvions. Étroites et sinueuses.
Passant de nombreux cols (dont certains avec panneau sommital traduit…)  Un vrai bonheur cyclo.
Les couleurs d’automne sont toujours présentes, ce qui ne gâche rien.
Parfois, nous ne croisons personne de la journée et pouvons tranquillement planter la tente le long de la route. 
Mais cette île est surtout connue pour ses pèlerins qui parcourent mille quatre cents kilomètres pour relier quatre vingt huit temples. Un Saint Jacques de Compostelle à la Japonaise. Nous ne croiserons qu’un seul de ses pèlerins tout vêtu de blanc.

À suivre * Ce sont leurs paroles et photos que vous retrouvez tout au long des reportages.

ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.