concours machines 2016 copyright nicolas joly

Les artisans français du vélo réunis pour le Concours de Machines

Ce week-end, la première ré-édition du Concours de Machines s’est déroulé lors de la cyclosportive « Les Copains » à Ambert, en plein cœur de l’Auvergne. Dix-neuf constructeurs français de vélos artisanaux étaient réunis du 1er au 3 juillet 2016 pour mettre à l’épreuve du terrain leurs machines spécialement conçues pour l’occasion.

Le déroulement du Concours

Dix-neuf vélos se sont présentés au Concours de Machines, événement labellisé par la Fédération française de cyclotourisme (FFCT). Les constructeurs étaient accompagnés d’un pilote dédié pour chaque vélo afin de les mettre à l’épreuve des Monts du Forez sur plus de 360 kilomètres mêlant routes et chemins. Chaque vélo représentait la vision et l’esprit de son constructeur sur un thème commun : la randonneuse légère. Le jury, composé de différents acteurs de l’univers du cycle dont l’historien officiel de la FFCT et deux membres de la Commission Technique, a noté, après chaque épreuve, les vélos selon un barème défini : degré d’innovation, qualité technique, fiabilité, proportion de pièces « maisons », poids des machines, vitesse moyenne, etc.

Les gagnants

Le constructeur auvergnat « Les Cycles Victoire » a remporté le Concours à l’issue des trois jours en concevant un vélo léger, mêlant ligne intemporelle et technologies modernes suivis par Goblin Bikes by Milc et Pechtregon Cycles. Julie Racing Design a reçu un prix spécial avec la réalisation d’un superbe tandem et Sébastien Klein s’est distingué dans la catégorie amateur. Mais c’est avant tout la profession, le véritable vainqueur du concours.

Un événement dédié au vélo artisanal

La dernière édition du Concours de Machines remonte à 1949, il y a plus de soixante ans… Il était donc temps que les constructeurs de vélos artisanaux trouvent un temps fort pour se réunir alors que l’engouement pour cette industrie ne cesse de progresser.
Cet événement leur a permis de se rencontrer, d’échanger sur de futurs projets afin de faire progresser le vélo artisanal français. Même si la délocalisation des productions est indéniable, le « Made in France » n’a jamais eu autant la côte !
L’événement compte bien perdurer afin que les fabricants de cycles puissent se rencontrer chaque année. La FFCT continuera de soutenir le projet afin d’encourager l’industrie à poursuivre son essor.

ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.