Nettoyer propre !

Nettoyer son vélo ce n’est pas seulement le débarrasser de ses salissures et le rendre brillant comme un sou neuf ! Encore faut-il utiliser les bons produits, ceux qui sont efficaces et non polluants une fois leurs services rendus. Un bon geste pour la nature.

Le temps du bon vieux gasoil ou pétrole pour venir à bout du cambouis est actuellement révolu. Terminé également les résidus de nettoyage jetés dans les égouts, avec leurs polluants. Aujourd’hui nombre de fabricants se sont tournés vers les produits naturels, tout aussi efficaces. Voici un petit mode d’emploi pour un nettoyage propre.

Le cambouis :
Corps gras, issu du mélange d’huile de chaîne et de poussière, on le trouve sur les éléments de la transmission (dérailleur, roue-libre, chaîne et plateaux). Pour en venir à bout, il faut utiliser un dégraissant, mais pas n’importe lequel. Ils sont nombreux sur le marché à revendiquer le label propre et écologique, c’est donc vers eux qu’il faudra se tourner. Leur efficacité est réelle à condition d’effectuer un nettoyage régulier, sans attendre que le tout soit totalement encrassé. Ne pas perdre de vue que la quantité de cambouis est directement proportionnelle à la quantité de lubrifiant utilisé lors du graissage de la chaîne.

Le graissage de la chaine :
Utiliser un produit spécifique et bien avoir en tête que le lubrifiant utile est celui qui pénètre entre les plaquettes. Plutôt que d’arroser la chaîne avec un aérosol, mieux vaut imbiber un chiffon de lubrifiant et de le passer sur toute la longueur de la chaîne. Faire tourner ensuite la transmission pour faire pénétrer le produit à l’intérieur des axes et plaquettes, puis essuyer soigneusement sur toute la longueur. Vos mains verrons la différence au prochain nettoyage !

Les saletés de la route (poussière et traces diverses)
Une éponge et de l’eau savonneuse (produit vaisselle) en viendront à bout facilement, mais il existe également des nettoyants spécifiques qui évitent les éclaboussures du lavage à l’eau.
Pour le rinçage, on peut utiliser un jet sous faible pression et en évitant de le diriger perpendiculairement aux roulements de pédalier ou des roues. (Quand vous roulez sous la pluie, votre vélo subit des agressions autrement plus importantes !)

Le matériel de nettoyage :
Les inévitables chiffons. Produits nettoyants cités plus-haut. Brosses spécifiques. Il en existe pour le cadre, la roue-libre, les roues etc… Ne pas oublier les mains du mécanicien.

Conseils pratiques :

Il est possible de se procurer les produits dégraissants et nettoyants en « vrac » (bidons ou bouteilles) et de les transférer dans un vaporisateur réutilisable. Vous éviterez ainsi d’avoir à vous débarrasser d’un aérosol devenu vide et inutile ! Enfin, sachez que nettoyer son vélo ce n’est pas uniquement le rendre propre, mais l’opération permet également un contrôle visuel et tactile de ses divers éléments. Contrôle préventif de bien des pannes.

Comment nettoyer et ausculter son vélo ? Comment en vérifier les divers éléments ?
La suite dans Cyclotourisme n° 644 – Mars 2015.

Texte : Bernard Lescudé

Kit et produits de nettoyage proposé par la marque française Var

Nettoyant en vaporisateur réutilisable

ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.