Soyez gonflés !

La crevaison est l’incident mécanique qui peut vous gâcher une balade ou un déplacement urbain. Il existe des moyens de la prévenir, parmi eux se trouve le gonflage correct de vos pneus.

La bonne pression
La pression de gonflage préconisée par le fabricant figure sur les flancs du pneu (c’est obligatoire). Elle est exprimée en bars ou PSI et indique une fourchette maximum-minimum ou simplement maximum. Selon le poids du cycliste et du chargement, on modulera donc la pression sans dépasser le maximum et sans descendre en dessous du minimum. Pour y parvenir, il faut donc disposer d’un appareil de mesure (un manomètre). Si les pompes à pied en comportent un, celles que nous emportons dans nos bagages n’en proposent pas ! Dans ces conditions, un petit manomètre de poche prend peu de place et peut se révéler très utile.

À retenir
Outre la bonne pression, on veillera tout particulièrement à l’état de la bande de roulement ou partie du pneu en contact avec le sol. Elle doit être exempte de corps étrangers – gravillons ou autres –, ne pas comporter de fentes ou fissures et avoir une épaisseur régulière sur toute la circonférence. Les flancs (la partie latérale entre la bande de roulement et la jante) ne doivent pas non plus être fissurés ou déchirés. Les pneus sont un des organes de sécurité et leur défaillance peut aller au-delà de la simple crevaison.

Texte et photo : Bernard Lescudé 

Retrouvez tous les conseils cyclo-techniques chaque mois dans la revue Cyclotourisme.
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.