Rétro : MAC 2017 (Mexique – Amérique centrale) – épisode 29

Après le Paris-Pékin 2008, nous vous proposons de revivre le MAC 2017, derrière cet acronyme se cache Mexique – Amérique centrale. Une aventure sous le soleil !

26 février, étape 29 – BELIZE : de Belize City  à Belmopande

Au Bélize, notre escorte faite de véhicules policiers et motards avec gyrophares s’est réduite à peau de chagrin, soit deux poissons-pilotes rencontrés au hasard de l’expédition qui nous serviront donc de guides pour quitter la ville de Bélize City.

Il faut le dire, ce n’est pas rien de faire passer le camion de Salvador dans de si petites rues. Manque de chance, nous nous sommes retrouvés dans une impasse.

Notre lectorat, constitué assurément de cyclistes, sera content d’apprendre l’existence d’un défi cycliste de 142 milles tenu en mars (225 km  – à noter qu’au Bélize tout est en miles anglais) à réaliser en moins de 6 heures 30 (distance réduite de moitié chez les femmes).

Nous avons interviewé pour vous Atias Sutherland équipée d’un rutilant tout-carbone Shimano Ultegra lors d’une séance d’entraînement de groupe. Nous avons donc en poche notre espoir féminin bélizien du Tour de France féminin.

À noter que les recherches poussées de votre rédacteur ont permis de révéler que des équipes béliziennes ont pris part ces dernières années à des classiques nord-américaines.

Par la suite, nous avons visité un joli zoo, loin d’être « drabe » (ennuyeux). Celui-ci nous a permis de constater la ressemblance entre le tapir et le cheval relevée par les mayas tel que constaté lors de l’invasion des conquistadores espagnols (voir reportages précédents). Nous avons également vu de superbes toucans représentant l’emblème national du Bélize. Savez-vous également qu’un manteau de fourrure nécessite 100 ocelots comme celui représenté sur la photo pour le confectionner ? Et en dernier lieu, sachez que c’est au Bélize que se sont réfugiés les sangliers (disparus en France suite au passage d’Obélix et Astérix) et sont devenus des pécaris.

En fin de parcours nous avons rencontré un drôle de bonhomme vendant un aphrodisiaque permettant selon lui de mettre « de la mine dans le crayon de vos tous dévoués participants ».

Notre parcours a pris une forme inquiétante lorsque nous avons dû prendre une piste poussiéreuse pour nous rendre à notre hébergement (qualifié de « dans la nature » par notre chef d’expédition.

Quelle ne fut pas notre surprise de trouver en pleine campagne perdu un petit paradis avec huttes climatisées, bar et piscine.

Et pour conclure la journée, en guise d’apéritif, Christian et Jean-Marie nous ont concocté un cocktail à leur façon à base de rhum.

 

La pensée du jour par Blandine

On a deux vies et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on en a qu’une.

Bilan vélo de la journée

Distance parcourue : 96 km / Distance cumulée : 2 353 km
Dénivelé positif : 260 m / Dénivelé cumulé : 15 750 m

Texte : Michel Lebel – Photos : Bernard Fermeaux
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.