Un chèque de 50 € pour la remise en état des vélos

Et si le vélo était la solution pour sortir du confinement ? L’État propose une aide de 50 € pour faire réviser votre vélo afin de l’utiliser à partir du 11 mai pour reprendre une activité sans prendre les transports en commun.

Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé une mesure afin d’aider les Français à faire réparer leurs vélos.

À la Fédération française de cyclotourisme, nous en sommes persuadés, le vélo sera d’un grand secours pour aider à lutter contre le Covid-19.

Le 11 mai 2020 marquera la reprise en douceur de l’activité professionnelle sur le territoire. Le principal soucis, sera alors de prendre les transports en commun pour se rendre sur son lieu de travail. Le vélo représente alors une formidable alternative pour lutter contre la propagation de l’épidémie.

Ce coup de pouce de 50 € s’étendra sur la période du 11 mai au 30 septembre 2020 chez des marchands de cycles référencés dont les noms n’ont pas encore été révélés.

Cette mesure s’inscrit dans un plan de 20 millions d’euros annoncé par la ministre, financé par le programme de certificat d’économie d’énergie « Alvéole ».

Concernant la réparation ou l’achat de matériel pour remettre en état votre vélo, aucun justificatif ne sera nécessaire. Il vous suffira de vous rendre chez un réparateur référencé pour procéder à la mise en réparation. Si le montant est inférieur à 50 €, vous n’aurez alors rien à débourser, pour les montants plus élevés, vous aurez le complément à sortir de votre poche.

Ce plan s’accompagne selon l’Union Sport & cycle :

  • d’une accélération de la mise en place du forfait mobilités durables : un décret d’application devrait paraître prochainement pour permettre rapidement aux employeurs de prendre en charge jusqu’à 400 € les frais de déplacement de leurs salariés à vélo (ou en covoiturage) ;
  • d’une aide aux collectivités, avec la prise en charge jusqu’à 60 % des coûts d’installations de places de stationnement temporaire pour le vélo et la simplification de la mise en place de pistes cyclables temporaires.

Une plate-forme pilotée par la FUB (Fédération française des Usagers de la Bicyclette) sera mise en ligne dans les prochains jours pour désigner les professionnels ou associations qui obtiendrons le label garanti par l’État.

Des pistes vélos spéciales Covid-19


En parallèle de cette offre spéciale de 50 €, les grandes villes françaises se dotent d’un élargissement des pistes cyclables pour permettre aux plus grands nombres de rouler en toute sécurité.

Cette initiative est également pratiqué dans les grandes villes du monde, preuve que le vélo sera l’une des solutions majeures pour la sortie de cette crise sanitaire.

Texte : Jean-Pierre Giorgi – Photo : DR
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.