Santé : 6 bonnes raisons de combiner vélo et yoga

Très tendance, le yoga est plus que bienvenu quand on fait du vélo. Ce n’est pas un hasard si de nombreux cyclistes l’ont intégré à leur entraînement.

En ces temps de confinement où les randonnées à vélo sont interdites et si vous découvriez le yoga ?

Complémentaire et apaisant, la pratique régulière du yoga est une alternative intéressante dans votre activité physique.

Contrairement aux idées reçues, le yoga va bien au-delà des côtés ésotérique et méditatif. Il possède de multiples bienfaits tant sur le plan biomécanique, musculo-tendineux, de la PPG, que sur le plan mental (concentration, gestion de l’effort et du stress).

Pour rééquilibrer les chaînes musculaires


Le travail sur l’alignement du squelette, des jambes, des bras et de la tête compense les déséquilibres musculaires. Améliorer son équilibre musculo-tendineux demeure la meilleure arme pour prévenir les tensions et les blessures. Sur le vélo, les mouvements répétitifs entraînent la sur-utilisation de certains groupes et la sous-utilisation d’autres.

Pour renforcer son corps


En tonifiant les muscles profonds du maintien, on développe une force homogène sur l’ensemble du corps. Il devient ainsi plus résistant à l’effort. Libéré des tensions, on gagne une certaine énergie que l’on peut replacer dans la puissance de pédalage.

Pour gagner en souplesse


Avec le yoga, on acquiert également une certaine élasticité et mobilité articulaire. On étire, tout en assouplissant les articulations. Petit à petit, les membres se délient. Les mouvements gagnent en aisance. Comme vous le savez, la souplesse est une qualité physique indispensable.

Pour une meilleure posture


Les asanas assouplissent, étirent et renforcent la colonne vertébrale et soulagent le bas du dos. Résultat, on adopte une meilleure position sur le vélo et on ne pédale plus de manière voûtée. En dégageant sa cage thoracique et ses épaules vers l’arrière, la respiration s’en trouve optimisée.

Pour améliorer sa respiration


En travaillant sa respiration sur les postures et en synchronisant son souffle sur le mouvement, on devient plus endurant. Avec une gamme de techniques de respiration, on peut varier son souffle en fonction des besoins : relâchement, récupération active, regain d’énergie, concentration, ou encore pour faire baisser le niveau de stress avant le départ d’une course.

Pour une meilleure récupération


En optimisant la respiration et la détente musculaire, vous améliorez la qualité de l‘oxygénation dans le sang. Quant au fait de contracter un muscle très fortement, puis de le relâcher, cela entraîne une détente musculaire par décontraction. Ce qui abaisse le tonus musculaire. Plus la contraction sera forte, plus il se relâchera. En récupérant ainsi plus vite, vous préservez votre corps. Moins fatigué, il sera encore plus performant.

N’attendez plus ! Intégrez le yoga dans votre routine hebdomadaire et profitez cette période pour découvrir et pratiquer sans modération.

Article en collaboration avec AG2R La  Mondiale, partenaire de la Fédération française de cyclotourisme.

Texte : Clarisse Nénard – Photo : AG2R La  Mondiale
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.