Au cœur de nos écoles (1/3)

Trois écoles de cyclotourisme nous ont invité à découvrir de quoi est fait leur quotidien. Trois écoles, trois régions, trois tailles. Une même motivation. Une même ambition.

Créer une école, une aventure !

Direction le Grand Est, avec l’école de Toul en Meurthe-et-Moselle


17 000 habitants,  école cyclo de l’Amicale Laïque Toul Cyclotourisme et VTT. Gérard Malivoir l’a créée en 1998 sur le modèle de l’école cyclo de Blénod lès Pont-à-Mousson, à l’époque un des plus gros clubs du département.

é

Très jeunes retraité, Gérard avait beaucoup de temps libre. Son investissement auprès des jeunes, il le voit comme un retour de ce que la République avait fait pour lui, l’ascenseur social qu’elle lui avait apporté. Avec les jeunes, il pensait également à faire perdurer le club.

Cap sur la Normandie, Evreux


Chef-lieu du département de l’Eure, 48 000 habitants, école VTT du Cyclo loisirs Evreux.  En 2007, à la demande de familles, Thierry Paupy accueille les enfants des membres du club. Son fils et un autre jeune sont les premiers inscrits. Il souhaite en encadrer d’avantage. Communication. Formations : initiateur, moniteur. C’est parti !

Retour au centre du pays, dans le département du Loir-et-Cher (Centre-Val de Loire), à Nouan-le-Fuzelier


2 400 habitants. L’école de cyclotourisme est l’activité principale de Nouan-Rando depuis la création du club en 2006. Roland et Micheline Bouat, tous deux moniteurs fédéraux, créent l’école un mois après, à la demande des familles qui ne trouvaient pas de club de cyclotourisme pour accueillir leurs enfants. Micheline a toujours été passionnée par la pratique du vélo. Elle est alors directrice d’école tout comme son mari Roland.

Accueillir, fidéliser

Trois villes de taille différente, les conditions de recrutement et de fonctionnement sont forcément différentes.

L’Amicale laïque Toul


Fin  2019, l’école cyclo comptait 53 jeunes 8 à 17 ans dont 16 moins de 13 ans et 37 ados ; 46 garçons et seulement 7 filles. La commune de Toul déclarée ville sportive connaît une forte activité dans ce domaine d’activité de loisirs.

L’école d’Evreux


Elle compte 40 jeunes de 8 à 18 ans,  39 garçons et une fille. Comme dans tout chef-lieu de département, de nombreuses activités sont disponibles à Evreux. Mais, vu le grand nombre d’habitants,  un roulement naturel s’opère sur l’effectif. De plus, les jeunes des communes voisines forment le gros de la troupe. Côté vélo, la ville a un club de BMX très actif. Quelques jeunes sont passés par ce club mais ont vite rejoint l’école cyclo car le BMX lié à la FFC est orienté compétition, ce qui ne convient pas à tous les jeunes. « Par contre aucun jeune n’est parti de notre école pour rejoindre une quelconque fédération de compétition. » précise Tristan, responsable de l’école.

À Nouan-le-Fuzelier et les communes voisines

il n’y a pas vraiment de concurrence mais beaucoup de jeunes « tournent » dans les associations sportives. L’école accueille actuellement 20 garçons et 4 filles de 7 à 18 ans.

Si l’on fait les comptes… 105 garçons et 12 filles qui représentent un peu plus de 10% de l’effectif total.

Encadrement nécessaire et suffisant


Si l’argent est souvent le nerf de la guerre, pour nos écoles de cyclotourisme, le nerf de la guerre serait plutôt l’encadrement, les éducateurs. Sans éducateurs fédéraux en nombre suffisant, pas d’école !

À Evreux, les parents répondent présents


conscients de cette difficulté puis rapidement intéressés et convaincus, des parents répondent présents : « Nous avons la chance d’avoir des parents, licenciés au club, qui viennent le samedi avec leurs enfants. » se réjouit Tristan qui ajoute : « Ce n’est pas facile de trouver de nouveaux bénévoles pour l’encadrement de l’école, les cycles de formations sont contraignants pour des personnes en activités professionnelles. »

À Toul, l’avenir reste incertain


Si le renouvellement est relativement facile sur le court terme, « les années à venir vont être déterminantes pour la continuité de l’action engagée », s’inquiète Gérard. Actuellement, l’école compte dix-sept éducateurs.

À Nouan-le-Fuzelier, très peu d’adultes et quelques difficultés


Le renouvellement est plus compliqué car le club compte très peu d’adultes. Il est actuellement composé de quatre éducateurs (un instructeur fédéral, deux moniteurs-fédéraux, un initiateur-club), renforcés par un jeune adulte issu de l’école de cyclotourisme et un parent licencié.

Jeunes éducateurs fédéraux


Afin d’encourager l’engagement des jeunes au sein des associations et de favoriser le renouvellement des générations des responsables associatifs, la Fédération a créé la catégorie « Jeune éducateur fédéral ». C’est un jeune de 16 à 18 ans qui a déjà trois ans d’école cyclo et a suivi une formation afin qu’il soit en mesure d’encadrer un groupe, en présence d’un éducateur majeur. À sa majorité, il aura les mêmes prérogatives qu’un initiateur.

À Toul, ils sont trois en cours de validation. Aucun à Nouan-le-Fuzelier alors que Roland et Micheline en forment régulièrement pour le compte du comité régional – un comble ! Ils sont quatre à Evreux, formés en 2019.  Ils aident dans l’organisation des sorties du samedi après-midi. De plus, deux d’entre-eux  ont fait leur Service national universel (SNU) au sein du club avec des actions lors de forums organisés par la ville. Ils sont en charge de définir un maillot spécifique pour l’école VTT. Par ailleurs, trois moniteurs, cinq initiateurs et trois adultes responsables forment l’équipe d’encadrement.

À suivre….

Retrouvez un article consacré aux écoles de cyclotourisme dans la revue Cyclotourisme de mars 2020 – n° 699.

Propos recueillis et mis en forme : Georges Golse – Photos : écoles de cyclotourisme : Amicale Laïque Toul ; École d’Evreux ; Nouan-le-Fuzelier
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.