Gaël Baudou, de la F1 au cadre acier  

Par deux fois, à Bruniquel, nous avons rencontré Gaël Baudou, un jeune constructeur de vélos. La première fois en 2018 où il participait au Concours de Machines sur le thème du VTT et en 2019 où il exposait ses dernières créations au cours d’une soirée entre passionnés. Il nous a reçus dans son atelier, en région toulousaine. Histoire de son défi.  

À l’origine de Baudou Bikes


C’est dans le garage-atelier de sa maison, tout près du canal des 2 mers et de la « ville rose » que Gaël Baudou nous attend. Un panneau « Baudou Bikes  » nous confirme que nous avons frappé à la bonne porte.
B
ikes, en anglais  ? Peut-être le souvenir de ses débuts de carrière en Angleterre. Ingénieur en mécanique, il était manager de production chez Gould Engineering et organisait  la production de pièces en fibre de carbone pour l’équipe de Formule 1 Red Bull Racing.
 

Bien… mais il lui manquait quelque chose, un nouveau défi. Il avait la passion de la bicyclette, héritée de son père et du Tour de France. Il réparait ses vélos, un peu « maltraités » par sa pratique plus ludique que contemplative. À son programme VTT, BMX ou Freestyle… Alors, pourquoi ne pas construire des bicyclettes ?

L’achat de tubes sur Internet a été le déclencheur et un premier vélo est né. Un vélo de course auquel ont succédé deux vélos de voyage. L’amateur passionné devint professionnel après une formation en Angleterre auprès de Downland Cycles. C’était parti  !  

Un nouveau parcours


Il nous raconte son parcours alors que nous découvrons son installation où règne l’ordre. Pas de place perdue ! Des vélos en exposition. Des machines-outils sur lesquelles il crée ou modifie son outillage. Le marbre, le gabarit maison. L’établi et sa boîte à limes. La lime, l’outil indispensable du cadreur ! La collection de tubes acier : Reynolds, Columbus, Dedacciai… Et puis le vélo d’étude posturale qu’il a conçu et réalisé en plusieurs mois de travail  !  

Le vélo que le client souhaite  


Et c’est par là que tout commence pour le client qui s’adresse à lui. Ensuite on peut parler du vélo attendu. Il précise : « Je construis tous types de vélos, le vélo que le client souhaite. Ensuite, je fais en sorte que le vélo aille bien dans les détails techniques. » Et l’ordinateur affine.  

Pour la réalisation du cadre, généralement en soudo-brasé, compter une semaine de travail. La peinture thermo laquée est appliquée tout près, en banlieue toulousaine.  

Les réalisations qu’il nous présente ont de la classe, de l’allure ! La revue de détails le confirme. Je m’attarde sur cette machine destinée à un cyclo sportif. Elle est construite en Columbus Cento, une série limitée pour célébrer les 100 ans de la firme. Tige de selle et potence maison. Passages internes complets, aucun câble apparent, freins hydrauliques. Selle Idéale cuir. Un petit bijou de 9,5 kg ! 

Dans sa pratique personnelle, Gaël a conservé le goût pour le VTT – on l’a vu au Concours de Machines 2018. Sur la route, il est plutôt cyclosportif… mais l’arrivée d’un petit passager le conduit à aménager spécialement une bicyclette de transport. S’adapter aux besoins du client !  

Gaël Baudou est partenaire de Toutes à vélo, Toulouse 2020


En marge de Toutes à Vélo – Toulouse 2020, nous irons à la rencontre de deux membres  de l’Association des Artisans du cycle de la région toulousaine, deux passionnés : Gaël Baudou constructeur « Baudou Bikes » et Frédéric Ducès qui a  ressuscité les selles Idéale cuir. Vous les retrouverez prochainement dans les pages techniques de notre revue Cyclotourisme

www.baudou-bikes.com 

Texte : Georges Golse – Photos : Francis Touzeau, Georges Golse
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.