Véra propose une « french gapette » !

Derrière le pseudo de Véra se cache Céline Oberlé, une jeune graphiste originaire du Nord de la France et qui pratique la bicyclette depuis plus de 5 ans maintenant. Portrait d’une créatrice made in (Hauts-de-)France.

S’il y a bien une chose dont Céline est fière, c’est d’être une marque 100% française. Elle pousse fièrement un « COCOCYCLOOO ! ». Le processus de création est assez simple, elle crée les designs dans sa tête à Lille puis les retranscris de façon numérique sur son ordinateur. Ensuite, un procédé d’impression par sublimation est effectué par un prestataire également dans la métropole lilloise. Pour l’assemblage, tout est effectué à la main dans un atelier tout proche. Bref, Véra vous propose du local, 100% localisé in ch’Nord !

Ici à la rédaction, nous sommes devenu accroc à ces casquettes pleines de malice, qui révolutionne les codes de la mode cycliste. Elles se portent sous un casque, mais également en ville pour ceux qui souhaitent afficher fièrement leur appartenance à la communauté des deux roues.

Notre rédacteur Jean-Pierre sur le festival ROCK en SEINE

Nous avons interrogé Céline Oberlé sur la genèse de la French Gapette

D’où vient votre amour pour la bicyclette ?

Je suis tombée dans le monde du vélo urbain lorsque j’habitais sur Paris. Cela m’a permis de re-découvrir ma ville sous un autre angle, de rassembler les pièces d’un puzzle qui me manquaient lorsque je prenais le métro. Et cette expérience m’a fait découvrir un nouveau monde, alternatif, avec des codes, et m’a permis de rencontrer des groupes de cyclistes aux profils variés… et je suis tombé amoureuse de la casquette de cycliste.

Pensez-vous avoir une mission au sein des pelotons ?

Ma mission c’est de ré-inventer un accessoire mythique et emblématique du cyclisme, j’ai nommé la Gapette, pour la mettre sur toutes les têtes de tous les pelotons !

Et le style dans tout ça ?

Le temps des maillots placardés de publicité Crédit Mut’ ou du boucher du coin et des casquettes publicitaires sans valeur remplies de logos est révolu ! Place à de nouveau designs, plus modernes, plus urbains, de nouvelles matières… 

Pourquoi et comment avez-vous créé la French Gapette ?

À partir du moment où j’ai découvert cet accessoire mon esprit créatif de graphiste web a été en ébullition avec des idées de designs. Deux ans plus tard, suite à une rupture conventionnelle, un déménagement sur Lille, bref le fameux changement de vie de la trentaine des gens qui bossent dans le digital… Je voulais voir ce que le monde de l’entrepreneuriat pouvait m’apporter, voir ce que je pourrais créer toute seule de mes deux mains.

Et c’est à ce moment-là que la petite graine des casquettes cyclistes s’est mise à germer réellement.

Le design, ok je gère cette partie, mais comment les transférer sur du tissu ? Comment faire des visières ? Comment assembler tout cela ? J’ai pris environ 6 mois pour répondre à toutes ces questions et créer un processus de fabrication 100% made in (Hauts-de-)France. Et VERA Cycling était née !

Le marché vous semble-t’il suffisant ou pensez-vous l’ouvrir par la suite aux vêtements ?

Après 2 ans et demi d’activité avec VERA Cycling, je me rends compte qu’il y a encore tant à faire autour de cet accessoire ! Entre créer des designs pour ma collection homme, femme, enfant, bébé, proposer de la personnalisation pour les clubs, les événements sportifs, les ateliers vélo. 

Le marché du vélo est en plein mutation et expansion et les consommateurs s’attardent de plus en plus sur des valeurs comme la qualité, l’éthique, le local, le sur-mesure. Et il n’y a pas que le vélo car de plus en plus de pratiquants d’autres disciplines me contactent pour des projets (running, escalade, trail, triathlon).

Alors pour le moment je ne compte pas lancer de ligne de vêtements même si je propose déjà mes services de design pour des maillots.

Quelles seront les prochaines étapes de votre développement ?

En ce qui concerne le développement de VERA Cycling, je souhaite consolider mon service de personnalisation en mini-série ou en pièce unique pour toutes les tailles de tête.

Ensuite l’une des missions de VERA est de faire de la gapette un véritable accessoire de mode (SUR ou SANS vélo). Le sac banane et le bob ont bien réussi à se placer sur le marché alors je pense que la gapette a toute ses chances ! Surtout qu’elle apporte un certain je-ne-sais-quoi à sa tenue…

De par cette activité je souhaite aussi mettre en lumière des artistes locaux ou liés au vélo en leur proposant des collaborations. Ce qui me permet de toucher des publics bien différents.

Et plus concrètement d’ici quelques semaines, proposer de nouveaux modèles, de nouvelles formes, de nouvelles matières, des choses pour l’hiver… et toujours avec l’esprit de VERA (et Josette !)

 

Plus de renseignements et commande sur le site : https://veracycling.fr

Texte : Jean-Pierre Giorgi – Photo : Véra – Nathalie Giorgi
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.