Paris-Brest-Paris des Jeunes 2019 : On rentre !

Après une journée de repos à Brest, sonne l’heure du retour. Une étape relativement courte pour une reprise en douceur malgré l’ascension quasi mythique du Roc’h Trévézel.

La journée dite de repos a été active : lessive, entretien des vélos, tennis de table, promenade dans la ville. Baptiste, licencié au club de Guipavas, la ville voisine, a reçu la visite de son président et du responsable de l’école de cyclotourisme au sein de laquelle il a préparé son séjour. Un journaliste du Télégramme n’a pas manqué de l’interroger. La veille, à Kerlouan, les filles avaient eu les honneurs des quotidiens locaux. La presse bretonne suit de très près Paris-Brest-Paris.

Le Roc’h Trévézel à l’horizon


Départ de Brest le long de l’Elorn, puis Landerneau au pied des Monts d’Arrée. Les premiers balisages du Paris-Brest-Paris apparaissent. Fini de rechercher son parcours ! Premier arrêt pour une visite du magnifique enclos paroissial de Sizun. Dans la rue voisine, des bénévoles sont occupés à placer les flèches. L’immersion dans l’ambiance Paris-Brest-Paris commence vraiment.
Nos amis de Guipavas ont trouvé un abri auprès de la mairie de Commana pour un déjeuner partagé avec la présidente du comité régional d’Île-de-France, venue rendre une amicale visite. Commence alors la longue montée vers le Roc’h Trévézel. Ascension facilitée par le vent favorable. Arrêt goûter à Huelgoat et fin de parcours à Carhaix où attendent Yvon Guillossou, responsable local du contrôle de l’épreuve, ainsi que Messieurs Daniel Cotten et Olivier Faucheux, adjoints au maire.

Un échange de souvenirs a marqué la rencontre. Les jeunes et l’encadrement apprécient le soutien des cyclotouristes locaux et des municipalités sollicitées.  

Demain, longue et dure étape.

À suivre…

Texte et photos : Georges Golse
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.