Séjour en Italie :  Vers l’abbaye de San Galgano

Carmen et Alain sont toujours sur les chemins de Toscane. Pour cette cinquième étape en Toscane, nous découvrons l’abbaye de San Galgano.
Étape 5 –  Jeudi 30 mai

Le ciel fait grise mine ce matin, c’est peu de le dire… Nous allons dans un premier temps au village de Casole d’Elsa où nous attend le maire pour une petite rencontre officielle, nous nous rendrons ensuite à l’Abbaye de San Galgano pour le pique-nique.

Réception à la mairie


C’est un maire fraîchement élu, souriant et ceint de son écharpe tricolore, qui nous reçoit devant l’édifice municipal. Les propriétaires de notre hébergement nous rejoignent pour la photo officielle. Elle manquera un peu de lumière, disons-le. Les nuages teintent de gris, voire gris foncé, un ciel bien chargé. Alain reçoit le maillot de Casole qu’il arborera toute la journée. Il lui va bien mais nous, on voudrait bien le même. Les Italiens ont du goût, c’est connu. Pour l’heure, il faut partir vers San Galgano, le casque sur la tête et le k-way® dans la sacoche.

Abbaye de San Galgano


Le long de la route, le paysage que nous parcourons est un mélange de cultures céréalières, de vignes, de châtaigniers, mosaïque de verts du plus tendre au plus foncé. Les cyprès forment des lignes verticales au milieu de ce tableau.

L’Abbaye de San Galgano, bâtie par les moines cisterciens entre 1218 et 1288, n’a plus de toiture. Son architecture sobre contraste avec les monuments de style gothique que nous avons vus jusqu’ici.

Au moment où nous allons, à vélo, chercher les sacs de pique-nique, la gardienne des lieux nous arrose copieusement de mots que nous ne comprenons pas et malgré l’intervention d’Alain, nous devrons faire un grand détour pour retrouver le reste du groupe.

Puis, en repartant, voici la pluie qui s’invite encore une fois. Les uns se dépêchent de rentrer, les autres s’arrêtent boire un café… Le moral de la troupe est un peu entamé en arrivant à Casole.

Pour demain, il est question de faire une approche en voiture ou le grand circuit de 140 kilomètres. La décision nous coûte. La pluie a fait son travail de sape. Mais qui a parlé de divorce à l’italienne ?

À suivre…

Texte : Carmen Burgos – Photos : Carmen Burgos et Alain Lamy
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.