Séjour : On s’éclate au Sénégal à VTT

Claude Robillard, président de la commission nationale de Formation au sein de la Fédération française de cyclotourisme a décidé d’aller « s’éclater au Sénégal ». C’est d’avantage son amour pour le vélo et l’exotisme qui ont décidé ce choix que la chanson des Martin Circus. Inscrit au catalogue  Séjours et Voyages de la Fédération, ce séjour est une valeur sure pour les amateurs de VTT sous le soleil.

Pourquoi avoir choisi d’effectuer un séjour en Casamance ?


Les participants au séjour en Casamance ont choisi ce séjour parce que tous ceux qui y ont participé par le passé ne tarissent pas d’éloges à propos de cette immersion dans la vie africaine. C’est le « bouche à oreille » qui fonctionne dans ce cas !

La Casamance est une région située au sud du Sénégal entre la Gambie et la Guinée Bissau. Cette région est traversée par le fleuve Casamance. Avec la montée des eaux liée au réchauffement climatique, une grande longueur de celui-ci est salée. De ce fait la mangrove y occupe une place très importante. La population de la Casamance est essentiellement paysanne, elle vit essentiellement de la culture du riz et de la pêche.

Un pays aux paysages magnifiques


Les paysages sont absolument magnifiques ! Sa nature est généreuse, c’est d’ailleurs le grenier du Sénégal. Un séjour en Casamance vous permet d’apprécier les paysages de rizières, entre palétuviers, bolongs et mangroves. La Casamance jouit d’un climat tropical avec des moyennes de température à 30°C, adoucies par le vent de l’atlantique.

La Casamance est le paradis des oiseaux : pélicans, hérons, aigrettes, ibis, flamants roses, cormorans, marabouts…Les eaux littorales et les lagunes sont poissonneuses : espadons, murènes, raies, soles, dorades, carpes rouges, barracudas, ombrines… La végétation de la Casamance se compose principalement de forêts de palétuviers, les mangroves, ainsi que de palmeraies, de rôneraies et de futaies naturelles. La Casamance abrite de nombreuses espèces d’arbres remarquables dont le baobab, le fromager, le rônier, le filao et le flamboyant.

L’habitat en Casamance


Les seuls matériaux présents localement sont : le sable, l’argile, le bois et le chaume. Les habitants de cette région en majorité les Diolas se révèlent être de véritables architectes bâtisseurs. L’habitat traditionnel diola est donc constitué de murs en terre. il s’agit véritablement de maisons contenant plusieurs pièces (en moyenne cinq). Cette architecture complexe est également enrichie de greniers à riz présents dans toutes les habitations, principalement au-dessus de la chambre du chef de famille. L’habitat traditionnel diola est en effet composé de chambres, d’une salle commune que l’on peut considérer comme un salon, et d’une grande terrasse couverte entourant parfois l’intégralité de la maison. Le Diola a donc toujours attaché une grande importance à son bien-être à domicile. Les cases à impluvium constituent une autre variante de l’habitat Diola. Ces cases, contrairement à toutes les autres cases diola, sont circulaires. Elles sont constituées d’une cour intérieure abritée par un double toit chargé de recueillir les pluies durant l’hivernage.

Les modes de vie. Les traditions en Casamance s’organisent autour de la pêche et de l’agriculture. Nous avons pu découvrir dans les mangroves en pirogue ce qu’est la pêche aux fruits de mer (huîtres) et la dégustation une fois cuites au feu de bois.

Une population accueillante


 Les casamançais sont très accueillants. L’arrivée dans un village constitue pour le touriste à vélo un moment inoubliable. Très rapidement, les habitants viennent à votre rencontre pour vous souhaiter la bienvenue et vous faire part de leurs conditions de vie. Ce sont des moments qui resteront inoubliables

Notre séjour a alterné entre campement et hôtel. Le campement est une case qui peut accueillir un groupe. Le confort est très correct dans la plupart des cas. La cuisine est préparée par le responsable du campement et se révèle être d’une excellente qualité. C’est à découvrir !

Le catalogue Séjours et Voyages de la Fédération française de cyclotourisme propose deux fois l’an ce séjour au Sénégal. Nous vous conseillons vivement de l’inscrire à votre calendrier.
Vivre au cœur des villages et des habitants ce n’est que du bonheur

Texte et photos :  Claude Robillard

*Parodie de la chanson des Martin Circus : « Je m’éclate au Sénégal »

 

ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.