Cuba, un voyage vélo au rythme de la salsa (suite et fin)

Nous retrouvons Chantal et Philippe Krafft, couple de cyclotouristes, au pays du « Che ». Dans ce second et dernier épisode, ils nous emmènent à la découverte de la Sierra de Organos et des rouleurs de cigares.

Le Parque Nacional La Güira dans la Sierra de Organos


Toujours plus à l’ouest, à San Diego de los Baños, petite bourgade située au pied de la Sierra Rosario, le terrain est plus accidenté. Nous entrons dans le Parque Nacional La Güira dans la Sierra de Organos.
La végétation y est exubérante et les montagnes, ressemblant à des pains de sucre, en sont couvertes. Des falaises grises sont parsemées de plantes et d’arbres qui s’obstinent à vivre haut perché accrochés aux pentes.
La grotte de Portales est historique car Che Guevara y a séjourné avec une quarantaine de personnes. Après le débarquement de la Baie des Cochons, Fidel Castro a dispersé ses principaux lieutenants dans plusieurs endroits de l’île pour éviter que tous soient éventuellement tués en même temps. Dans les alentours, le Che entraînait ses troupes d’environ trois cents personnes pour exporter la révolution dans différents pays d’Amérique latine et d’Afrique.

La région de Vinales


Presque à l’extrémité ouest de Cuba, la région de Vinales est réputée pour ses mogotes. Ce sont de montagnes isolées les unes des autres aux pentes abruptes en pain de sucre avec le sommet plat. Des chevaux trottent sur le côté herbeux de la chaussée montés par des hommes avec un  chapeau de cow-boy et des bottes en caoutchouc.
Sur une falaise, une fresque monumentale aux couleurs vives a été commandée par Fidel Castro en 1961. Ce « mural de la Préhistoire » mesure 120 m de haut et 180 m de long et représente un escargot, des dinosaures et des hommes.
Un planteur de tabac nous initie à la fabrication d’un cigare. Nous sommes tous invités ensuite à fumer. Comme la fumée ne doit pas être avalée mais être gardée dans la bouche, pas de quintes de toux intempestives !

À l’intérieur de la réserve de la biosphère de la Sierra del Rosario classée par l’Unesco, les Terrazas est un complexe touristique favorisant le développement durable pour faire vivre la population locale. À quelques kilomètres, à San Juan de los Baños la rivière saute de rochers en rochers en formant des petites cascades ; à d’autres endroits, l’eau fraîche et claire se calme dans des cuvettes au milieu de la végétation abondante. Polo Montañez, auteur compositeur de chansons et idole des Cubains, a vécu dans une petite maison au bord du lac. Une raison de plus pour apprécier la musique cubaine et repartir avec un disque.

La boucle est bouclée à La Havane, fin du voyage


De retour à La Havane, nous dormons dans le quartier Vedado, le quartier résidentiel. Des palais rénovés récemment côtoient des palais dans une décrépitude totale. Il n’est pas certain que toutes ces demeures prestigieuses abandonnées depuis des décennies puissent être réhabilitées. Si un jour tout est rénové, La Havane sera une des plus belles villes du monde. Le cimetière est à ne pas manquer. Le portail d’entrée est monumental, d’une bonne dizaine de mètres de haut surmonté d’un calvaire. L’allée centrale est bordée de monuments funéraires gigantesques en marbre de Carrare. Certaines familles ont acheté des concessions qui font plus de 50 m2. Le bronze rajoute à la splendeur des angelots et des croix. Dans un registre plus gai, nous ne résistons pas à l’attrait d’une balade en voiture décapotable rose bonbon des années cinquante.

Pour cette dernière journée, nous nous offrons encore une Pina colada*, un cocktail qui a remporté un très grand succès au cours de notre voyage, laissant loin derrière dans le classement le Mojito* ou le Cuba libre*. C’est déjà la fin de notre périple qui nous a fait découvrir un pays et une histoire.
Nous reprenons le bus pour nous rendre à l’aéroport avec un petit pincement au cœur. Ce voyage restera un très bon souvenir grâce aussi à notre guide, enfant du pays, à l’accompagnatrice de la Fédération française de cyclotourisme, compétente, souriante et bienveillante et à un groupe de cyclos dont la cohésion fut spontanée.

Texte et photos : Chantal et Philippe Krafft

Retrouvez tous les séjours et circuits organisés par la Fédération française de cyclotourisme sur www.ffvelo.fr

* L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération. 

ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.